Skip to main content

Binnington, absout de tout blâme

Les Blues réitèrent une confiance inébranlable en leur gardien recrue après une défaite de 7-2 dans le match no 3

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

ST. LOUIS - Le cadet des soucis chez les Blues de St. Louis samedi soir, c'est l'état d'esprit dans lequel se trouvera le gardien Jordan Binnington en vue du quatrième match de la Finale de la Coupe Stanley, lundi (20 h HE; TVAS, CBC, NBCSN, SN).

« Ce n'est absolument pas une source de préoccupation actuellement. Nous devons être bien meilleurs devant lui », a coupé court à la question au sujet de Binnington le capitaine des Blues Alex Pietrangelo, à l'issue de la victoire décisive des Bruins de Boston, 7-2.

À LIRE AUSSI : Bergeron et le jeu de puissance sonnent la charge pour Boston | Bergeron était bel et bien « prêt »

Binnington a vécu une première à son 52e départ dans la LNH, samedi, en étant retiré avant la fin du match. Le gardien recrue âgé de 25 ans a été remplacé par Jake Allen après avoir cédé un cinquième but aux Bruins, à 12:12 de la deuxième période. 

« Cinq buts, c'était suffisant. Je voulais le ménager pour le prochain match », a simplement expliqué l'entraîneur Craig Berube.

« Pour ce qui est de mon niveau de confiance quant à sa capacité de revenir fort, il est très élevé », avait commencé par dire le pilote.

Binnington n'a pas cherché de faux-fuyants quand on lui a demandé ce qui n'avait pas fonctionné pour lui.

« Je ne sais pas, mais je dois être meilleur. Je dois faire du meilleur travail afin de donner la chance à l'équipe de l'emporter, a-t-il mentionné. Les Bruins ont réussi trois buts en première période, ce n'est jamais bon. C'est comme ça. Les Bruins sont une très bonne équipe et nous devons rester concentrés sur notre jeu. »

Les Bostoniens l'ont déjoué trois fois en supériorité numérique et Berube a relevé que deux des buts qu'il a accordés ont été le résultat de déviations.

« Ce n'est pas du tout sa faute », l'a exonéré de tout blâme l'ailier québécois David Perron. « Je suis convaincu qu'il est déçu, mais ça n'a rien à voir avec lui. Il est la principale raison pour laquelle nous sommes rendus en Finale de la Coupe Stanley. »

Video: BOS@STL, #3: Krug ajoute à l'avance en A.N.

Binnington a affiché un brin d'exaspération en deuxième période, en poussant légèrement son opposant Tuukka Rask au moment de le croiser. Le geste n'a pas été accidentel.

« C'était 4-0 et j'étais mécontent, a relaté Binnington. J'ai réagi de cette façon. C'est une longue série. C'est quelque chose que j'ai fait et la page est tournée. »

Binnington a rappelé que l'équipe a l'habitude de rapidement faire oublier une mauvaise performance. Jusqu'à maintenant, la Finale de la Coupe Stanley se déroule sensiblement de la même façon que la finale de l'Association de l'Ouest contre les Sharks de San Jose. Les Blues avaient perdu les premier et troisième matchs pour accuser un retard de 1-2 dans la série.

« Nous trouvons le moyen de vite tourner la page après une défaite et il faudra faire la même chose, a soumis Perron. La situation est différente d'après la défaite de la passe avec la main contre San Jose, mais ça reste une défaite en séries. »

Les Blues jouent à un jeu dangereux parce que ça peut devenir essoufflant à la longue d'être aux trousses de leurs adversaires.

« Mon approche demeure inchangée, a dit Binnington. L'enjeu est plus grand en Finale de la Coupe Stanley, mais il ne faut pas déroger du plan et croire en vous-même et en vos coéquipiers. »

Perron, l'agitateur

Perron a tenté de jouer les agitateurs en deuxième période une fois que l'écart a été trop important, comme il l'avait fait dans le match no 5 de la série de deuxième tour contre les Stars de Dallas en donnant un coup de bâton au gardien Ben Bishop. Samedi, il s'est chamaillé avec le défenseur Charlie McAvoy avant d'avoir une prise de bec avec le gardien Tuukka Rask.

« Je lui ai dit d'arrêter d'exagérer des chutes quand on s'approche de lui, a relaté Perron. Nous avons été punis deux fois à cause de ça dans le match no 2 à Boston. Si on peut lui donner le bénéfice du doute sur la pénalité de Samuel Blais, il avait à peine été touché par Jaden Schwartz. Ce soir, il a retenté le coup quand je me suis approché de lui. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.