Skip to main content

Le Lightning « n'a pas été bon » dans le match no 6 contre les Capitals

Tampa Bay tentera de rebondir à domicile alors qu'une place en Finale de la Coupe Stanley sera à l'enjeu

par Mike Zeisberger @Zeisberger / Journaliste NHL.com

WASHINGTON - Le Lightning de Tampa Bay n'a pas marqué au cours des dernières 99:27 de jeu.

Soit environ 99:22 de plus qu'il n'a fallu de temps à l'entraîneur Jon Cooper pour décrire le jeu de son équipe lundi.

« Oh, nous n'avons pas été bons », a indiqué Cooper.

Cinq mots tout simples. C'est tout ce dont il a eu besoin pour résumer la situation.

Avec son revers de 3-0 aux mains des Capitals de Washington dans le match no 6 de la finale de l'Association de l'Est, le Lightning a raté sa première chance d'accéder à la Finale de la Coupe Stanley contre les Golden Knights de Vegas. Tampa Bay devra plutôt accueillir un match no 7 mercredi (20 h (HE); NBCSN, CBC, SN1, TVAS). 

À LIRE: Résumé match no 6 Lightning vs Capitals | Les Capitals ont usé de robustesse pour vaincre le Lightning

Ce qui a fait la différence lundi : les Capitals devaient gagner, alors le Lightning voulait gagner. Il s'agit d'une différence importante, et c'est ce qui a frustré Cooper.

Son équipe a été dominée au chapitre du pointage, de l'effort et de la robustesse. 

« Nous n'avons pas approché leur niveau de désespoir, a mentionné Cooper. Est-ce que le match était relativement serré? Sans aucun doute. Mais quel a été le nombre des mises en échec, 39-19? Une équipe était impliquée, et l'autre non. Il s'agit d'un choix. »

« Ils étaient désespérés, a noté l'attaquant du Lightning Ryan Callahan. Ils ont affiché ce désespoir dans leur jeu, et nous aurions dû l'égaler, ce que nous n'avons pas fait. Ils ont joué comme si leur vie en dépendait, et nous avons joué comme si nous avions une autre chance, et c'est malheureux.

« Nous devons maintenant changer cela dans le match no 7. » 

Afin d'y arriver, le Lightning doit trouver une manière de battre le gardien des Capitals Braden Holtby (24 arrêts), qui est devenu le deuxième gardien de l'histoire de l'équipe à signer un jeu blanc alors que Washington fait face à l'élimination (Semyon Varlamov dans le match no 5 de la série quart de finale d'association en 2009 contre les Rangers de New York).

Video: TBL@WSH, #6: Holtby capte le tir vif de Palat

Tampa Bay n'a pas touché la cible depuis que Callahan a redirigé une rondelle avec son gant après 33 secondes de jeu en deuxième période du match no 5 (un gain de 3-2). Cooper sait très bien pourquoi.

« Pour marquer, il faut tirer au filet, a souligné Cooper. Pour toucher la cible, il faut envoyer des rondelles sur le but. Trop de nos lancers sont bloqués, et nous ratons la cible beaucoup trop souvent. 

« Il faut corriger notre exécution. C'est une partie de la solution. Les gens disent que l'exécution se résume à se passer la rondelle sur la palette de ses coéquipiers. L'exécution consiste aussi à placer la rondelle au filet là où nous le voulons. Nous avons été loin d'être assez agressifs à ce chapitre. Vous pouvez passer beaucoup de temps en zone adverse, faire circuler la rondelle en fond de territoire pendant 25 à 30 secondes avant de voir le disque quitter la zone. Ça ne sert à rien. »

Comme Cooper l'a laissé entendre, le désir de réaliser de beaux jeux doit disparaître. Les buts peu élégants et parfois même chanceux sont ceux qui permettent de connaître du succès en séries éliminatoires de la Coupe Stanley, et le Lightning a besoin de se masser devant Holtby pour que cela se produise.

La victoire de Washington était la deuxième par une équipe à domicile dans cette série (2-4), ce qui enlève peut-être un peu d'importance au fait que le Lightning sera l'hôte du match ultime au Amalie Arena. 

Mais autant Cooper a été critique de l'effort de son équipe, ou plutôt du manque d'effort, dans le match no 6, il n'y a aucun autre endroit où il souhaiterait disputer ce match sans lendemain. Le Lightning montre une fiche de 5-2 au cours de son histoire dans les matchs no 7, et de 2-1 sous les ordres de Cooper. 

Il a donc confiance en ses joueurs, qui ont déjà vécu ce genre de situation auparavant. Les attaquants Steven Stamkos, Tyler Johnson, Cedric Paquette, Alex Killorn, Ondrej Palat ainsi que le défenseur Victor Hedman se trouvent tous avec le Lightning depuis l'arrivée de Cooper derrière le banc de Tampa Bay, lui qui a été embauché le 25 mars 2013.

« Je vous dirai une chose, j'ai été tellement fier de diriger ce groupe au cours des cinq dernières années, et chaque fois qu'ils se sont retrouvés le dos au mur, ils ont bien répondu, a dit Cooper. Ce fut incroyable d'être leur entraîneur.

« Nous sommes à nouveau au pied du mur. Il est temps pour nous de répondre. »

Devant leurs partisans, qui plus est.

« Peu importe ce qui s'est produit auparavant dans ces séries, vous avez l'avantage à domicile, a-t-il affirmé. Vous pouvez mieux gérer vos confrontations par rapport à l'équipe sur la route. Vous avez un avantage sur les mises en jeu. Et vous avez 20 000 personnes qui vous encouragent. Alors si vous me demandez de disputer un seul match, je préfère le jouer à domicile plutôt qu'à l'étranger. Nous aurons besoin de cela. À nous maintenant d'en profiter. »

Et si le Lightning n'en profite pas?

« Honte à nous », a conclu Cooper.

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.