Skip to main content

Le DG des Devils veut s'améliorer sans compromettre le futur

Shero est concentré à faire des Devils une équipe qui participera régulièrement aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley

par Mike G. Morreale @mikemorrealeNHL / Journaliste NHL.com

Nous avons maintenant dépassé la moitié de la saison 2017-18 et la date limite des transactions dans la LNH arrive dans moins de trois semaines, le 26 février. Dans cette optique, NHL.com rencontre les plus grands noms du hockey. Aujourd'hui, le directeur général des Devils du New Jersey Ray Shero, qui a remporté la Coupe Stanley en 2009 durant ses huit saisons en tant que directeur général et vice-président des Penguins de Pittsburgh, discute de ce qu'il pourrait faire ou ne pas faire avant la date limite des transactions.

NEWARK, New Jersey - Le directeur général des Devils du New Jersey Ray Shero n'a aucun intérêt à ce que son équipe fasse sensation une seule fois.

Lorsqu'il a été engagé le 4 mai 2015, les Devils avaient raté les séries pendant trois saisons consécutives. Cette léthargie a atteint cinq saisons, mais les Devils sont restés près du sommet de la section Métropolitaine pendant pratiquement toute la saison. Cela dit, Shero ne démordra pas de son engagement à faire des Devils des participants réguliers aux séries éliminatoires.

Il veut copier le plan créé par son prédécesseur, Lou Lamoriello.

Les Devils avaient raté les séries éliminatoires lors de leurs cinq premières saisons au New Jersey avant l'embauche de Lamoriello comme directeur général, le 10 septembre 1987, mais il a bâti une équipe prétendante qui a remporté la Coupe Stanley en 1995, 2000 et 2003 et qui s'est rendue en finale de la Coupe Stanley cinq fois entre 1995 et 2012.

Shero a hérité d'une équipe qui avait pour meilleur marqueur Adam Henrique avec 43 points en 2014-15, alors que les meilleurs espoirs de l'organisation étaient les attaquants Reid Boucher et Stefan Matteau, qui ne sont plus avec l'équipe à ce jour.

Il a engagé l'entraîneur John Hynes moins d'un mois après avoir pris la chaise de directeur général, et amélioré l'organisation avec de l'espace sous le plafond salarial, des choix au repêchage et une pépinière d'espoirs qui sont impatients de se tailler un poste au sein de l'alignement. Les Devils se sont trouvé une identité en attaque et un vent de jeunesse souffle sur l'équipe.

« Il s'agit d'être une bonne équipe, mais pas à court terme, a dit Shero. Je veux que nous soyons une équipe compétitive cette année et dans le futur. »

Après un revers de 5-3 contre les Sénateurs d'Ottawa mardi, les Devils totalisaient 62 points. Ils sont à un point des Penguins de Pittsburgh et de la deuxième place de leur section, mais quatre points devant la sixième place occupée par les Islanders de New York.

Shero n'est pas étranger aux acquisitions de la date limite des transactions, particulièrement parce qu'il a déjà obtenu des morceaux importants pour les parcours éliminatoires des Penguins.

Il l'a fait en 2008 en faisant l'acquisition des attaquants Pascal Dupuis et Marian Hossa dans une transaction avec les Thrashers d'Atlanta en retour des attaquants Colby Armstrong, Erik Christensen et Angelo Esposito ainsi qu'un choix de premier tour au Repêchage 2008 de la LNH. Les Penguins s'étaient inclinés en six matchs contre les Red Wings de Detroit en finale de la Coupe Stanley.

À la date limite des échanges de 2009, Shero a acquis l'attaquant Bill Guerin des Islanders de New York contre un choix de troisième tour au Repêchage 2009, un geste survenu moins d'une semaine après l'arrivée de l'attaquant Chris Kunitz dans une transaction avec les Ducks d'Anaheim en retour du défenseur Ryan Whitney. Guerin et Kunitz ont joué des rôles-clés dans la victoire en sept matchs des Penguins contre les Red Wings en finale.

Maintenant, Shero tentera de trouver cette pièce manquante qui pourrait engendrer un résultat similaire pour les Devils, sans toutefois sacrifier une trop grosse partie de l'avenir de l'équipe.

« Nous avons beaucoup de profondeur qui se développe et c'est quelque chose que je ne veux pas perdre pour ne pas nous ralentir », a-t-il expliqué.

Alors que les Devils se préparent pour la dernière étape de la saison dans l'espoir de participer aux séries, Shero a pris le temps de discuter de certains sujets avec NHL.com.

