Skip to main content

Les Bruins ont refroidi les Maple Leafs

Boston a calmé les ardeurs de Toronto dans une possible avant-première des séries éliminatoires

par Amalie Benjamin @AmalieBenjamin / Journaliste NHL.com

BOSTON - Il est encore un peu tôt pour penser aux affrontements lors des séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Le mois de février vient de commencer, le Super Bowl est à nos portes et la date limite des transactions n'a pas encore changé les choses. La plupart des équipes ont encore environ 30 matchs à jouer cette saison.

Cela dit, il y a de fortes probabilités que les Bruins de Boston et les Maple Leafs de Toronto croisent le fer lorsque les séries s'amorceront en avril, avec les trois concurrents de la section Atlantique bien en selle.

Le Lightning de Tampa Bay mène la section avec 73 points en 51 matchs, suivi par les Bruins et leurs 70 points en 50 matchs et les Maple Leafs avec 65 points en 54 parties. Le plus proche poursuivant? Les Panthers de la Floride avec 50 points en 50 rencontres.

S'il est possible que les Bruins dépassent le Lightning au sommet de la section, ils pourraient tout autant se mesurer à leurs adversaires de samedi lorsque la rondelle sera déposée au centre de la patinoire au premier tour des séries. Si tel est le cas, les Bruins ont lancé un fort message en vertu d'une dominante victoire de 4-1.

Les Maple Leafs ont d'ailleurs le numéro des Bruins récemment avec une fiche de 5-1-0 lors de leurs six derniers duels, incluant deux victoires, dont une en prolongation, jusqu'à maintenant cette saison.

Mais samedi au TD Garden, les Bruins ont dominé les Maple Leafs, dont le seul but a dévié sur le bâton du défenseur des Bruins Charlie McAvoy.

Ce fut une autre bonne performance des Bruins, qui montrent un dossier de 19-2-4 depuis 25 matchs. L'équipe a rarement paru s'ennuyer de son meilleur marqueur Brad Marchand, qui écoule encore une suspension de cinq matchs pour un coup de coude à l'endroit de Marcus Johansson des Devils du New Jersey.

Le jeu élevé d'un cran des Bruins était important contre les Maple Leafs, qui étaient sur une séquence de quatre victoires de suite.

« Je pense qu'il faut prendre ça comme un défi », a mentionné le gardien des Maple Leafs Frederik Andersen. « Je pense qu'il y a encore beaucoup de chemin à faire et présentement, nous sommes concentrés sur ce qu'il y a devant nous, le match de lundi. Je ne pense pas qu'il y ait une raison de regarder si loin devant pour le moment. Nous devons continuer à jouer et nous affronterons cela lorsque le temps viendra. »

Ces deux équipes pourraient avoir une allure plutôt différente lorsque le coup d'envoi des séries sera donné. Mais pour l'instant, les Maple Leafs ont été largement dominés par les Bruins avec une performance de l'attaquant Patrice Bergeron qui mérite d'être soulignée, lui qui a réduit Auston Matthews et son unité au silence. La soirée de Tuukka Rask ne peut être passée sous silence non plus, lui qui montre un dossier de 18-0-2 à ses 20 dernières sorties.

Il s'agit d'une combinaison difficile à battre.

« J'étais satisfait, car je trouve que Matthews a été effacé en général, et je ne veux pas lui manquer de respect, mais il n'a pas été la force offensive qu'il a généralement été dans le passé contre nous », a expliqué l'entraîneur des Bruins, Bruce Cassidy. « Il faut donner le crédit aux joueurs sur la glace. »

La paire défensive de Zdeno Chara et Charlie McAvoy ainsi que la ligne de Bergeron ont limité Matthews et sa bande dans ce qu'ils font de mieux.

Le but était de limiter la vitesse et les habiletés de Matthews et sa bande, ce qu'ils font de mieux.

« Ils forment une bonne unité, a dit Bergeron. Ils sont bons en transition et bougent bien leurs pieds. Ils veulent créer des jeux, mais je pense que nous avons fait de bonnes choses. La plupart du temps, nous avons tenté de les garder en périphérie. Ils auront toujours des occasions, mais je pense que notre ligne a bien bougé ses pieds et nous étions premiers sur la rondelle pratiquement tout le temps. »

Les Bruins avaient parlé de l'importance de battre Toronto avant la partie. Les Maple Leafs, eux aussi, avaient souligné le fait qu'il ne s'agissait pas d'un match comme les autres, particulièrement contre un si bon adversaire de section et des points si précieux.

« C'est énorme, a avoué McAvoy. Nous en avons fait mention ici. Tu ne veux pas être constamment négatif, mais nous savions que nous avions perdu contre ces gars-là plus tôt dans la saison et maintenant la course est très serrée et ces matchs sont importants. De sortir et de les battre était notre objectif ce soir et on se sent très bien d'y être parvenu. »

Il reste un autre match entre ces deux équipes cette saison, un autre affrontement du samedi soir, dans trois semaines, au Air Canada Centre le 24 février (19 h HE, SN, NESN). Mais les probabilités sont élevées que ce ne soit pas le dernier duel entre les Bruins et les Maple Leafs cette année.

« C'est encore dans un bout de temps, mais il semble que ce sera le cas pour l'instant », a dit le défenseur des Maple Leafs Morgan Rielly avant la rencontre. « Donc tous les matchs sont importants à partir de maintenant. Je pense que lorsque tu as l'occasion d'affronter une telle équipe, c'est important de sortir du bon pied et de donner un bon effort d'équipe dont nous pouvons être fiers. »

Ils n'ont pas vraiment obtenu les résultats escomptés d'après les propos de Mike Babcock après la partie : « Si personne ne se présente et que tu n'es pas prêt, tu ne gagneras pas très souvent. Je trouvais que nous avions fait du bon travail là-dessus récemment, mais ce ne fut pas le cas ce soir. »

Ils ont du temps pour corriger le tir. Ils ont du temps pour s'améliorer. Tout comme les Bruins.

Il reste 32 matchs aux Bruins et 28 aux Maple Leafs avec deux mois à faire avant les séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Beaucoup de choses peuvent changer. Les alignements pourraient être modifiés, améliorés avec de petits ou gros ajouts. Ce fut tout de même un aperçu de ce qui pourrait se produire.

Pour les Bruins, cet aperçu a été prometteur. Pour les Maple Leafs, il y a encore du travail à faire.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.