Skip to main content

Le Canadien s'incline finalement 4-3 en fusillade face aux Capitals

LNH.com @NHL

MONTREAL - Le Canadien était à 11 secondes, samedi, de remonter au-dessus de la marque de 0,500 pour la première fois depuis le 26 octobre. Mais il s'est incliné 4-3 aux tirs de barrage contre les Capitals de Washington, non sans avoir pris les devants après avoir effacé un retard de deux buts.

Le dernier à s'élancer au cours des trois tours en fusillade, Nicklas Backstrom, a déjoué Carey Price d'un tir des poignets précis du côté droit.

Mike Cammalleri, Maxim Lapierre et Tomas Plekanec avaient été incapables de déjouer Semyon Varlamov.

Price avait auparavant bloqué Tomas Fleischmann et Alexander Ovechkin.

Le Tricolore (12-12-2) a tout de même rétiré un point de son effort. Travis Moen ainsi que les Tchèques Jaroslav Spacek et Tomas Plekanec ont réussi ses filets. Spacek a de plus amassé une aide, à son retour au jeu.

Eric Fehr, deux fois, et Alexander Ovechkin, son 18e en plus d'une passe, ont été les marqueurs des Capitals en temps réglementaire.

Le CH a légèrement eu l'avantage 24-23 dans la colonne des lancers.

"C'est décevant de perdre un point après avoir fourni un très bel effort pendant 59 minutes et 40 secondes, a déclaré l'entraîneur Jacques Martin. On a comblé un retard de 2-0 et, en troisième période, on n'a rien cédé aux Capitals."

Judicieuse décision

La soirée a fort mal commencé pour les partisans du CH. Les Caps ont pris les devants 2-0 en marquant en un peu plus de trois minutes de jeu, à 8:47 et 11:51.

Fehr a d'abord redirigé la rondelle envoyée vers le filet par le défenseur Karl Alzner, avant que la magie Ovechkin n'opère pour la première fois. Le Russe a dégainé sur réception du flanc gauche. Price n'y a vu que du feu.

Afin de permettre à ses troupiers de retrouver leurs esprits, Jacques Martin a choisi d'utiliser le temps d'arrêt à sa disposition. Une judicieuse décision.

Le Canadien a restructuré son jeu, et il aurait rétréci l'écart avant la fin de l'engagement n'eût été de la vigilance de Varlamov.

"On regardait les Capitals au lieu de réagir, a noté Martin. J'ai aussi rappelé aux joueurs qu'il restait beaucoup de temps pour se racheter. On devait préconiser notre style."

Le défenseur Marc-André Bergeron a dit que le temps d'arrêt avait permis à l'équipe de calmer le jeu.

"Nous étions comme des poules pas de tête", a-t-il imagé.

Belle récupération

Le Tricolore a mis du tigre en début de deuxième vingt, tout en misant sur le brio de Price qui a stoppé Ovechkin en étirant la jambière gauche, au terme d'une échappée.

Spacek a replacé les siens dans le coup vers la fin d'un jeu de puissance, à 5:40. Max Pacioretty et Moen ont fait écran devant la puissante frappe du défenseur.

Price a brillé de nouveau devant Ovechkin, mais surtout face à Jay Beagle sur le retour. S'amenant hors l'aile, du côté droit, Ovechkin venait de faire prendre toute une tasse de café à Bergeron.

Plekanec a ramené le score à 2-2, à 13:50, son acharnement devant Varlamov lui permettant de concrétiser son propre rebond.

Cammelleri n'a pas obtenu de point sur la séquence, mais il a tout orchestré en zone adverse.

"On a livré une exellente deuxième période, a mentionné Cammalleri. Mais c'est (une bonne période) insuffisant dans cette ligue."

Si près...

Le Canadien a dicté le jeu au troisième vingt. Même que le flamboyant Ovechkin a été moins visible.

Les Caps ont écopé deux pénalités en l'espace de 43 secondes. Moen a marqué vers la fin de la seconde, à 5:34. Positionné tout près du gardien, Moen a effleuré le tir des poignets de Bergeron.

Menaçants au cours de la dernière minute, les Capitals sont parvenus à créer l'égalité à 11 secondes de la conclusion, tout juste après le début de la pénalité au défenseur Paul Mara. Fehr a glissé le disque entre les jambières de Price, à la suite du lancer d'Ovechkin.

En voir plus