Skip to main content

Les Blues se considèrent «chanceux» d'être à égalité

St. Louis espère retrouver son jeu dominant avant le match no 3 contre les Sharks

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Journaliste NHL.com

ST. LOUIS  -- Leur plus grand problème a été leur seule consolation.

« Nous n'étions pas à notre meilleur, a avoué le défenseur des Blues Kevin Shattenkirk. Nous sommes tous au courant. Nous sommes des adultes. Nous acceptons cela et nous savons que nous n'avons pas été nous-mêmes. »

En fait, ce n'était même pas près de leur meilleure performance. Cette défaite de 4-0 aux mains des Sharks de San Jose, mardi, lors du deuxième match de la finale de l'Association de l'Ouest a été en fait leur pire performance depuis le début des séries.

Ils ont été dominés à forces égales et sur les unités spéciales. Ils étaient frustrés et indisciplinés.

Ce n'était pas les Blues et c'est mieux de ne pas être les Blues. Cela ne peut pas être les Blues. S'ils jouent encore de cette façon, la série sera courte et ils ne se rendront certainement pas en Finale de la Coupe Stanley.

La série quatre de sept est maintenant égale 1-1. Le troisième match aura lieu jeudi au SAP Center de San Jose (21h, H.E.; NBCSN, CBC, TVA Sports). Les Blues pourraient fort bien tirer de l'arrière 2-0 et ils le savent fort bien. Ils ont été dominés lors du premier match et ils ont eu besoin de la première étoile du match, le gardien Brian Elliott, pour l'emporter 2-1.

« Les Sharks jouent très bien présentement et nous devons nous ajuster, a révélé l'entraîneur-chef des Blues Ken Hitchcock. Nous avons joué deux mauvais matchs et franchement, nous sommes chanceux d'être à égalité 1-1. De la façon dont nous avons joué, nous sommes contents d'être à égalité. »

« Nous pouvons jouer à un niveau supérieur et nous l'avons déjà fait, mais nous semblons ne pas être en mesure de faire aussi bien à domicile qu'à l'étranger pour une raison que j'ignore. »

Les Blues montrent un dossier de 4-5 au Scottrade Center depuis le début des séries. La bonne nouvelle pour eux, c'est que la série se transporte à San Jose et qu'ils possèdent une fiche de 5-2 sur les patinoires adverses. La mauvaise nouvelle cependant, c'est que les Sharks ont remporté cinq des six matchs à domicile depuis le début de la grande danse du printemps.

À domicile, à l'étranger, à l'intérieur ou à l'extérieur, peu importe où ils jouent, les Blues doivent jouer du meilleur hockey et retrouver leur identité. C'est une équipe lourde avec un échec avant intense qui emprisonne les adversaires dans leur zone et qui les force à commettre des erreurs. C'est normalement une équipe expérimentée avec beaucoup de profondeur et de fortes unités spéciales.

Les Sharks les ont battus à leur propre jeu lors du deuxième affrontement. À forces égales, les Sharks ont passé beaucoup de temps en zone des Blues. Le trio de Tomas Hertl, Joe Pavelski et Joe Thornton a été dominant face à celui de Patrik Berglund, Alexander Steen et David Backes, qui devrait normalement être le meilleur des Blues.

Les deux derniers trios, qui devraient désavantager les Sharks, ont aussi contribué avec un but de Tommy Wingels.

« Nous avons commis des revirements et avons été piégés dans notre territoire, a indiqué Hitchcock. Nous avons souvent été incapables de bien sortir le disque de notre zone et nous en avons payé le prix. »

Et quand les Blues ont pu sortir de leur zone, la plupart du temps ils ont lancé la rondelle en territoire adverse et en ont profité pour effectuer des changements de trios au lieu de se regrouper et d'attaquer. Ils se sont donc retrouvés à jouer sur les talons. Ils ont rarement réussi à lancer la rondelle en fond du territoire des Sharks et à la conserver là-dedans.

« Nous devons amener la rondelle près de la bande derrière le but et non au haut des cercles ou tout juste à l'intérieur de la ligne bleue. Nous en avons été incapables, a mentionné Backes. Si nous avions pu le faire, nous aurions certainement mieux fait. Jusqu'ici, nous en avons été incapables et ils en profitent. Nous devons nous ajuster. »

Les Blues ont écopé de nombreuses pénalités et ce sont surtout les vétérans qui se sont retrouvés au cachot: Backes pour avoir fait trébucher, Troy Brouwer pour coup de bâton, Steve Ott pour obstruction, Jay Bouwmeester pour coup de bâton et Brouwer pour bâton élevé. Tous ces joueurs sont âgés de plus de 30 ans et ils ont tous disputé au moins 34 matchs éliminatoires en carrière.

« Si nous passons notre temps au banc des pénalités, nous allons avoir des problèmes, a indiqué l'attaquant Kyle Brodziak des Blues. Nous devons être plus disciplinés et nous devons tous mieux jouer. Nous devons être meilleurs. »

Le jeu de puissance des Sharks a été opportuniste. Le défenseur Brent Burns a battu Elliott deux fois avec des tirs sur réception. Sur le premier but, les Sharks ont profité d'un bâton brisé du côté des Blues, mais lors du deuxième but, ils ont montré leur habileté à s'ajuster. Ils ont effectué plus de tirs au but après avoir vu les Blues être agressifs en désavantage numérique lors du premier match alors qu'ils ont résisté aux trois jeux de puissance des Sharks au cours de la rencontre. C'est maintenant au tour des Blues de réagir.

Les Sharks ont tenu les Blues en échec lors de leurs six jeux de puissance et ont empêché les Blues de revenir dans le match en troisième période.

San Jose a résisté lors d'un désavantage de quatre minutes après une pénalité pour bâton élevé en début de troisième. Le gardien Martin Jones a alors réalisé cinq arrêts, dont un sur un tir à bout portant de Brouwer.

Ils ont ensuite écoulé deux autres pénalités qui se chevauchaient plus tard dans la période avec un désavantage de deux hommes pendant 24 secondes. Brouwer a alors touché le poteau pour la deuxième fois du match. Mais ce fut la seule vraie chance de compter des Blues.

« C'est une équipe qui vous frustre. Ils vous surveillent de très près. Ils sont disciplinés et leur façon de jouer vous frustre vraiment. »

Qui a fait cette déclaration ? Quelle équipe ce joueur décrivait-il ?

C'était Shattenkirk qui parlait des Sharks. Mais normalement, ce devrait être un joueur des Sharks qui parle des Blues.

Maintenant, lisez cette autre déclaration: « La pression que nous exerçons fonctionne et quand nous l'exerçons bien, nous pouvons les battre. »

C'est encore une fois une déclaration de Shattenkirk.

Si la pression des Blues fonctionne, s'ils peuvent vaincre les Sharks, le temps est maintenant venu de le prouver.

En voir plus