Skip to main content

Lemieux, l'homme de l'année, s'entretient avec LNH.com

Le lauréat du prix Keith-Magnuson de l'Association des anciens joueurs de la LNH discute de l'état de la LNH et de la quête d'un troisième titre consécutif par Pittsburgh

par LNH.com @LNH_FR / LNH.com

Cette semaine, l'Association des anciens joueurs de la LNH a tenu sa cérémonie de remise de prix 2017 au Centre Scotiabank de Toronto, en Ontario. 

Parmi les lauréats de cette année se trouve Mario Lemieux, la légende de la LNH et le propriétaire actuel des doubles champions de la Coupe Stanley, les Penguins de Pittsburgh. Lemieux a reçu le prix Keith-Magnuson de l'homme de l'année qui est remis à un ancien joueur qui a réussi sa transition d'après-carrière grâce à sa persévérance, à son dévouement et au travail d'équipe

Lemieux se joint à un groupe sélect comprenant, entre autres, Ted Lindsay, Jean Béliveau, Bobby Hull et Gordie Howe.

Lemieux, qui est membre du Temple de la renommée et qui a été élu parmi les 100 meilleurs joueurs de l'histoire de la LNH, s'est entretenu avec LNH.com. Voici donc notre conversation avec cette légende.

LNH.com : Plusieurs joueurs légendaires ont gagné le prix Keith-Magnuson de l'homme de l'année. Qu'est-ce que ça signifie pour toi de faire partie de ce groupe et d'un événement auquel tant de grands noms participent?

Lemieux : Recevoir ce prix signifie beaucoup pour moi. Surtout quand je regarde ceux qui l'ont déjà remporté, les légendes de notre sport. Les Gordie Howe, Jean Béliveau, Guy LaFleur et Ted Lindsay ont fait de notre sport ce qu'il est aujourd'hui. Je suis content d'être ici et de partager ce prix avec eux.

LNH.com : Tu as admiré plusieurs des joueurs que tu as mentionnés et tu es devenu quelqu'un que les autres admirent aussi. Qu'est-ce que ça signifie pour toi d'être associé à ces pionniers du sport?

Lemieux : Oui, c'est spécial. Certains m'admirent, mais je ne sais pas… Je ne pense pas vraiment à ce genre de chose. Je ne fais pas beaucoup d'apparitions publiques, mais pour les anciens, c'est toujours important de se soutenir et de s'entraider. Je crois que c'est la moindre des choses pour les joueurs qui ont fait carrière dans la LNH. Il faut s'entraider.

LNH.com : L'Association des anciens joueurs de la LNH s'engage, entre autres, à veiller à ce que le sport demeure entre de bonnes mains et à ce qu'il poursuive sa croissance. Que penses-tu de l'état actuel de la LNH?

Lemieux : Je crois que ça va très bien. Le hockey est rapide, maintenant. Les joueurs sont extraordinaires, ils ont tous un excellent coup de patin. Les gardiens sont tellement meilleurs qu'ils l'étaient par le passé. Tous les défenseurs sont mobiles, alors qu'auparavant, il y en avait quelques-uns qu'on pouvait exploiter (rires). Le jeu est différent d'il y a 20 ou 30 ans et je crois que c'est pour le mieux. 

LNH.com : Le hockey n'est plus seulement un sport canadien, c'est un sport mondial lorsqu'on constate l'influence des Européens sur la glace. En tant que Canadien français, peux-tu nous décrire la rivalité avec les joueurs européens et l'impact sur la LNH des changements qui touchent la scène internationale?

Lemieux : Je pense que c'est merveilleux d'avoir des Européens dans notre ligue. On a la meilleure ligue au monde et on veut les meilleurs joueurs. Le fait que ces joueurs veulent venir ici pour jouer dans la LNH est un atout, à mon avis.

LNH.com : Les Penguins sont en quête d'un troisième titre consécutif de la Coupe Stanley. Tu as déjà vécu une expérience similaire en 1992-93 (les Penguins avaient gagné en 1991 et en 1992 avant de s'incliner au deuxième tour des séries éliminatoires contre les Islanders de New York). Peux-tu nous expliquer à quel point cette quête est difficile?

Lemieux : C'est difficile de gagner deux années de suite, alors imaginez trois! Il faut avoir de la chance et il faut savoir en profiter. On a une équipe qui a vécu ça lors des deux dernières années, alors je crois que l'important pour nous est de participer aux séries éliminatoires et ensuite, c'est une nouvelle saison. Il faut sauter sur chacune des occasions qui se présentent et on verra où ça nous mènera.

En voir plus