Skip to main content

Le CH pas prêt à jeter l'éponge dans le cas d'Alex Galchenyuk

Marc Bergevin admet que la situation du jeune attaquant est parfois frustrante

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Les Canadiens de Montréal paraissent à bout de ressources avec Alex Galchenyuk, mais ils ne sont pas encore rendus à bout de patience. 

« Nous ne jetterons pas l'éponge dans son cas », a tranché le directeur général Marc Bergevin, mercredi. « Il a marqué 30 buts il y a deux saisons. Il était bon la saison dernière jusqu'à ce qu'il se blesse. Il n'était pas loin d'amasser un point par match. Depuis ce temps, c'est un petit gars qui se cherche. Mais il n'a pas 30 ans, il a 23 ans. Nous espérons et nous allons continuer de travailler avec lui. » 

Bergevin a pris soin d'ajouter que la situation du jeune attaquant est occasionnellement frustrante. C'est rendu qu'à toutes les fois qu'il obtient un but, on se croise les doigts pour que ce soit le début de sa relance. 

« On voit son talent. On sait ce qu'il peut faire. J'espère que ce qui est arrivé mardi soit le début », a-t-il mentionné. 

Relégué au sein du quatrième trio en compagnie de deux autres choix de premier tour de l'équipe (Michael McCarron et Nikita Scherbak), Galchenyuk a réussi le premier but du Tricolore en supériorité numérique dans la victoire de 5-1 face aux Panthers de la Floride. C'était son deuxième filet en neuf rencontres. 

« Des fois, je vois un jeune joueur qui cherche des réponses ailleurs au lieu de tenter de les trouver par lui-même, a poursuivi Bergevin. Quand tu lui parles de ça, il comprend. Mais c'est parfois plus facile à dire qu'à faire. Il doit identifier les détails qui le feront marquer. Il ne doit pas penser à marquer, mais au processus. De quelles façons vais-je pouvoir marquer? Qu'est-ce que je dois faire? 

« Tu penses parfois que tu travailles, mais tu ne travailles pas autant que tu le peux. La seule place où le succès arrive avant le travail, c'est dans le dictionnaire. Donc, tu dois travailler et le résultat sera le succès. » 

Bergevin a indiqué avoir tout essayé afin de faire comprendre la recette du succès à Galchenyuk, à qui on a consenti un contrat de 14,7 millions $ pour trois saisons, l'été dernier. 

« Nous nous sommes interrogés à un moment donné à savoir si nous lui donnions trop d'informations, a-t-il raconté. Nous avons pris un pas de recul, puis nous avons pensé que nous devions lui redonner des informations. Nous avons tout tenté et nous espérons que ça va finir par rentrer. Parce qu'il l'a déjà fait. C'est certain que nous nous regardons dans le miroir, et que nous nous demandons comment nous pouvons l'aider. Nous continuons d'espérer. Il est encore jeune, mais la situation est parfois frustrante. Le jeune est également frustré. Ce n'est pas son désir que ça aille mal pour lui. La situation est difficile, je ne m'en cache pas. » 

Un 10e match pour Mete 

Le défenseur recrue Victor Mete va disputer son 10e match dans la LNH jeudi, ce qui augmente ses chances de demeurer chez le Tricolore pendant toute la saison. 

« Il va rester à Montréal tant et aussi longtemps qu'il va performer comme il le fait », a commenté Bergevin. 

Mete a fait savoir qu'on ne lui a pas fait aucune promesse et que, jusqu'à nouvel ordre, il continue de vivre à l'hôtel sur la rive-sud. 

Bergevin a évoqué la possibilité que Mete aille habiter chez un vétéran si on décide de le garder. 

« Nous l'avons déjà fait dans le passé avec Brendan Gallagher qui est allé habiter avec Josh Gorges. Nous analyserons la situation dès qu'elle se présentera. » 

Mete n'est pas contre l'idée, ajoutant comme autre possibilité que sa mère puisse venir vivre avec lui dans la Métropole.

En voir plus