Skip to main content

Les Blackhawks se retrouvent à temps pour les séries

Grâce à l'explosion de Patrick Kane et aux progrès des jeunes, Chicago trône au sommet de l'Association de l'Ouest et aspire à la Coupe Stanley

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur LNH.com

C'est ce que Stan Bowman avait prévu.

Le directeur général savait que si les Blackhawks de Chicago voulaient connaître du succès cette saison, son noyau devait exceller comme d'habitude et les jeunes devaient continuer de progresser. Il savait que c'était un processus. Il savait que ça pouvait se produire. 

Maintenant, avec moins d'un mois à faire au calendrier régulier, son noyau excelle et un joueur en particulier se démarque. L'ailier droit Patrick Kane a 76 points, ex aequo au premier rang des compteurs de la LNH avec le capitaine des Oilers d'Edmonton Connor McDavid, et il pourrait remporter le trophée Art-Ross remis au meilleur compteur du circuit pour une deuxième année consécutive. Il devrait aussi être dans la lutte pour le trophée Hart remis au joueur le plus utile à son équipe pour une deuxième saison de suite.

Les jeunes joueurs progressent, surtout l'attaquant recrue Nick Schmaltz, qui est revenu plus confiant après un bref séjour à Rockford dans la Ligue américaine de hockey (LAH).

Après des victoires contre le Wild du Minnesota, son rival de la section Centrale, et les Canadiens de Montréal, qui avaient gagné huit de leurs dix derniers matchs, regardez où se trouvent les Blackhawks en ce moment : ils sont premiers dans l'Association de l'Ouest.

Ils montrent une fiche de 14-3-0 à leurs 17 dernières parties. Est-ce que quelqu'un veut les affronter en séries éliminatoires de la Coupe Stanley?

« Le rendement de notre équipe depuis six semaines correspond à ce qu'on espérait, a révélé Bowman. Je l'ai dit plus tôt cette année et je ne sais pas si les gens m'ont cru. J'avais l'impression que c'était différent cette année en raison de tous ces jeunes joueurs qui allaient s'améliorer au cours de la saison.

« La plupart des autres joueurs sont très bons, mais comme ils sont bien établis, ils ne s'améliorent pas vraiment. Avec les jeunes, par contre, ce qu'on a vu en octobre n'est plus ce qu'on voit aujourd'hui. Ils sont meilleurs. Donc, je crois que c'est ce qui est arrivé.

« Nos joueurs clés jouent mieux qu'au début, mais ce sont les jeunes qui se sont imposés. Maintenant, ils savent qu'ils sont à leur place. »

Après avoir gagné la Coupe Stanley en 2010, les Blackhawks se sont engagés envers leur noyau et ils se sont débarrassés de la moitié de leur alignement pour respecter le plafond salarial. Ils ont reconstruit leur groupe de joueurs de soutien et ils ont remporté les grands honneurs en 2013. Puis, ils ont de nouveau remanié leur groupe de joueurs de soutien et ils ont remis la main sur le titre en 2015.

Kane, Corey Crawford, Niklas Hjalmarsson, Marian Hossa, Duncan Keith, Brent Seabrook et Jonathan Toews comptent pour 48,788 millions de dollars de la masse salariale de l'équipe cette saison, selon CapFriendly.com. Cela représente les deux tiers du plafond salarial de 73 millions de dollars. Or, Bowman a complété sa formation avec des joueurs à rabais et des jeunes, tandis que l'entraîneur Joel Quenneville s'est assuré que toutes ces pièces fonctionnent bien ensemble.

Les Blackhawks n'étaient pas à leur mieux en début de saison, mais ils trouvaient le moyen de gagner grâce à d'excellentes performances de leurs gardiens et de joueurs comme Hossa et Artem Anisimov. Puis, leur jeu collectif a commencé à prendre vie en janvier.

Et c'est Kane qui en a été le principal catalyseur.

Sa saison actuelle peut ne pas sembler aussi extraordinaire que la dernière, lors de laquelle il a inscrit 106 points (46 buts et 60 aides), 17 de plus que son plus proche poursuivant, et est devenu le premier joueur né aux États-Unis à remporter les trophées Hart et Art-Ross. Pourtant, la course à ces deux trophées est incroyablement serrée cette année. Lorsque le personnel de LNH.com a voté pour le lauréat du trophée Hart au quart de la saison, Kane n'a reçu qu'un seul vote de cinquième place.

Or, il a explosé dernièrement avec une récolte de 27 points (16 buts et 11 aides) en 17 matchs et il est à nouveau extrêmement important pour la formation des Blackhawks. Kane a compté 31 buts, quatre de moins que le meneur de la ligue à ce chapitre et huit de plus que n'importe lequel de ses coéquipiers. Il domine tous les autres marqueurs des Blackhawks par 14 points. Il domine le jeu avec ses compagnons de trio habituels, Anisimov et Artemi Panarin.

« Il a battu des équipes de toutes sortes de façons, a expliqué Bowman. Il a toujours la rondelle quand il est sur la glace et son trio fait beaucoup de présences dans le territoire adverse et il y reste pendant 30 ou 40 secondes à faire circuler le disque. C'est un trio très patient qui laisse parfois passer de belles occasions de lancer pour en avoir de meilleures après. »

Le rendement du reste du noyau répond aux attentes. Puis, on retrouve l'attaquant Richard Panik, qui a 17 buts, soit un de moins que Toews, et l'attaquant recrue Ryan Hartman, le jeune joueur le plus constant de l'équipe, qui compte 15 buts. Schmaltz a amassé quatre points (un but et trois aides) à ses 26 premières parties, puis il a été rétrogradé dans la LAH du 4 décembre au 14 janvier. En 22 matchs depuis son retour à Chicago, il a récolté 16 points (cinq buts et 11 aides).

Anisimov s'est blessé à la jambe contre les Canadiens, mardi, après avoir obtenu son 45e point, un sommet pour lui dans la LNH. Schmaltz a pris la relève d'Anisimov au centre de Panarin et Kane et il a inscrit une mention d'aide et provoqué plusieurs surnombres. La blessure d'Anisimov ne serait pas sérieuse et si les Blackhawks demeurent en santé, ils ont tout ce qu'il faut pour aller loin en séries.

« Je dis toujours aux joueurs que si vous n'êtes pas dans cette ligue, c'est parce que vous pensez beaucoup, a mentionné Bowman. Vous pensez probablement trop, vous ne jouez pas en suivant votre instinct. Vous ne voulez pas faire d'erreurs parce que vous ne voulez pas retourner dans les mineures.

« Je crois qu'ils sont passés à autre chose. Maintenant, ils se contentent de jouer au hockey. On ne peut pas précipiter ce processus. Il faut seulement laisser les choses suivre leur cours. » 

En voir plus