Skip to main content

Les Bruins infligent au Canadien une cinglante défaite de 5-1

LNH.com @NHL

BOSTON - Le Canadien se retrouve aujourd'hui dans la position d'un boxeur qui est sur le point d'être mis K.-O. Le Tricolore est dans les cables, en déficit de deux matchs, après avoir visité le tapis à la suite d'une cinglante défaite de 5-1 subie contre les Bruins de Boston, samedi soir, dans la deuxième rencontre de ce quart-de-finale de l'Association Est.

Bob Gainey avait apporté des changements dans l'espoir de relancer son équipe face à une formation nettement supérieure. La stratégie a lamentablement échoué. Le Tricolore se voit maintenant dans l'obligation de remporter quatre des cinq prochains matchs pour accéder au tour suivant. Autant dire mission impossible.

"Il faut demeurer positif. On ne peut penser autrement, a déclaré Mathieu Schneider. Je me suis déjà retrouvé dans une situation semblable. En 1993 quand nous avons remporté la coupe. Et aussi à Los Angeles contre Detroit."

Marc Savard a été le grand artisan de cette brillante victoire des Bruins. L'habile joueur de centre natif d'Ottawa a marqué deux buts en plus de préparer ceux de Shane Hnidy et Michael Ryder. Chuck Kobasew a été l'autre marqueur. Trois des cinq buts des Bruins ont été enregistrés en avantage numérique.

"On a eu le même problème dans le premier match, a déploré Bob Gainey. Pour l'emporter, on va devoir mieux jouer et, surtout, jouer de façon plus intelligente. On doit éliminer les pénalités pour avoir retenu ou pour avoir cinglé. Boston est un bon adversaire. On n'a pas à en rajouter."

Alex Kovalev a inscrit son second but des séries, le Russe étant un des seuls joueurs du Canadien en mesure de rivaliser de talent et d'intensité avec les Bruins.

Bouillon à nouveau blessé

Comme dans le premier match de la série, les Bruins ont inscrit les deux premiers buts de la rencontre.

Savard a déjoué Carey Price d'un tir vif de l'enclave durant une supériorité numérique à 9:59 de l'engagement initial. Glen Metropolit a permis à l'attaque des Bruins de se poursuivre en ne pouvant récupérer une rondelle libre. Sergei Kostitsyn était au banc des pénalités pour avoir accroché.

Kobasew a doublé l'avance des champions de l'Association Est à 15:12, après le beau travail de Patrice Bergeron contre Mike Komisarek le long de la clôture.

Les Bruins ont largement dominé la période. Ils ont obtenu 15 tirs sans parler des lancers qui ont raté le filet de peu. Price a aussi réalisé de bons arrêts. Il a ainsi privé Kobasew d'un but certain d'un brillant arrêt de la mitaine.

Francis Bouillon était de retour dans la formation après avoir soigné une blessure à l'aine. Il a toutefois été limité à quatre présences (1:46) avant de retraiter au vestiaire. On ne l'a pas revu du match. Yannick Weber l'a remplacé à la ligne bleue.

"On a obtenu le feu vert des médecins, a indiqué Gainey pour expliquer sa décision de faire appel à Bouillon. Je ne crois pas qu'il ait aggravé sa blessure. Il était tout simplement incapable de suivre le jeu."

Kovalev a réduit l'écart après seulement 46 secondes en deuxième. Un tir dévié qui a échappé à Tim Thomas.

Les Bruins ont répliqué en inscrivant trois buts. Hnidy a eu raison de Price d'un lancer voilé à 5:45. Hnidy remplaçait Matt Hunwick, qui a subi l'ablation de la rate plus tôt dans la journée. Comme quoi les Bruins ont des réserves.

"Le troisième but a coûté cher", a admis Gainey.

Savard a réussi son deuxième but du match à 8:13 lors d'une supériorité. Un but magnifique orchestré par Ryder. Ce même Ryder a fait 5-1 à 19:57 d'un tir dans la lucarne. Cette fois, Kovalev était au banc des pénalités.

Au tour de Halak

Price a concédé cinq buts en 26 tirs. Gainey n'a pas hésité à le remplacer par Jaroslav Halak pour entreprendre le dernier vingt.

"On tirait de l'arrière 5-1 et c'était mieux de le retirer du match, a expliqué Gainey. On avait alors besoin de se regrouper même si on ne s'attendait pas à marquer cinq buts. De son côté, Halak a bien fait."

La période a été marquée d'un violent combat entre Patrice Bergeron et Josh Gorges. Le joueur d'Ancienne-Lorette a sévèrement corrigé son rival en lui appliquant trois gauches au visage. Décidement, les Bruins l'auront emporté sur tous les plans.

En fin de match, Milan Lucic a servi un double-échec au visage de Maxim Lapierre. Un geste qui pourrait lui valoir une suspension.

"On va laisser la ligue prendre la décision qui s'impose", a déclaré Gainey.

En voir plus