Son évaluation des Devils après la première moitié de saison

« Je pense que l'équipe a surpris beaucoup de gens, mais en même temps, c'est probablement difficile pour la plupart d'entre eux, y compris nous, de comprendre ou projeter comment les jeunes joueurs se comporteront. Que ce soit un Will Butcher, un Nico Hischier ou un Jesper Bratt. D'autres ont assurément contribué, comme Blake Coleman et Brian Gibbons, qui n'étaient pas exactement sur notre radar. Je pense que l'important pour nous, et c'est ce que John Hynes aime dire, que ce soit via le repêchage, le marché des joueurs autonomes ou les joueurs issus du ballotage comme Stefan Noesen, il ne s'agit pas d'avoir des joueurs qui jouent notre système, mais plutôt qui cadrent avec l'identité que nous avons établie. C'est ce qui nous donne une chance de connaître du succès. C'est une Ligue difficile et nous avons connu de bonnes et moins bonnes semaines, mais l'équipe a embarqué dans notre style de jeu, du groupe de leadership jusqu'aux plus jeunes. Il y a de très bons joueurs ici et c'est ce dont nous avions besoin. C'est un pas dans la bonne direction, mais nous avons encore beaucoup à faire. Pour l'instant, nous voulons établir notre identité et notre style de jeu. C'est l'élément principal et c'est ainsi que nous voulons procéder. »

À propos de l'état du gardien Cory Schneider, qui a raté les cinq derniers matchs en raison d'une blessure à l'aine

« Cory est réévalué sur une base quotidienne actuellement. Avec ce genre de blessure, mieux vaut prévenir que guérir, donc nous verrons où ça nous mène. C'était bien de voir Keith Kinkaid effectuer du bon travail pour nous et nous avons ajouté de l'expérience avec l'acquisition d'Eddie Lack (des Flames de Calgary le 30 décembre). Je pense que nous savons tous que nous sommes une meilleure équipe avec Cory, donc nous verrons où il en est au cours des prochains jours. Ça ne devrait plus être trop long. »

À propos de la date limite des transactions avec les Devils au cœur d'une course pour participer aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley

« Je ne dévie pas du plan que j'ai établi en arrivant ici. Nous avons amélioré notre équipe avec de bons échanges hockey, que ce soit des gars qui sont arrivés parce qu'ils cadrent avec notre identité ou nos besoins. La transaction d'Adam Henrique en retour de Sami Vatanen avec les Ducks d'Anaheim (30 novembre) a été réalisée pour certaines raisons et ç'a aidé les deux équipes. Je ne dis jamais jamais, mais nous retrouverons un jour les attaquants Brian Gibbons (fracture du pouce droit, sept matchs ratés) et Marcus Johansson (commotion cérébrale, cinq matchs ratés) et ils sont deux joueurs-clés pour nous. Tu veux toujours conclure une bonne transaction, mais si c'est pour un joueur de location, je ne nous vois pas payer ce que cela pourrait coûter. Peut-être que ce sera plutôt un échange plus mineur pour solidifier une position ou une transaction bonne pour les deux équipes. Que ce soit en raison du jeu de l'équipe ou des blessures, tous les directeurs généraux vous diront que les choses peuvent changer. Nous évaluons toujours nos options. »

À savoir s'il a reçu des appels d'autres directeurs généraux à propos de ses joueurs

« J'ai reçu des appels dans les dernières semaines, bien sûr. Certaines équipes négocient plus que d'autres, mais des conversations ont commencé. Ce n'est pas toujours à propos de la date limite. Parfois, ça peut être "J'essaie d'échanger un joueur, car il doit passer par le ballotage" ou "Si tu ne fais pas jouer ce joueur, serais-tu intéressé à l'échanger?" Et ce n'est pas juste moi, mais d'autres équipes qui font ces approches. En tant qu'équipe, nous n'avons pas parlé de quelque chose de plus important que de jouer selon notre identité. Après avoir parlé avec des équipes, j'ai une bonne idée des joueurs disponibles, mais je ne suis pas encore certain du coût. Encore là, certaines équipes ont d'autres genres de discussions, mais nous aimons vraiment l'équipe que nous avons ici. »

S'il croit qu'à un certain moment, les attentes devraient être « les séries ou la saison est fichue »

« Je ne sais pas. C'est une bonne question. Tu peux dire que ce sera lors de la troisième, la cinquième ou la huitième année. L'idée du plan de cinq ans remonte à avant l'ère du plafond salarial. L'une des meilleures phrases que j'ai entendues de Lou Lamoriello est "J'avais un plan de cinq ans et il changeait chaque jour." On dirait que les choses évoluent plus rapidement aujourd'hui, mais la Ligue est plus compétitive avec la parité. Tu peux améliorer ton équipe rapidement en raison du plafond salarial et utiliser l'espace disponible comme un atout. Il y a beaucoup plus de parité et ce n'est pas facile de gagner un championnat. Je n'ai pas de réponse claire. Tu peux faire des plans, mais je peux vous dire qu'à la même date l'an dernier, nous n'étions pas très bons et des gars comme Nico Hischier, Jesper Bratt ou Will Butcher ne faisaient pas partie de nos plans. Mais les choses arrivent rapidement. Nous sommes dans une belle position par rapport au plafond salarial, mais un ou deux mauvais échanges peuvent tout ruiner et nous placer dans une situation difficile. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.