Skip to main content

Le Tricolore se fait servir sa propre médecine

Max Pacioretty parle d'un manque de confiance flagrant

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Les Canadiens de Montréal ont goûté, mercredi, à la même médecine qu'ils servent à leurs adversaires quand ils ont du succès.

Les Penguins de Pittsburgh leur ont rappelé qu'ils ne sont pas encore les maîtres de la LNH dans l'art de l'exécution et du jeu de transition rapide.

En l'emportant, les Penguins ont coiffé le Tricolore par un point au classement de l'Association de l'Est - 61-60 - en ayant deux matchs de plus à disputer.

Les joueurs des Canadiens ont rendu hommage à leurs rivaux en soulignant qu'ils sont les champions en titre de la Coupe Stanley.

Le capitaine Max Pacioretty a attribué la lenteur apparente des siens à un manque de confiance.

« Ils (les Penguins) préconisent un style semblable au nôtre, et nous avons eu nos occasions de faire des jeux, a-t-il élaboré. Pour des raisons que j'ignore, nous n'affichions pas de confiance. Nous devons la retrouver. Nous avons réussi beaucoup de buts cette saison et nous ne devrions pas manquer de confiance dans nos prises de décision pour tenter des jeux. Nous ne pouvons pas perdre la confiance qui nous animait en possession de la rondelle. Nous devons exécuter ces jeux.
 
« Tout le monde doit vouloir la rondelle et vouloir faire la différence. C'est la différence entre marquer des buts ou pas. »

Au cours des deux derniers matchs, après le feu d'artifice de samedi contre les Rangers de New York (victoire de 5-4), les Canadiens ont eu de la difficulté à acheter des buts. Ils n'en ont obtenu qu'un, mercredi, après avoir été blanchis 1-0 par les Red Wings de Detroit, lundi après-midi.

Dans les deux dernières rencontres, l'équipe n'a généré que 18 et 20 lancers respectivement.

« Le jeu de transition des Penguins est ultra rapide », a continué Pacioretty qui n'a pas voulu commenter le début d'escarmouche qu'il a eu avec Sidney Crosby en première période. « Quand ils reprennent possession de la rondelle, nous devons embrayer en deuxième vitesse afin d'essayer de les rattraper. C'est ce que j'ai remarqué d'eux ce soir. Cela dit, nous avons eu nos propres chances de faire des jeux. Nous ne les avons tout simplement pas saisies. »

Il reste que les Canadiens ne sont également plus l'ombre d'eux-mêmes en défense, ayant permis 30 buts à leurs rivaux dans leurs huit derniers matchs.

« Nous devons corriger nos erreurs en défense, a soumis le défenseur québécois Mark Barberio. Les entraîneurs nous les montrent sur vidéo. Nous travaillons aussi à faire les ajustements dans les séances d'entraînement. Il faut que nous exécutions les choses qu'on nous demande de faire. »

L'entraîneur Michel Therrien verra sans doute à corriger le tir au cours de la séance d'entraînement que l'équipe tiendra à Brossard avant de se diriger vers Newark, en vue du duel contre les Devils du New Jersey, vendredi (19 h (HE); RDS, SNE, MSG+).

Therrien n'a visiblement pas apprécié le manque de combativité de ses troupiers, mercredi.

Après vendredi, le CH sera de retour au Centre Bell, samedi, pour une confrontation contre les Sabres de Buffalo (19 h (HE); TVA Sports, SN, MSG-B).

En voir plus