Skip to main content

Le dossier de la vente du CH ne préoccupe nullement le commissaire Bettman

LNH.com @NHL

DETROIT - Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, a bien d'autres chats à fouetter, comme le dossier de la délocalisation des Coyotes de Phoenix qui le tient passablement occupé. Mais il suit d'un oeil intéressé les tractations entourant l'éventuelle vente du Canadien de Montréal.

"L'intérêt (d'éventuels acheteurs) ne manque pas, d'après ce que j'ai eu vent comme informations, a commenté Bettman, samedi. Au bout du compte, l'actuel propriétaire George Gillett doit analyser sa propre situation et décider de ce qu'il veut faire. Peu importe qu'il reste comme propriétaire ou qu'il vende l'équipe, la nouvelle direction va poursuivre dans la même voie. Le Canadien est à Montréal pour y rester, pour l'éternité. Les partisans de l'équipe n'ont pas une once d'inquiétude à avoir."

(...)

Peu de joueurs québécois ont vu leur nom être inscrit sur la coupe Stanley au cours des trois dernières années. En fait, en 2006 et en 2008, aucun Québécois n'a fait partie des équipes championnes des Hurricanes de la Caroline et des Red Wings de Detroit. En 2007, Jean-Sébastien Giguère et François Beauchemin ont soulevé la coupe dans l'uniforme des Ducks de Anaheim.

Les Penguins ont la chance de rétablir la situation cette année, en faisant ajouter les noms de six Québécois: ceux de Marc-André Fleury, Mathieu Garon, Pascal Dupuis, Maxime Talbot, Philippe Boucher et Kristopher Letang. La dernière fois qu'il y a eu autant de Québécois qui ont gagné la coupe, c'était à l'occasion de la dernière conquête du Canadien en 1993.

La principale explication est la diminution de la représentativité québécoise au sein de la LNH.

(...)

Garon s'interrogeait samedi à savoir si son nom se retrouverait sur la coupe, même s'il n'a pas pris part à 41 matchs de l'équipe en saison régulière ou encore s'il ne participerait pas à un match de la finale. Après vérifications auprès de la LNH, Garon n'a rien à craindre. Les gardiens substituts, ceux qui sont dans la formation, ont leur nom sur la coupe d'emblée.

En jouant samedi, le défenseur Boucher s'est assuré de voir son nom sur le précieux trophée, advenant le triomphe des Penguins. Boucher devait disputer au moins un match de la finale, n'ayant pu participer aux 41 rencontres requises en saison régulière. Dans les cas des Fleury, Dupuis, Talbot et Letang, il n'y a aucune ambiguïté.

(...)

L'arbitre Dennis LaRue a fait ses débuts en finale de la Coupe Stanley, samedi. Il a oeuvré en compagnie du vétéran Paul Devorski, qui en est à sa septième présence en finale. Marc Joanette et Bill McCreary ont été les deux autres arbitres choisis.

Les Québécois Jean Morin, cinquième présence, et Pierre Racicot, troisième, font partie du quatuor de juges de lignes qu'on va voir au cours de la série de championnat. Les deux autres sont les recrues Derek Amell et Steve Miller. Amell et Racicot étaient d'office, samedi.

(...)

Les Red Wings ont été la dernière équipe qui a collé deux conquêtes de la coupe Stanley, en 1997 et en 1998. Cinq joueurs sont toujours au sein de l'équipe, et pas les moindre: Kris Draper, Tomas Holmstrom, Nicklas Lidstrom, Kirk Maltby et Chris Osgood. Un sixième, Darren McCarty, fait partie du groupe de réservistes.

Vingt-et-un joueurs des Red Wings totalisent 40 bagues de la coupe Stanley. Chez les Penguins, cinq joueurs ont remporté la coupe: Craig Adams (Caroline, 2006), Ruslan Fetodenko (Tampa, 2004), Bill Guerin (New Jersey, 1995), Chris Kunitz (Anaheim, 2007) et Petr Sykora (New Jersey, 2000).

(...)

Les Red Wings ont une moyenne d'âge (33,4 ans) de plus de quatre ans plus élevée que celle des Penguins (29 ans).

Les Penguins sont, en moyenne, plus grands (six pieds un pouce) et plus gros (203 livres) que les Red Wings (six pieds, 196 livres).

Chris Chelios, des Red Wings, est le joueur le plus âgé des deux équipes, à 47 ans. Jordan Staal, des Pens, est le cadet, à 20 ans. Staal a déjà 42 matchs de séries éliminatoires derrière la cravate (avant samedi).

(...)

Depuis qu'on dispute des séries quatre-de-sept, soit depuis 1939, l'équipe qui a gagné le premier match de la finale a remporté la coupe Stanley 54 fois en 69 occasions - un taux de réussite de 78 pour cent.

En voir plus