Skip to main content

Le Canadien tentera d'étirer sa série de victoires face aux champions

LNH.com @NHL

BROSSARD - Le Canadien surfe sur un nuage depuis le match du centenaire et ce n'était pas la première tempête hivernale de la saison, mercredi, qui allait le faire redescendre sur terre.

Tous les joueurs se sont présentés à l'entraînement au Complexe sportif Bell, à l'exception des défenseurs Paul Mara et Jaroslav Spacek, blessés, ainsi que l'attaquant Ryan White, qu'on a retourné aux Bulldogs de Hamilton.

L'entraîneur Jacques Martin a parlé de "blessures mineures qu'on évaluera sur une base quotidienne" dans les cas de Mara et de Spacek, blessés au haut et au bas du corps respectivement.

Leur participation à la rencontre de jeudi au Centre Bell contre les Penguins de Pittsburgh demeure fort douteuse. Martin n'a pas écarté la possibilité que l'équipe rappelle un défenseur en renfort. Cela même si Andrei Markov a annoncé son retour au jeu aux journalistes, au terme de la séance d'entraînement. Evidemment, c'était une blague. Mais quand le taciturne Markov verse dans l'humour, c'est parce que tout va pour le mieux.

"On espère continuer dans cette voie", a répondu Martin, mercredi, quand on lui a demandé si l'éclatante victoire dans le match du centenaire, vendredi dernier, pouvait représenter un tournant dans la saison de l'équipe. C'est comme si le CH était tombé dans la fontaine de Jouvence depuis qu'il a bafoué les Bruins de Boston 5-1.

"On a un gros défi sur les bras face aux champions de la Coupe Stanley, a poursuivi l'entraîneur. On a perdu deux fois chez eux et on se prépare à les accueillir à la maison."

Les Penguins (20-10-1) ont "bulldozé" le Tricolore (15-14-2) 6-1 et 3-1 au vétuste Civic Arena, les 28 octobre et 25 novembre. Sidney Crosby a obtenu quatre des neuf buts des siens, en plus d'une passe.

Sur une lancée de trois victoires, le Canadien pourra mieux mesurer les retombées positives du match du centenaire, à l'occasion de la visite de la "bande à Crosby".

Il devra miser de nouveau sur une solide performance du gardien, tout en s'efforçant d'étirer sa séquence de succès en infériorité numérique, qui a atteint 22 situations sans accorder de but, mardi. Le Canadien s'est hissé au 10e rang de la LNH à ce chapitre, avant jeudi, en vertu d'un taux d'efficacité de 82,7 pour cent. Additionné au taux en supériorité numérique de 18,5 pour cent, on surpasse le seuil de respectabilité visé par Martin de 100 pour cent (101,2 pour cent).

"Plusieurs facteurs expliquent les progrès réalisés en infériorité, a mentionné Martin. Le rendement du gardien, la cohésion entre les duos d'attaquants Tomas Plekanec et Travis Moen ainsi que Scott Gomez et Sergei Kostitsyn, comme le retrait de Jaroslav Spacek en défense jumelé au retour de Hal Gill, qui forme un duo efficace avec Josh Gorges."

L'équipe a su se relancer dans chacune des trois victoires à l'aide de bonnes séquences à court d'un ou de deux patineurs, comme cela a été le cas contre les Bruins. Le retour au jeu du géant Gill depuis vendredi dernier n'y est pas étranger.

"Hal est l'égal pour nous en infériorité que Marc-André (Bergeron) l'est en supériorité, a corroboré Gorges. Il a tellement une longue portée et de grands pieds. Il occupe beaucoup d'espace."

Gorges a souligné que bien faire en infériorité peut aider l'équipe à remporter des matchs, au même titre que bien faire en supériorité.

"C'est une tâche ingrate, mais on retire une grande satisfaction à bien s'en acquitter."

Markov cachottier

Pour revenir à Markov, qui est à l'écart depuis le match inaugural à Toronto en raison d'un tendon lacéré au pied gauche, il a expliqué se sentir mieux à chacune des fois qu'il chausse les patins en compagnie de ses coéquipiers.

"J'ai comme le sentiment d'avoir recommencé le camp d'entraînement", a-t-il souligné.

Le vétéran russe a dit avoir une date de retour au jeu en tête, "mais je ne vous la dis pas". Martin, lui, a confié qu'on aura une meilleure idée dès que Markov aura vu le médecin, possiblement la semaine prochaine. Dernièrement, Markov avait évoqué la fin de décembre, ou au plus tard le début de la nouvelle année.

En attendant, Markov s'est dit heureux de voir ses coéquipiers tenir le fort. A-t-il le sentiment que le Canadien peut rivaliser avec les meilleurs?

"Revenez me poser la question à la fin de la saison", a-t-il suggéré, sourire en coin.

(...)

Mine de rien, Marc-André Bergeron vient au deuxième rang de la LNH chez les défenseurs, avec sept buts. Zach Bogosian, des Thrashers d'Atlanta, domine avec huit. Bergeron fait partie d'un groupe de cinq défenseurs, incluant Stéphane Robidas des Stars de Dallas, à égalité à sept, même s'il a commencé la saison en retard. Comme solution de rechange, afin de combler la perte d'Andrei Markov, le directeur général Bob Gainey pouvait difficilement trouver mieux. Même au retour de Markov, il sera difficile pour l'entraîneur Jacques Martin de l'écarter de la formation.

"C'est quelque peu surprenant, a commenté Bergeron au sujet des succès qu'il connaît. Je savais que j'accuserais un retard sur les autres, compte tenu que je n'ai pas eu de camp d'entraînement. J'avais beau redoubler d'ardeur, c'était apeurant. Mais je suis content de la tournure des événements et je continue de travailler fort."

Le Trifluvien âgé de 29 ans, qui totalise 13 points en 24 matchs, constate qu'il gagne la confiance de ses coéquipiers.

"Les gars me font plus de passes, la rondelle se rend souvent à moi. C'est plaisant quand ça arrive. C'est l'objectif visé: que tes coéquipiers aient confiance en toi parce que ça démontre que tu fais de bons jeux", a-t-il résumé.

(...)

Jugé inadmissible à revêtir l'uniforme mardi à la suite de son rappel plus tôt dans la journée, l'attaquant Ryan White n'aura fait que passer. Même s'il a effectué quelques présences au début du match contre les Sénateurs d'Ottawa, il n'a en réalité pas pris part à la rencontre, du moins pas selon la LNH.

Mercredi, le Canadien a reconnu ses torts en évoquant une erreur administrative afin d'expliquer pourquoi le rappel de White n'avait pas été inscrit à la LNH.

Mais on précisait que les officiels mineurs à Ottawa devaient également accepter une part du blâme parce qu'ils ont omis de vérifier les formations des deux équipes, comme ils le font avant chacun des matchs. Cette vérification de routine leur aurait permis de déceler l'imbroglio, et le CH aurait pu faire appel à un autre joueur que White, nommément Matt D'Agostini.

Imaginez si White en avait été à son premier match dans la LNH, et que ce match aurait finalement été le seul auquel il avait pris part. Son nom ne figurerait même pas dans les livres de statistiques de la ligue.

(...)

Les Penguins ont modifié leurs plans en raison du mauvais temps qui a sévi dans la métropole, mercredi. Ils devaient se pointer en ville en début de soirée, après avoir annulé la séance d'entraînement qu'on avait initialement planifiée au Centre Bell, à 11h30.

En voir plus