Skip to main content

Le jeu robuste de Josh Manson aide les Ducks en séries

Le défenseur a distribué cinq mises en échec contre les Predators dans le match no 1 de la finale de l'Association de l'Ouest

par Lisa Dillman @reallisa / Journaliste NHL.com

ANAHEIM - Le défenseur des Ducks d'Anaheim Josh Manson a discuté des effets à court terme et à long terme de ses mises en échec percutantes. 

« C'est le genre de chose qu'il faut faire, a confié Manson samedi. Cela a un impact sur les joueurs. Qu'ils se relèvent immédiatement ou non, cela leur fait mal. Ils peuvent le ressentir le lendemain, et ils y penseront alors à deux fois avant d'aller dans le coin de la patinoire. » 

Ces mises en échec distribuées dans le match no 1 pourraient rapporter aussi rapidement que dans le match no 2 contre les Predators de Nashville dans la finale de l'Association de l'Ouest au Honda Center dimanche. Ou sinon, peut-être plus tard dans des moments cruciaux de la série en raison de l'effet cumulatif des mises en échec de Manson. 

Dans le match no 1, les Predators l'ont emporté 3-2 en prolongation. Certains joueurs des Ducks ont entamé le match tranquillement, un effet secondaire de leur série éreintante de sept matchs en deuxième ronde contre les Oilers d'Edmonton, mais pas Manson. Il a distribué deux mises en échec et une autre en territoire défensif avant que le match ne soit vieux de cinq minutes, et il a terminé la rencontre avec cinq mises en échec, le plus haut total de la partie à égalité avec son coéquipier Nick Ritchie.

« Je ne sais pas s'il y a un joueur qui se présente à l'aréna chaque jour et qui se donne autant que lui, a noté l'entraîneur des Ducks Randy Carlyle. Il est un vrai professionnel. Il est encore jeune, il fait ses classes et il apprend les nuances sur la manière d'affronter chaque joueur.

« Il est un défenseur robuste, et un joueur imposant qui possède un bon coup de patin. Nous pensons que nous sommes très chanceux de compter sur lui à notre ligne bleue. Il faut le considérer comme notre joueur le plus physique. »

Manson, âgé de 25 ans, avait pris part à un match des séries avec les Ducks avant la présente saison. Il a adapté son jeu à la nature plus robuste des séries éliminatoires au cours de la première ronde contre les Flames de Calgary et a semblé éclore au deuxième tour.

« Je me suis bien senti dans la série contre Edmonton, a admis Manson. J'ai commencé à trouver mon jeu. Nous pouvons un peu mieux cerner une équipe et être plus impliqués dans le jeu. Chaque série est de plus en plus rapide, alors votre jeu doit s'adapter. Hier soir, j'ai tenté de bâtir sur la série contre Edmonton. »

Manson a gardé son meilleur effort pour le match no 7 contre les Oilers. Au cours du gain des Ducks 2-1 au Honda Center mercredi, il a distribué 11 mises en échec, un record des Ducks en séries, en 20:38 de temps de glace.

« Les gars m'ont dit après la deuxième période que j'avais appliqué sept mises en échec, a raconté Manson. C'est quelque chose qui est arrivé simplement au fil de la rencontre.

« Je l'ai déjà dit auparavant, il y a des matchs où des choses comme ça se produisent, que le jeu vient à vous et que nous n'avons même pas à chercher à distribuer les coups d'épaule. Ce fut l'un de ces matchs. »

Le défenseur Korbinian Holzer a ajouté : « Il est comme une tour imposante à la ligne bleue, il est fort défensivement et difficile à affronter. Il passe un peu sous silence en raison de ce qu'il apporte, mais je crois que les gens commencent à le remarquer de plus en plus. Il est le type de joueur avec qui vous voulez aller à la guerre. » 

Les progrès de Manson ont été guidés par l'entraîneur adjoint Trent Yawney, qui a été présent pour presque tous les moments de la carrière professionnelle de Manson.

En fait, Yawney était là avant même les premiers pas de Manson. Yawney a évolué avec les Blackhawks de Chicago, où il était le coéquipier et le cochambreur du père de Josh, Dave Manson, lorsque Josh est né en 1991. Dave a disputé 1103 matchs dans la LNH.

« Je me souviens du jour où ils l'ont ramené à la maison, a indiqué Yawney. Je n'avais aucune idée que, environ 20 ans plus tard, j'allais me trouver derrière un banc et que j'allais diriger ce jeune. »

Manson a disputé neuf matchs sous les ordres de Yawney avec Norfolk dans la Ligue américaine de hockey en 2013-14, au cours desquels il a obtenu un but et 26 minutes de punition. La saison suivante, lorsque Yawney est parti pour Anaheim, Manson avait récolté 12 points (trois buts, neuf passes) et 47 minutes de punition. Son premier match des séries avec les Ducks a été disputé en 2016, le match no 1 de la première ronde de l'Association de l'Ouest contre les Predators, et il a subi une blessure au haut du corps.

Ce printemps, il a amassé deux mentions d'aide en 12 parties, a distribué 43 mises en échec et est employé en moyenne pendant 20:27 par match.

« Il a beaucoup progressé en une courte période de temps, a souligné Yawney. Il est l'exemple typique du joueur qui éclot sur le tard. Entre le moment où je l'ai dirigé à Norfolk, à sa sortie de l'université, et aujourd'hui, il a progressé de manière constante. Le mérite lui revient… ce n'est pas facile lorsque [l'attaquant des Oilers d'Edmonton] Connor McDavid fonce vers vous, à la vitesse du son. »

Carlyle était entraîneur adjoint à Winnipeg lorsque Dave Manson a joué avec les Jets. Il est évident que Carlyle apprécie le fait d'avoir dirigé deux générations de joueurs d'une même famille.

« Ce qui est incroyable à propos de ce sport lorsque vous avez des liens avec des familles et des joueurs avec qui vous avez joué, c'est que vous avez vu leurs enfants naître, et maintenant ce sont eux qui jouent dans la ligue », a évoqué Carlyle.

Des joueurs comme Manson possèdent souvent un excellent sens du jeu, eux qui ont été exposés à ce sport tout au long de leur vie.

« Ils ont toujours été près d'une patinoire, a souligné Carlyle. Je me souviens encore que [l'attaquant des Blues de St. Louis] Alex Steen, par exemple, était le meilleur ami de mon fils aîné Craig, et qu'ils jouaient au hockey-balle dans les corridors du Winnipeg Arena avec de mini-bâtons. 

« Le hockey leur tient encore autant à cœur. »

En voir plus