Skip to main content

Le gardien Jeff Drouin-Deslauriers profite à fond de la chance qui lui est offerte

LNH.com @NHL

EDMONTON - L'ascension de Jeff Drouin-Deslauriers au sein de l'organisation des Oilers d'Edmonton s'est faite si rapidement qu'on pourrait penser qu'il ne s'agit que de la plus récente sensation de courte durée dans la LNH.

Mais ce succès, il a mis cinq ans avant de l'obtenir.

Troisième derrière Mathieu Garon et Dwayne Roloson dans l'organigramme des Oilers en début de saison, Drouin-Deslauriers sait que son histoire n'est pas celle d'un soir.

Il a effectué 40 arrêts dans la victoire de 3-2 en tirs de barrage face aux Rangers de New York lundi, 24 heures seulement après en avoir effectués 40 dans une victoire de 2-1 aux dépens des Devils du New Jersey. Le natif de Saint-Jean-sur-Richelieu montre un dossier de 3-0-0, un taux d'efficacité de ,951 et une moyenne de buts accordés par match de 1,71.

Histoire d'un soir? Il profite plutôt du moment.

"Peu importe ce qui se passe, je dois être prêt, a déclaré Drouin-Deslauriers au sujet de son ascension fulgurante. C'est le plus gros défi pour moi, mais je sens que je suis en mesure de le relever."

La vraie histoire dans le cas du gardien de 24 ans, repêché 31e au total par les Oilers en 2002, alors qu'il évoluait pour les Saguenéens de Chicoutimi, est la patience. Tout porte à croire qu'il défendra la cage des Oilers pour un troisième match consécutif, jeudi, contre les Maple Leafs de Toronto.

"Ca m'a a pris du temps, a-t-il dit en souriant. Mais je pense que ces quatre années passées dans les mineures m'auront été bénéfiques, que ce soit techniquement ou mentalement. On prend de la maturité, et je crois que je suis plus prêt que jamais."

Pour deux des quatre saisons de Drouin-Deslauriers dans les mineures, les Oilers ne disposaient pas de leur propre club-école.

"C'a été difficile pour lui, a indiqué l'assistant au directeur général Kevin Prendergast. Il a dû trimer dur et persévérer pour assurer son développement."

Sa première saison professionnelle, en 2004-05, a été partagée entre les Roadrunners d'Edmonton de la Ligue américaine, où il a conservé une fiche de 6-13-2 et une moyenne de 2,96, et Greenville, de la Ligue de la côte est.

Quand les Roadrunners ont plié bagages après seulement une saison, Drouin-Deslauriers a fait la navette entre les Bulldogs de Hamilton et les Penguins de Scranton/Wilkes-Barre - des clubs affiliées au Canadien de Montréal et aux Penguins de Pittsburgh - et Greenville pour deux autres saisons.

"Nous avons toujours pensé qu'il s'agissait d'un espoir de premier plan, mais il s'agissait d'une situation difficile, a ajouté Prendergast. Il a dû faire avec et nous avons dû faire avec.

"Il a attendu son tour. Il est encore jeune, alors on ne peut pas miser seulement que sur lui, mais il a prouvé qu'il pouvait jouer à ce niveau."

Après avoir subi une blessure au genou et après avoir vu d'autres espoirs de l'organisation passer devant lui, Drouin-Deslauriers a compilé une fiche de 26-23-5 et une moyenne de buts alloués de 2,90 la saison dernière avec le club de Springfield, le nouveau club-école des Oilers dans l'AHL.

"J'ai connu des hauts et des bas et je sais que j'en connaîtrai d'autres, a dit Drouin-Deslauriers. Ce que je sais cependant, c'est que je peux faire face à l'adversité et que je peux relever un défi. Je vois d'ailleurs chaque match comme un défi.

"Pendant ces quatre années, je suis devenu une meilleure personne et un meilleur gardien de but, surtout au niveau de ma préparation et de mon éthique de travail. Je pense que ça explique pourquoi je suis ici présentement."

En voir plus