Skip to main content

Le CH coulé par un mauvais début de saison et son rendement à l'étranger

Le prochain repêchage et la progression des jeunes joueurs sont toutefois sources d'optimisme

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Directeur de la rédaction LNH.com

Les Canadiens de Montréal (26-36-12, 64 points) ont été mathématiquement éliminés d'une participation aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley quand ils se sont inclinés 5-3 devant les Penguins de Pittsburgh mercredi.

Les Canadiens ratent donc la grande danse du printemps pour la deuxième fois en trois saisons, eux qui avaient également été écartés des séries en 2015-16, avant de remporter le titre de la section Atlantique la saison dernière. Ils avaient toutefois été éliminés au premier tour du tournoi printanier par les Rangers de New York.

En vertu de son classement, Montréal pourrait parler parmi les cinq premiers au prochain repêchage pour la troisième fois au cours des 15 dernières années (Carey Price, cinquième rang 2005; Alex Galchenyuk, troisième rang 2012).

Voici un aperçu de ce qui s'est passé en 2017-18 et les raisons pour lesquelles le vent pourrait tourner en 2018-19.

Les infos

Joueurs autonomes sans compensation potentiels : Ales Hemsky (AD), Antti Niemi (G)

Joueurs autonomes avec compensation potentiels : Phillip Danault (C), Michael McCarron (C), Daniel Carr (AG), Jacob de la Rose (C), Logan Shaw (C)

Nombre potentiel de choix au repêchage 2018 : 10

Ce qui leur a fait mal

Faux départ : Le Tricolore a connu son pire début de saison en plus de 75 ans, et n'a jamais été en mesure de renverser la vapeur par la suite. Après avoir entamé la saison avec une victoire, les Canadiens ont encaissé sept revers de suite (0-6-1), leur pire départ depuis la saison 1941-42. Montréal a par la suite connu quatre autres séquences d'au moins cinq défaites de suite.

Loin de la maison, point de salut : Le CH a amassé seulement 22 points (9-24-4) en 37 matchs sur les patinoires adverses, le plus faible total de la ligue. Ce fut particulièrement pénible en infériorité numérique à l'étranger, avec un taux d'efficacité anémique de 66,7 pour cent, le pire de la LNH, cela va de soi. Les Canadiens ont accordé 11 buts de plus que toute autre équipe de la ligue à court d'un homme sur la route cette saison, une bien mauvaise recette pour une équipe qui peine à marquer des buts.

Portes tournantes à la ligne bleue : Après avoir vu les défenseurs Andrei Markov, Alexei Emelin, Nathan Beaulieu et Mikhail Sergachev quitter l'organisation d'une manière ou d'une autre au cours de la saison morte, les Canadiens ont tenté bien des expériences afin de les remplacer. Devant composer avec plusieurs blessures et de jeunes joueurs avec peu ou pas d'expérience, le Tricolore a utilisé 14 arrières en 2017-18, un sommet dans la ligue. Difficile en pareilles circonstances de créer une chimie dans les duos de défenseurs.

Raisons d'être optimistes

De gros canons prêts à rebondir : Pour gagner, une équipe doit être menée par ses meilleurs éléments à chacune des positions. Ce ne fut pas le cas pour les Canadiens cette saison, alors que le gardien Carey Price, le défenseur Shea Weber et l'attaquant Max Pacioretty n'ont pas offert un rendement à la hauteur des attentes en plus d'être ennuyés par les blessures. Price, qui a été placé sur la liste des blessés pendant deux périodes prolongées cette saison, amorcera la saison prochaine sa prolongation de contrat de huit ans paraphée l'été dernier, et il serait surprenant de le voir présenter des statistiques similaires à celles qu'il a affichées cette année (15-23-6, moyenne de 3,03 et pourcentage d'arrêts de ,903). Weber a été limité à seulement 26 matchs en raison d'une blessure au pied gauche. Une blessure qu'il se serait infligé au tout premier match de la saison régulière. Il aura besoin d'une période de convalescence de quatre à six mois à la suite d'une intervention chirurgicale, mais devrait être de retour en santé pour le prochain camp d'entraînement. L'avenir du capitaine Pacioretty, présentement blessé à un genou, est toutefois plus nébuleux, lui dont le nom circule abondamment dans les rumeurs de transactions.

Video: ARI@MTL : Weber marque en fin de période

La relève se pointe le nez : Il y a longtemps qu'autant de jeunes joueurs n'avaient pas apporté une contribution aussi importante au cours d'une même saison à Montréal. Le défenseur Victor Mete a surpris bien des observateurs en décrochant un poste dès le camp d'entraînement. À sa première saison complète dans la LNH, l'attaquant Charles Hudon a montré de belles choses. Le gardien Charlie Lindgren a suffisamment impressionné pour décrocher une entente à un volet pour les trois prochaines saisons. Appelés en renfort en fin de saison en raison des multiples blessures, les jeunes Nikita Scherbak et Noah Juulsen ont laissé une bonne impression en plus d'emmagasiner une expérience précieuse. Acquis à la date limite des transactions, l'arrière Mike Reilly, âgé de 24 ans, a démontré une belle mobilité. Ajoutez à ça la belle campagne qu'a connue le dernier choix de première ronde de l'équipe, Ryan Poehling, dans la NCAA, et l'avenir semble plus rose que le présent.

Video: MTL@VGK : Hudon crée l'égalité avec une belle feinte

Le plein au repêchage : En plus du choix élevé de première ronde dont il bénéficiera, le Tricolore pourra profiter de l'encan 2018 pour regarnir les réserves d'espoirs de l'organisation. En effet, Montréal mise en ce moment sur 10 sélections en vue du repêchage de juin, toutes au cours des cinq premières rondes, dont quatre au cours du seul deuxième tour. Reste à voir si la direction va utiliser ces choix afin de mieux préparer l'avenir, ou si elle est les utilisera dans des transactions pour mettre la main sur des actifs qui aideront l'équipe à court terme.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.