Skip to main content

Le courrier du repêchage, 1ère partie

Le futur choix des Canadiens et l'attaquant Joe Veleno soulèvent des questions; notre journaliste y va de pistes de réponses

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Le repêchage de la LNH aura lieu dans quatre mois presque jour pour jour, mais on sent déjà qu'il y a un intérêt accru pour les espoirs admissibles en juin.

Les plus perspicaces d'entre nous auront compris que la position des Canadiens de Montréal au classement fait en sorte que les amateurs de la province se tournent davantage vers le prochain encan que sur les séries éliminatoires, comme c'est habituellement le cas.

C'est pourquoi nous avons décidé d'ouvrir les lignes virtuelles pour répondre à certaines de vos questions alors que la saison régulière des différentes ligues juniors tire à sa fin.

Voici la première partie :

Guillaume Brindisi-Brossard veut justement savoir qui serait le joueur de centre idéal pour les Canadiens?

L'éternelle question sur le fameux gros joueur de centre numéro un. Ça tombe bien mal pour le Tricolore parce qu'il ne semble pas se trouver dans ce repêchage, qui en est plus un de défenseurs et d'ailiers. Au rythme où vont les choses (et si la loterie respecte la logique), les Canadiens devraient sélectionner dans le top-5. 

Or les attaquants de premier plan - Andrei Svechnikov, Brady Tkachuk, Filip Zadina et Oliver Wahlstrom - sont tous principalement des ailiers. Tkachuk (6 pieds 3 pouces, 196 livres) et Wahlstrom (6-1, 205) sont les plus susceptibles d'être en mesure d'évoluer au centre... Mais s'ils sont utilisés à l'aile à un niveau inférieur, je vois mal comment on pourrait en faire des joueurs de centre d'impact dans la LNH.

Il ne faudrait pas commencer à jouer au yoyo avec de tels talents!

Si on se concentre uniquement sur les joueurs de centre, je dirais qu'Isac Lundestrom (6-0, 185), Rasmus Kupari (6-1, 183), Joe Veleno (6-1, 195) et Barrett Hayton (6-1,191) seraient des choix intéressants si le Tricolore veut à tout prix repêcher un centre au premier tour. Mais s'il repêche tôt, je suis persuadé que le CH sélectionnera le joueur le plus talentueux peu importe sa position.

À LIRE AUSSI: Le courrier du repêchage, 2e partie

Vous avez été plusieurs à évoquer le nom de Joe Veleno, dont Olivier Maurice et Samuel Ferguson, en vous demandant s'il pourrait être le choix des Canadiens?

La réponse est probablement non. Pas parce que Veleno n'est pas bon, mais parce que le Tricolore va repêcher alors qu'il restera des joueurs plus prometteurs que lui. Par contre, si les Canadiens réussissent à mettre la main sur un choix un peu plus tardif de première ronde, disons entre 15 et 31, il pourrait s'avérer une très bonne option.

Une chose est certaine, Veleno est un joueur polarisant.

C'est surtout lié à son statut de joueur exceptionnel qui vient automatiquement avec les comparaisons à Connor McDavid et à John Tavares. Certains d'entre vous sur Facebook disent que les Canadiens ne doivent pas le repêcher tandis que d'autres croient qu'il va glisser au repêchage.

Je ne suis pas de cet avis. Depuis qu'il a été échangé aux Voltigeurs de Drummondville, Veleno s'est mis à produire offensivement et il démontre de très belles qualités de fabricant de jeux ainsi que de la hargne sur la patinoire. On parle quand même d'un joueur qui amasse en moyenne 1,21 point par match, ce qui le place parmi les meilleurs de la cuvée.

VOIR AUSSI : Joe Veleno est-il en train de redorer son blason?

Un recruteur me confiait récemment qu'il s'attend à ce que Veleno soit un excellent centre de deuxième ou de troisième trio dans la LNH. Il ne faut simplement pas s'attendre à ce que le Montréalais transporte une équipe sur ses épaules.

Mathieu Savoie-Martel veut savoir à quel point Adam Boqvist est près de Rasmus Dahlin sur le plan du talent?

Rasmus Dahlin est dans une classe à part, entendons-nous, mais son compatriote suédois n'est certainement pas très loin derrière. On parle ici de deux défenseurs à caractère offensif, qui ont une vision du jeu très développée et d'excellentes habiletés individuelles.

La différence, selon moi, c'est surtout le fait que Dahlin (6-2, 181) est plus complet, plus imposant et joue de manière plus physique. On parle souvent de lui comme un mélange entre Nicklas Lidstrom et Victor Hedman.

De l'autre côté, Boqvist (5-11, 168) est souvent comparé à Erik Karlsson. Vous comprendrez donc que la marge entre les deux défenseurs n'est pas énorme et que les équipes qui mettront la main sur ces deux défenseurs auront probablement le futur du hockey suédois entre les mains.

Jean-Philippe Cabot me demande quel joueur risque de partir au deuxième rang après Rasmus Dahlin?

Bonne question. Si Andrei Svechnikov était le choix presque unanime en début de saison, il a maintenant de la compagnie. Personnellement, j'ai choisi Brady Tkachuk dans le repêchage simulé auquel j'ai participé quelques semaines après le Championnat mondial junior.

VOIR AUSSI : Repêchage simulé des experts du LNH.com

Tkachuk avait été dominant à la gauche de Casey Mittelstadt et j'ai bien aimé l'aspect hargneux et physique de son jeu que je n'ai pas vu souvent de la part de Svechnikov. Il a du chien, ce Tkachuk. Au chapitre du potentiel offensif, toutefois, je pense que Svechnikov et Filip Zadina pourraient légèrement avoir le dessus sur l'Américain.

Tout dépend du style de joueur recherché par l'équipe qui sélectionnera au deuxième rang. Certains placent aussi le défenseur Adam Boqvist à cet échelon, mais je doute qu'il soit réclamé avant le cinquième rang.

Sur Facebook, lebloguehockey.com veut savoir s'il s'agit d'une bonne cuvée pour la LHJMQ après deux années plus difficiles?

Il est certainement difficile de faire pire que les deux dernières années alors que seulement 14 joueurs du circuit Courteau ont trouvé preneur. À titre comparatif, 16 joueurs de la LHJMQ ont été invités au Match des meilleurs espoirs de la LCH/LNH en janvier. Déjà, ça annonce de bonnes choses.

Ce qui est intéressant aussi, c'est que cinq joueurs risquent d'être sélectionnés en première ronde et trois des quatre meilleurs gardiens en Amérique du Nord sont Québécois. On parle quand même d'espoirs de premier plan, ce qui n'a pas toujours été le cas, ces dernières années.

Pas moins de 36 joueurs de la LHJMQ sont répertoriés sur la liste de mi-saison du Bureau de dépistage de la LNH. Je doute qu'on puisse atteindre la marque des 30 joueurs repêchés comme en 2015, mais on peut s'attendre à une nette amélioration.

Seul bémol, des 36 joueurs répertoriés, seulement 12 sont Québécois...

La suite, demain!

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.