Skip to main content

Les Blues et Upshall ont Fort McMurray en tête

Ils pensent à la ville albertaine ravagée par un incendie en se préparant pour le quatrième match contre les Stars

par Amalie Benjamin @amaliebenjamin / Journaliste NHL.com

ST. LOUIS - Les flammes vacillent dans les images, les écrans télé et les photos, ainsi que dans les pensées des hommes présents dans les deux vestiaires. Ici, les liens sont multiples avec Fort McMurray, avec cette ville du pétrole située dans le nord de l'Alberta, avec cette ville qui a été évacuée au cours des dernières heures en raison du vaste incendie qui y fait rage.

Mais personne n'a des liens plus intimes que Scottie Upshall; l'attaquant des Blues de St. Louis a grandi à Fort McMurray, un endroit où sont établis son frère et sa fiancée, ainsi que ses trois nièces. On y trouve aussi des amis et des membres de la famille d'Upshall, ainsi que du joueur de centre des Stars de Dallas Vernon Fiddler, de l'entraîneur des Blues Ken Hitchcock et de plusieurs autres.

 

Ils ont donc regardé et écouté, envoyé des textos et vérifié si les leurs allaient bien, puis tenté de mettre de côté ce qui s'y passe dans le but de se concentrer sur un match de hockey. Ils ont tenté de réprimer les images de flammes qui enveloppent les arbres et les commerces, qui ont forcé plus de 80 000 personnes à fuir et qui ont détruit 1600 structures, selon les reportages.

« Il y avait beaucoup de choses qui me passaient par la tête, hier, quand je me suis réveillé après ma sieste, a déclaré Upshall, mercredi. La plupart des membres de ma famille ont essayé de ne rien exagérer, mais il n'y a pas lieu d'exagérer quand quelque chose d'aussi dramatique arrive.

« Je suis tout simplement préoccupé par le bien-être de mes amis et de ma famille, d'autant plus que mes nièces étaient encore à Fort McMurray quand c'est arrivé, tandis que mon frère et sa fiancée sont ici pour nous regarder jouer. Beaucoup de gens ont vécu des moments difficiles hier. »

Les Blues vont donner un coup de main durant le quatrième match de la série du deuxième tour dans l'Association de l'Ouest contre les Stars, jeudi (20 h (HE); TVA Sports, CBC, NBCSN). Ils ont annoncé mercredi que l'équipe et les anciens des Blues organiseront une collecte de fonds pour les victimes de l'incendie, alors que les recettes du tirage moitié-moitié et de l'encan silencieux par téléphone de l'organisme « Blues for Kids » permettront d'aider les familles qui ont été évacuées.

« Il y a probablement beaucoup de personnes qui, ce matin, se sont réveillées dans la maison ou le lit de quelqu'un d'autre, avec des enfants qui ne comprennent pas vraiment ce qui se passe, a noté Upshall. C'est difficile. Nous avons un bon groupe ici. Tout le monde, hier soir, a transmis ses pensées et ses prières. C'est difficile quand ça devient une nouvelle d'envergure nationale et internationale, tout ça pour une ville de 80 000 personnes. C'est troublant.

« Mais ce qui est bien, c'est que la ville va passer au travers. Je suis certain qu'ils vont obtenir plus d'aide encore et qu'ils vont finir par contrôler l'incendie. »

C'était, pour lui, comme un film; il ne pouvait que regarder les images, voir ce qui arrivait aux endroits qui lui sont familiers en raison de ses années passées à Fort McMurray. Il y avait des endroits qu'il connaissait, des endroits qui n'existent plus maintenant.

« Un film, a-t-il lancé, que je préférerais ne pas regarder.

« J'ai vu l'autoroute que j'empruntais d'habitude quand j'arrivais de l'aéroport, et les deux côtés de la route étaient engloutis par des flammes de 100 pieds. J'ai vu des restaurants que j'avais l'habitude de fréquenter, ils étaient détruits. C'est fou. »

Upshall ne savait pas quelle était au juste l'étendue des dommages, mardi, alors que ses coéquipiers et lui se préparaient à affronter les Stars dans un match qu'ils allaient éventuellement remporter 6-1. Seulement quelques informations avaient alors commencé à filtrer, alors à ce moment-là, il n'y avait apparemment pas lieu de songer à écarter Upshall de l'alignement.

Il a donc eu l'occasion de se concentrer sur le hockey pendant quelques heures, avant d'être confronté de nouveau à la réalité.

« Nous sommes ici pour remporter des matchs et nous nous trouvons dans une très bonne situation ici dans les séries; mais en même temps, quand des vies sont en danger et que la communauté se retrouve le dos au mur, à se battre pour survivre, c'est difficile, a indiqué Upshall. C'est vraiment difficile à expliquer. C'est une situation hors du commun, très dérangeante.

« Ç'a toujours été une ville formidable, une ville qui a survécu pendant de nombreuses années malgré les moments difficiles. Moi, j'ai l'impression que ça ne fait pas si longtemps que ça que j'y vivais. Ce sera probablement très difficile à accepter quand je verrai les endroits qui ont été détruits. Mais l'important, c'est que tout le monde soit en sécurité. »

Un autre Albertain d'origine, Hitchcock, a interrompu son point de presse mardi pour dire, « Je sais que nous jouons au hockey, mais plusieurs d'entre nous sommes nés en Alberta. Nos pensées et nos prières en ce moment vont aux gens de Fort McMurray. L'incendie a atteint la ville, et évidemment [Upshall] y a passé sa jeunesse. Nous sommes tous passés par cette ville plusieurs fois. Même si ceci est un match de hockey, un bon nombre de nos pensées, surtout celles de ceux qui sont nés et qui ont été élevés dans cette province, sont avec les gens de cette ville. »

C'était la même chose pour les autres : pour Fiddler, qui est originaire d'Edmonton, et pour l'entraîneur des Stars Lindy Ruff, qui est né à Warburg, alors qu'ils regardaient et écoutaient et essayaient de se tenir au fait des dernières nouvelles tout en se préparant à disputer un match de hockey. Des cousins de Fiddler, qui est un ami proche d'Upshall, ont perdu leur maison à Fort McMurray et se trouvent présentement à Edmonton chez des membres de leur famille. Fiddler a dit que la même chose est arrivée au frère d'Upshall, dont la résidence a été détruite et avec qui il avait communiqué après le match. Ils ne sont pas seuls.

« C'est tragique, a lancé Ruff. C'est tout près de mon patelin, et dans ce contexte la défaite n'a plus d'importance pour les gens qui sont en danger là-bas et les gens qui ont perdu leur maison. Ces choses-là nous touchent tout droit au coeur. Quand tu entends certaines des histoires et ce que les gens font les uns pour les autres… Ça brise le coeur ce qui se passe là-bas. »

 

En voir plus