Skip to main content

Le capitaine des Sharks toujours hanté par la Finale

Joe Pavelski affirme qu'il « ne sait pas s'il va s'en remettre un jour »

par LNH.com / LNH.com

Joe Pavelski est arrivé au camp d'entraînement des Sharks de San Jose mardi avec des souvenirs persistants de la dernière saison.

« Je ne sais pas si je vais m'en remettre un jour », a indiqué le capitaine de San Jose en parlant de la défaite des siens en Finale de la Coupe Stanley contre les Penguins de Pittsburgh en juin. « Cela me hante toujours. Vous tentez toutefois d'apprendre de cela. […] C'est une nouvelle saison. Vous devez à vos coéquipiers d'être prêt, vous le devez aux nouveaux joueurs qui se présentent afin de faire aussi bien que l'année précédente et qui tentent de s'améliorer. »

Les Sharks ont atteint la Finale de la Coupe Stanley pour la première fois de leur histoire au cours de la première saison de Pavelski comme capitaine, alors qu'il a obtenu 38 buts et 78 points pour terminer à égalité au sixième rang des pointeurs de la LNH. L'attaquant a également été capitaine d'Équipe États-Unis à la Coupe du monde de hockey 2016, qui a été éliminée sans avoir signé un seul gain en trois rencontres.

« Ce fut vraiment une bonne expérience, a confié Pavelski à CSN Bay Area. Mis à part les résultats, ce groupe était très agréable. Il est très spécial de participer à ce type d'événements, surtout lorsque l'on représente son pays. […] À la fin de la journée, vous voulez obtenir de meilleurs résultats, c'est certain. »

Pavelski ne s'attendait pas à être sur la glace avec les Sharks mardi, mais il a participé à l'entraînement matinal avant le match préparatoire contre les Canucks de Vancouver. L'entraîneur Peter DeBoer a mentionné à CSN qu'il aurait préféré que les joueurs qui avaient participé à la Coupe du monde passent plutôt leur temps dans le gymnase.

« Il est difficile de le tenir à l'écart de la glace, a indiqué DeBoer en parlant de Pavelski. J'aurais voulu qu'il se repose un peu afin de m'assurer qu'il soit frais et dispos, mais il veut être avec l'équipe. C'est ce qui le rend spécial. »

 

En voir plus