Skip to main content

Les attaquants anonymes des Predators rivalisent avec les Penguins

Frédérick Gaudreau est le chef de file d'un effort collectif qui a permis à huit avants de marquer en Finale de Coupe

par Tom Gulitti @tomgulittinhl / Journaliste LNH.com

NASHVILLE - À l'approche de la Finale de la Coupe Stanley, le duel entre les attaquants des Penguins de Pittsburgh et ceux des Predators de Nashville semblait tout à fait inégal.

Les Penguins misent sur Sidney Crosby et Evgeni Malkin, deux des meilleurs joueurs de centre au monde, et aussi sur Phil Kessel, un franc-tireur qui représente une menace à l'aile, et Jake Guentzel, le meilleur buteur des séries avec 13 filets.

Les Predators sont privés des services du joueur de centre Ryan Johansen après que celui-ci eut subi une chirurgie à la cuisse gauche qui a mis fin à sa saison, ainsi que du rapide ailier gauche recrue Kevin Fiala, qui a subi une fracture au fémur gauche. Ils alignent des attaquants talentueux comme Filip Forsberg et Victor Arvidsson, mais dans l'ensemble il s'agit d'un groupe plutôt anonyme.

Et pourtant, à l'issue des quatre premiers matchs de la Finale, les Predators ont eu le dessus 13-11 sur les Penguins au chapitre des buts, ayant notamment marqué neuf filets et encaissé seulement deux buts en route vers la victoire lors des matchs no 3 et no 4 à Nashville. Les attaquants des Penguins ont marqué 11 buts comparativement à 10 pour les attaquants des Predators, alors que Guentzel en compte quatre, mais il s'agit d'un duel étonnamment équilibré jusqu'ici, ce qui explique pourquoi la série quatre de sept est égale 2-2 à l'approche du cinquième match qui se déroulera jeudi à Pittsburgh (20h (HE) ; TVA Sports, CBC, SN, NBC).

« Nous sommes ce que nous sommes avec les blessures, a affirmé l'entraîneur des Predators Peter Laviolette, mardi. Ce sont des blessures qui ont porté un dur coup. Nous aurions plus de profondeur à l'avant s'ils étaient là, mis les gars ont relevé le défi. Nous l'avons fait par comité. Nous avons réussi parce que les gars ont répondu à l'appel. »

Une des grandes surprises de la Finale a été la recrue Frédérick Gaudreau, qui a marqué trois buts depuis le début de la série - les trois premiers de sa carrière dans la LNH -, y compris les filets vainqueurs lors des matchs no 3 et no 4. L'athlète de 24 ans a pris part à neuf rencontres en saison régulière, mais c'est seulement après que Johansen se soit blessé durant le quatrième match de la Finale de l'Association de l'Ouest contre les Ducks d'Anaheim qu'il a été inséré dans l'alignement des séries éliminatoires.

Guentzel a fait sa part du côté des Penguins, mais Crosby a inscrit son premier but de la série seulement lors du quatrième match. Malkin a deux buts, un dans chacune des deux premières rencontres, tandis que Kessel n'a pas de but et une seule mention d'aide.

Entre-temps, 11 patineurs des Predators ont trouvé le fond du filet, dont huit attaquants, en Finale de la Coupe Stanley. Gaudreau est le seul joueur de l'équipe à avoir marqué plus d'une fois.

« Tout au long de la saison, différents joueurs ont contribué », a fait remarquer l'ailier droit Craig Smith, qui a marqué à la suite d'une échappée en troisième période à l'occasion de la victoire de 5-1 des Predators, dimanche, lors du troisième match. 

« Différents joueurs peuvent marquer d'un match à l'autre et nous pouvons voir qu'il y a des héros différents chaque soir. »

Arvidsson et Forsberg ont terminé à égalité au premier rang des buteurs de l'équipe en saison régulière avec 31, mais aucun d'entre eux n'avait inscrit de but en Finale jusqu'au moment de disputer le quatrième affrontement, lundi, que Nashville a remporté 4-1. Le but de Forsberg dans une cage déserte était son premier de la série, lui qui avait récolté 15 points (huit buts, sept aides) en 16 matchs au cours des trois premières rondes éliminatoires.

En séries éliminatoires de la Coupe Stanley, les Predators ont vu 19 de leurs patineurs trouver le fond du filet, dont 15 attaquants. Les Flyers de Philadelphie ont établi des records de la LNH dans les séries du printemps 1987 quand 21 patineurs, dont 16 attaquants, ont fait mouche avant de s'incliner en sept matchs devant les Oilers d'Edmonton en Finale de la Coupe Stanley.

« Ils [les Penguins] ont certainement droit à un certain statut, étant donné la renommée des vedettes qu'ils ont dans leur alignement, mais nous savions que nous allions devoir répliquer à l'aide d'un effort de groupe, en marquant des buts opportuns venant de joueurs qui sont un peu négligés, comme Freddy Gaudreau, qui a trois buts dans cette série, a souligné le joueur de centre des Predators Colton Sissons. [Smith] a marqué un but important l'autre soir. Il y en a plusieurs. C'est comme ça que nous allons pouvoir rivaliser. »

Parce que les circonstances l'ont obligé à le faire, Laviolette a modifié ses trios après la blessure de Johansen, alors qu'il a inséré Forsberg et Arvidsson dans différentes unités. Cela, ainsi que la décision d'intégrer Harry Zolnierczyk et Pierre-Alexandre Parenteau à l'alignement et de les jumeler à Gaudreau, a permis aux Predators de miser sur une attaque plus équilibrée au cours des deux dernières rencontres.

Les Predators ont vu chacun de leurs quatre trios trouver le fond du filet lors du match no 4, trois de leurs unités ayant marqué à armes égales durant la troisième rencontre.

« C'est ce qu'il faut, a souligné Forsberg. Il faut avoir de la profondeur. Il faut que les buts viennent des deuxième et troisième trios, et même du quatrième trio, si tu veux avoir du succès. Je ne sais pas combien de joueurs ont fait partie de l'alignement depuis le début des séries. Des joueurs ont intégré l'alignement à différents moments et ils ont joué de façon incroyable. »

Peu d'équipes alignent autant de joueurs vedettes que les Penguins à l'attaque, eux qui peuvent compter sur Crosby, Malkin et Kessel ; mais en se regroupant, les attaquants des Predators ont tenu leur bout jusqu'ici au chapitre de la production.

« Il n'y a qu'un seul Sidney Crosby, a noté Forsberg. Nous avons Freddy Gaudreau, qui joue pratiquement aussi bien en ce moment, mais Sidney Crosby est évidemment un des meilleurs joueurs de l'histoire. Mais en même temps, notre équipe n'est pas bâtie de la même façon. Nous sommes une équipe où tout le monde travaille pour son voisin. Je crois que c'est la clé de notre approche, alors que tout le monde est appelé à contribuer. »

En voir plus