Skip to main content

Le nouveau départ de Louis Domingue

Le gardien québécois est heureux de pouvoir relancer sa carrière avec le club-école du Lightning de Tampa Bay

par Anthony Marcotte @anthonymarcotte / Collaborateur LNH.com

SYRACUSE, New York - Un nouveau visage québécois bien connu fait maintenant partie de l'organisation du Crunch de Syracuse dans la Ligue américaine. Le gardien Louis Domingue obtient une nouvelle chance de se faire une place au soleil avec le Lightning de Tampa Bay, « une équipe qui fait confiance aux Québécois ».

Après un départ cahoteux de deux défaites en autant de matchs face aux Marlies de Toronto, la meilleure formation de la section Nord dans la LAH, Domingue a su élever son jeu d'un cran. Il vient de coller quatre victoires de suite, au cœur d'une excellente séquence de six victoires d'affilée de la troupe de Benoit Groulx. De quoi redonner confiance à un cerbère en deux temps trois mouvements.

« Je suis très content. Le processus d'acclimatation s'est fait très rapidement. Nous avons un bon groupe de Québécois ici, alors c'est parfait pour moi. Ce n'est pas trop compliqué, les équipes de Benoit travaillent toujours très fort. C'était la seule façon pour nous de faire changer le vent de bord », a expliqué le gardien qui montre une excellente moyenne de buts alloués de 2,06 depuis son arrivée à Syracuse.

Voilà qui fait dire à son entraîneur que le gardien est directement responsable des succès actuels de son équipe.

« Je peux te dire une chose, nos succès actuels sont grandement attribuables au rendement de Louis devant le filet. Il inspire confiance à tous ses coéquipiers. Il est très bon pour nous en ce moment », a qualifié Benoit Groulx pendant un entraînement de son équipe depuis les hauteurs du vieux War Memorial Arena.

Des compliments qui font plaisir à Domingue, qui ne se gêne d'ailleurs pas pour renvoyer la balle.

« Je n'ai aucun problème à avoir un coach exigeant, pourvu qu'il soit juste. Jusqu'à maintenant, c'est ce qui ressort de nos discussions, et c'est ce qui fait sa force selon moi. C'est correct d'en demander, il faut constamment en donner plus. Je pense que c'est comme ça qu'on peut connaître du succès dans la Ligue américaine. »

Du sable dans l'engrenage en Arizona

Mais qu'est-ce qui a bien pu se passer pour que les choses tournent aussi mal pour Domingue avec les Coyotes de l'Arizona?

Pourtant, en dépit des nombreuses défaites la saison dernière, le natif de Mont-Saint-Hilaire n'a pas si mal fait avec une moyenne de 3,08 et un pourcentage d'arrêts de ,908. C'est d'ailleurs lui qui s'est retrouvé à garder le filet pour le premier match de la saison, le 5 octobre à Anaheim. Pour toutes sortes de raisons, c'est le train au complet qui est descendu des rails dès le départ.

« Je pense que si on avait pu gagner ce match-là, notre saison aurait pris une tout autre tournure. On menait 4 à 1 [avant de s'incliner 5 à 4 en temps réglementaire]. On dirait qu'en perdant à Anaheim, ça a eu un effet boule de neige. On ne savait plus comment gagner. Et de mon côté, la frustration a pris le dessus. Tout ce que j'essayais, rien ne fonctionnait.

« Ce n'est pas facile de rester dans la Ligue nationale. Des fois, ça prend un petit setback. Je suis retourné à la maison et quand j'ai obtenu la chance de me joindre au Lightning, j'ai travaillé fort le plus possible tout en ayant une attitude positive », s'est remémoré Domingue.

C'est donc avec détermination et positivisme que Domingue fait confiance à sa bonne étoile. Si les astres sont bien alignés et que les performances sont au rendez-vous, il retournera rapidement dans la LNH.

« Les choses changent vite au hockey. Quand j'ai été soumis au ballottage par les Coyotes, personne n'avait besoin d'un gardien. Et là, soudainement, des portes s'ouvrent un peu partout dans la LNH. C'est souvent une question de timing. Ça fait plusieurs années que je regarde le Lightning et je trouve que c'est un fit parfait pour moi. C'est une organisation qui fait confiance aux Québécois, et je veux saisir cette chance de retourner dans la LNH. »

Le gaucher a la chance de renouer à Syracuse avec son ancien entraîneur des gardiens à l'époque des Wildcats de Moncton dans la LHJMQ, Frantz Bergevin-Jean. Voilà qui réjouit au plus haut point l'auteur de 27 victoires en 84 matchs dans la LNH.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.