Skip to main content

Le Lightning sait que c'est faisable

Tampa Bay peut s'inspirer de sa réussite face aux Rangers de New York l'an dernier

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

TAMPA - Le Lightning de Tampa Bay a échoué pour la deuxième année de suite dans sa tentative de liquider ses rivaux chez lui dans le sixième match de la finale de l'Association de l'Est.

L'aspect positif, s'il y en a un, c'est qu'il sait qu'il peut aller gagner le septième match à l'étranger.

C'est ce qu'il a fait contre les Rangers de New York il y a un an, en l'emportant 2-0 au Madison Square Garden. C'est ce qu'il doit refaire cette année face aux Penguins de Pittsburgh au Consol Energy Center, jeudi (20h HE; TVA Sports, CBC, NBCSN).

« Ça ne peut pas nuire (l'expérience contre les Rangers), a reconnu l'entraîneur Jon Cooper, mercredi. Mais c'était l'an dernier : différente équipe, différents adversaires. Il reste que vous pouvez toujours vous inspirer de ce que vous avez accompli.

« C'est curieux comme il y a des ressemblances dans le déroulement des deux séries. Comme l'an dernier, nous l'avons emporté en terrain hostile dans le match no 5 grâce à une remontée de troisième période. Nous avons été malmenés quelque peu dans le match no 6 et nous revoilà à la case départ pour la septième rencontre. »

Trois porte-bonheur

L'équipe floridienne a un trio de porte-bonheur dans ses rangs. Le défenseur Anton Stralman a remporté les sept matchs numéro sept qu'il a disputés dans la LNH. L'attaquant Brian Boyle a gagné ses six septièmes matchs et le défenseur Matt Carle ses cinq.

Stralman est un des six joueurs de l'histoire de la LNH qui a été du côté des gagnants de ses sept premiers matchs no 7.

Il pourrait rejoindre jeudi Brad Richards au sommet du palmarès des invaincus avec un dossier de 8-0. Marian Gaborik, Red Kelly, Mike Richards et Justin Williams sont les autres montrant chacun un dossier de 7-0.

« J'ai évidemment été choyé en ce sens que j'ai fait partie de bonnes équipes, a répondu Stralman au sujet de ses succès personnels. Une autre explication, c'est que j'aborde ces matchs en ayant du plaisir. Je ne crois pas que vous puissiez jouer à la hauteur de votre plein potentiel si vous n'adoptez pas une attitude détendue ou si vous vous imposez une pression indue. Vous vous efforcez de faire de votre mieux, en ne réfléchissant pas trop aux implications. Vous jouez comme vous le faites depuis tant d'années, et vous vous amusez. »

On dit souvent que tout peut arriver dans un septième match ou que ça peut aller d'un côté ou de l'autre. Ces clichés collent parfaitement à la finale de l'Est, estime l'entraîneur du Lightning Jon Cooper.

« C'est une série en montagnes russes depuis le début. Nous avons gagné le premier match, ils ont enlevé le deuxième, a-t-il relaté. Ils ont remporté le troisième match, le premier disputé chez nous, et nous avons recréé l'égalité dans la série dans le quatrième. Nous avons gagné le cinquième chez eux et on disait que nous avions le vent dans les voiles. Mais ils sont venus chez nous et ils nous ont fait le même coup.

« Le vent n'a pas cessé de tourner au cours de la série, mais aussi pendant les matchs, a continué Cooper. Ça change d'une période à une autre. Nous avons pris les devants 4-0 dans le cinquième match, et ils sont presque venus de l'arrière. Ils ont pris l'avance 3-0 mardi et nous avons failli compléter une remontée. C'est comme ça depuis le début. À un moment donné, vous vous dites que ça va se calmer. De la façon que la série se déroule, je suis incapable de prédire ce qui va arriver. »    

Pas de stress

Ayant vu ses troupiers enchaîner les défis avec brio au cours des deux dernières saisons, il ne doute pas toutefois qu'ils seront une fois de plus à la hauteur.

« Vous devez voir les choses positivement et avoir du plaisir, ça aide à masquer le stress », a lancé Cooper en souriant.

« Quand j'y pense, si j'avais annoncé aux gars en septembre que rendu en mai nous serions à une victoire d'accéder à la finale de la Coupe Stanley, je suis convaincu qu'ils auraient été gonflés à bloc d'avoir à disputer le match.

« Je n'estime donc pas qu'il y ait du stress à avoir, a-t-il continué. Nous devons aborder le match en ayant en tête d'avoir du `fun'. Par après, si à la question - 'est-ce que j'ai tout donné?' - la réponse de chacun d'entre nous est positive, alors nous pourrons quitter l'esprit en paix. »

Stralman, qui est revenu au jeu après une longue inactivité dans le deuxième duel de la série, ne manque aucunement de confiance. Après tout, le Lightning a déjà signé deux victoires dans l'amphithéâtre des Penguins ce printemps.

« Ce que j'apprécie de notre équipe, c'est que plus le défi est grand, meilleure est la réponse des gars. C'est comme l'an dernier. Nous sommes exactement dans la même situation. »

En voir plus