Skip to main content

Les Blue Jackets affirment que participer aux séries ne suffit pas

Éliminé en première ronde, Columbus vide de grandes choses la saison prochaine

par Craig Merz / Correspondant LNH.com

COLUMBUS - L'entraîneur John Tortorella avait un message samedi pour les Blue Jackets de Columbus, qui ont été éliminés des séries éliminatoires de la Coupe Stanley par les Penguins de Pittsburgh jeudi.

« Être bon est l'ennemi d'être excellent », a-t-il lancé au Nationwide Arena.

Être bon signifie que les Blue Jackets ont établi des records d'équipe pour les victoires (50) et les points (108) en une saison en 2016-17, ce qui leur a permis d'atteindre les séries éliminatoires pour la troisième fois de leur histoire. 

Être excellent signifie gagner la Coupe Stanley, une chose que les Blue Jackets n'ont jamais réussi ni même passé près de réussir cette saison, qui a pris fin au terme du match no 5 de leur série de première ronde de l'Association de l'Est.  

Tortorella ne va pas se contenter que son équipe soit bonne.

« Vous pouvez vraiment vous enfoncer dans la boue et faire du surplace si vous pensez avoir trouvé la solution, a déclaré Tortorella. Nous allons devoir apporter bien d'autres améliorations si nous voulons aller jusqu'au bout, et ce sera la partie la plus difficile. Nous allons nous battre pour nous qualifier pour les séries l'an prochain. C'est ainsi que la ligue fonctionne. Les équipes vont s'améliorer. »

Columbus a terminé au troisième rang de la section Métropolitaine avec un dossier de 50-24-8, et au quatrième rang de la LNH, mais n'a signé qu'un gain en séries. En trois présences en séries éliminatoires, les Blue Jackets n'ont jamais franchi la première ronde. 

« C'est difficile de ne plus jouer, a admis le centre Brandon Dubinsky. De ce côté, c'est un échec, mais d'un autre côté, notre équipe s'est beaucoup améliorée cette année. »

Les Blue Jackets ont participé au tournoi printanier en 2009 et 2014, mais n'ont jamais réussi à se qualifier deux saisons de suite, et l'équipe se sert déjà de cette statistique comme motivation pour la prochaine saison.

« Nous n'allons pas être l'équipe d'une seule saison, afin que les autres équipes se disent 'Ah, ils ont seulement été chanceux cette année,' a promis le défenseur Seth Jones. Nous allons participer aux séries éliminatoires chaque année. C'est notre objectif. Notre objectif est de remporter la Coupe Stanley chaque année. Une saison n'est pas un succès à moins que vous souleviez la Coupe Stanley, et c'est ce que tout le monde souhaite accomplir. »

Tortorella a été clair avec ses joueurs, ce ne sera pas facile. 

« Ce sera encore plus difficile, car il faudra s'endurcir encore plus », a indiqué Tortorella, dont les Blue Jackets ont conservé un dossier de 34-40-8 en 2015-16, à l'avant-dernier rang de l'Association de l'Est. « Il faudra être encore plus durs mentalement. Écoutez, je suis très heureux d'avoir eu la chance de participer aux séries éliminatoires après la saison que nous avons connue l'an dernier. Je ne tente pas de minimiser cela. Mais lorsque vous atteignez ce point… je ne veux pas disputer seulement cinq parties. La partie la plus difficile est devant nous. »

Les Blue Jackets sont confiants en leur avenir puisqu'ils misent sur l'une des équipes les plus jeunes de la LNH, menés par le défenseur de 19 ans Zach Werenski, finaliste au trophée Calder, remis à la meilleure recrue de la ligue.

« Nous sommes très jeunes, a souligné Jones. Nous disons parfois à la blague dans le vestiaire que nous faisons encore partie d'une équipe junior. Nous comptons 10 ou 11 joueurs qui n'ont pas encore 23 ans. »

Disputer une série contre les Penguins, les champions en titre, a été très utile pour préparer Columbus à de futurs parcours en séries, selon le capitaine Nick Foligno.

« Nous étions une équipe qui tentait simplement de participer aux séries, a-t-il précisé. Maintenant, nous nous demandons comment demeurer en séries, comment bien faire en séries, comment gagner en séries. Ce qui m'enthousiasme le plus est notre progression et notre mentalité. »

Scott Hartnell, qui est, à 35 ans, le plus vieux joueur des Blue Jackets, a livré un discours émotif après la défaite dans le match no 5 à Pittsburgh.

Il a dit à ses coéquipiers, surtout aux plus jeunes, de ne pas tenir les séries éliminatoires pour acquises.

« Vous ne pouvez vous contenter de vous dire que vous allez vous reprendre l'an prochain, a-t-il indiqué. La première chose que vous savez, c'est que vous vous réveillez à 35 ans comme moi alors que votre carrière achève. Plusieurs de ces joueurs ont 20, 22 ou 23 ans, et s'ils se disent, 'Oh, nous recommencerons l'an prochain', ils vont être dans le même bateau et auront gaspillé quelques chances de remporter la Coupe Stanley. »

En voir plus