Skip to main content

Les Blues savent quoi faire pour éviter l'élimination

St. Louis se tourne vers le gardien Brian Elliott pour remporter un match no 6 crucial

par Amalie Benjamin @amaliebenjamin / Journaliste NHL.com

ST. LOUIS -- Les Blues de St. Louis ont déjà vécu cette expérience. Ils savent ce que c'est de faire face à l'élimination dans un match no 6 et ils devront tenter de l'éviter dans le sixième match de la finale de l'Association de l'Ouest contre les Sharks de San Jose mercredi au SAP Center (21h H.E.; TVA Sports, CBC, NBCSN).

Les Blues ont remporté le match no 7 contre les Blackhawks de Chicago 3-2 et le match no 7 contre les Stars de Dallas 6-1. Maintenant, après avoir perdu le cinquième match de la finale d'association à domicile, ils devront remporter le match no 6 pour demeurer en vie.

Bien que ce n'est pas une situation parfaite ou même confortable, c'est quand même très familier chez les Blues.

Les Blues se sont placés dans ce scénario pendant toutes les séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Ils n'ont pu éliminer les Blackhawks dans les matchs no 5 et 6 en première ronde et ils ont raté une occasion de battre les Stars en six parties. Les Blues auraient pu rendre leur tâche bien plus facile et gagner du repos bien mérité, mais ils ont échoué.

Ils espèrent maintenant avoir appris des leçons dans ces moments intenses, des leçons dont ils pourraient tirer profit quand ils affronteront les Sharks dans un match « ça passe ou ça casse ». Ils ont déjà gagné deux matchs en faisant face à l'élimination ce printemps. Afin de se rendre en Finale de la Coupe Stanley, ils en auront à gagner deux de plus.

Alors, quelles leçons ont-ils tirées?

« Je pense que c'est la patience et le positionnement, a répliqué l'entraîneur des Blues Ken Hitchcock. Quand tu es patient avec ton positionnement offensif et défensif, le match semble devenir plus facile. Quand tu es animé et quand tu tentes de frapper le coup de circuit en début de match, tu donnes des contre-attaques.

« Pour moi, ce que nous avons appris, c'est que le match dure 60 minutes. C'est une longue soirée. Et si nous l'abordons ainsi, de bonnes choses vont nous arriver. Il nous a fallu 53 minutes pour percer la défensive des Blackhawks et je l'ai dit hier soir, si nous l'abordons comme un match d'un seul but pendant longtemps, j'aime nos chances. »

Hitchcock a indiqué que la clé est de ne pas devenir trop anxieux et de ne pas échanger des chances de marquer. Ça ne fonctionne habituellement pas pour l'équipe visiteuse. Et ça ne va pas fonctionner pour St. Louis.

« Je pense que c'est important que nous ne nous éloignions pas de notre système, a dit le défenseur des Blues Carl Gunnarsson. Nous devons nous serrer les coudes et nous rappeler de continuer de faire les choses qui nous ont rapporté du succès. Nous devons croire en nous-mêmes. »

Ç'a fonctionné pour eux jusqu'ici. Ç'a déjà fonctionné contre deux des meilleures équipes dans l'Association de l'Ouest. Pourquoi pas une troisième fois?

« Je pense que nous avons démontré pendant toute la saison et les séries que nous n'abandonnons jamais, a continué Gunnarsson. Il y a toujours une chance.

« Si nous remportons ce match [mercredi], nous reviendrons à domicile et la balle sera de nouveau dans notre camp. Nous croyons tous en nous-mêmes. Quoiqu'il arrive, les gens se rappelleront que les Blues de 2016 étaient une équipe qui n'a jamais abandonné. »

« J'aime la manière dont nous avons joué dans les deux derniers matchs [dans lesquels nous faisions face à l'élimination], a ajouté l'attaquant des Blues Alexander Steen. Simplement, mais très désespéré. C'est ce dont nous aurons besoin demain. »

En voir plus