Skip to main content

Les ailiers costauds King et Martinsen débarquent

Les Canadiens prennent du poids sans perdre de vitesse

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - À défaut d'avoir pu mettre la main sur un attaquant à caractère offensif, les Canadiens de Montréal ont colmaté des brèches en ajoutant du poids à leur formation, mercredi, à la date limite des échanges dans la LNH. 

Le directeur général Marc Bergevin a mentionné avoir tendu des perches afin d'obtenir un attaquant de haut calibre. Ça n'a pas fonctionné pour lui. 

« Nous avons essayé d'augmenter le volet de la production, mais il y a pas grand-chose qui a bougé à travers la Ligue nationale, pas seulement à Montréal », a-t-il fait remarquer. 

Les gros noms avancés, Matt Duchene et Gabriel Landeskog de l'Avalanche du Colorado entre autres, n'ont effectivement pas changé d'adresse. 

Bergevin a dit que le coût à défrayer, soit des espoirs prometteurs et des bons choix de repêchage, était trop élevé. C'est contraire à la philosophie qu'il préconise, dont il n'a pas dérogé encore. 

« Je ne crains pas de faire de gros coups. Tout dépend du prix à payer. Si je pense que ça peut aider l'organisation, je vais bouger. Faire un mauvais échange, c'est très facile. 

« C'était un marché d'acheteurs mercredi. Les prix montent dans ce temps-là », a-t-il constaté en admettant que le repêchage d'expansion à venir avait peut-être refroidi les ardeurs d'équipes. 

Rassuré par les trois récentes victoires de l'équipe, Bergevin a donc mis les efforts à faire le plein de joueurs de soutien. Il a revampé le quatrième trio à l'attaque, comme il l'avait fait en 2015 en faisant l'acquisition des Torrey Mitchell et Brian Flynn. 

« C'était un besoin que nous voulions combler. Nous avons ajouté des joueurs imposants physiquement sans perdre de vitesse, a-t-il avancé. Nous avons voulu mieux entourer nos petits joueurs habiles. » 

Bergevin est allé chercher des ailiers costauds en Dwight King, des Kings de Los Angeles, et Andreas Martinsen, de l'Avalanche. King, âgé de 27 ans, mesure 6 pieds 4 pouces et pèse 229 livres. Martinsen, 26 ans, mesure 6 pieds 3 pouces et pèse 220 livres. 

Le Tricolore a cédé un choix de quatrième tour en 2018 pour King et l'ailier Sven Andrighetto, qu'on peut facilement remplacer par un espoir des IceCaps de St. John's - « Charles Hudon ou Chris Terry », pour Martinsen. 
King, qui totalise 15 points cette saison, s'avère la plus belle prise. Il a fait partie des deux conquêtes de la Coupe Stanley des Kings en 2012 et en 2014. 

Si on ajoute à ces deux acquisitions, celles des défenseurs Jordie Benn, lundi, et Brandon Davidson, mardi, ainsi que l'attaquant Steve Ott, tard mardi, cinq nouveaux joueurs vont être intégrés à la formation cette semaine. 

« Ce n'est pas un problème pour l'esprit d'équipe. Les gars vont les accueillir à bras ouverts », a estimé Bergevin qui avait amorcé son magasinage en mettant la main sur le défenseur Nikita Nesterov, le 26 janvier. 

Comme Andrighetto, David Desharnais et Greg Pateryn ont quitté, les Canadiens ont dans leur formation 15 attaquants et huit défenseurs. Comme la limite des 23 joueurs n'est plus en vigueur dans la LNH, les équipes peuvent avoir le nombre de joueurs qu'elles désirent dans leur entourage. 

« Nous n'avons pas le sentiment d'avoir touché à notre noyau de joueurs afin de faire ces transactions. Nous avons juste ajouté un ingrédient. » 

On a demandé à Bergevin où il positionne le jeune Nathan Beaulieu dans la hiérarchie des défenseurs, avec l'arrivée des Benn et Davidson. 

« Dans le top-8, a rétorqué le dg. Si je me base sur sa performance de mardi, c'est top-6. Des défenseurs, vous connaissez mon opinion là-dessus, une journée tu en as trop. Une dizaine de jours plus tard, tu peux en chercher un. » 

Bergevin a dit ne pas croire au concept de fenêtre d'opportunité de l'équipe pour une conquête de championnat uniquement parce que le contrat du gardien Carey Price va arriver à échéance à la conclusion de la saison 2017-18. 

« En raison des contraintes de la masse salariale, vous ne pouvez pas y aller le tout pour le tout pour une saison et courir le risque de tomber à plat pour les quatre saisons suivantes. Ça ne fonctionne pas. 

« Notre noyau de joueurs est encore jeune. Nous ferons de notre mieux afin de garder Carey. Avec lui, en se qualifiant aux séries éliminatoires, tous les espoirs sont permis. »

En voir plus