Skip to main content

Le Canadien s'en vient, clame Maxim Lapierre après la victoire

LNH.com @NHL

UNIONDALE, N.Y. - Pour une fois, le Canadien a été trop fort pour ses adversaires. Ou c'est l'opposition qui a été trop faible. Toujours est-il que le Tricolore s'est acquitté de la tâche qui lui incombait face aux infortunés Islanders de New York, jeudi, en signant un gain de 5-1 devant une foule annoncée de 15 255 spectateurs, incluant de bruyants partisans du CH, au vétuste Nassau Coliseum.

En plus de porter à trois points leur avance aux dépens des Panthers de la Floride (90-87), les troupiers de l'entraîneur Bob Gainey se sont hissés au septième rang de l'Association Est en doublant d'un point les Rangers de New York, défaits en Caroline jeudi.

"Plusieurs équipes vont commencer à réaliser que le Canadien s'en vient", a relevé l'ailier Alex Tanguay, qui a marqué un but.

"On redevient l'équipe que les gens croyaient qu'on serait en début de saison, a ajouté Maxim Lapierre. On est en voie de se redonner un rythme de croisière. Ce n'est pas à quelle position tu termines, mais dans quel état d'esprit tu rentres en séries éliminatoires. Nous, on veut rentrer tout feu tout flamme."

Le gros trio a de nouveau charrié l'attaque, en y allant d'une récolte de cinq points. Outre Tanguay, avec son 15e, Saku Koivu, son 16e, a aussi marqué tandis que Alex Kovalev a amassé trois passes. Le défenseur Andrei Markov, 12e, a connu une autre productive soirée d'un but et deux passes pour porter son total de points à 65. Mathieu Schneider et Mike Komisarek ont été les autres buteurs.

Jeff Tambellini a fourni la timide réplique des Islanders, qui ont dû miser sur une formation du calibre de la Ligue américaine ou presque en l'absence de plusieurs rouages importants comme Mark Streit, Kyle Okposo, Sean Bergenheim et Dean McAmmond. Ces quatre éléments étaient de la partie au Centre Bell, il y a quelques semaines, quand les Islanders l'ont emporté 3-2 en prolongation.

Jaroslav Halak a bien fait en remplacement de Carey Price, malade. Il faut dire qu'il a été moins occupé que Yann Danis, le Canadien ayant le meilleur 38-27 dans les tirs.

"Je ne dirais pas que ç'a été facile, a commenté Halak. Je devais rester concentré et alerte. Contre une équipe semblable, vous ne pouvez pas vous permettre de relâchement. L'important, c'était de l'emporter. C'est tout ce qu'on voulait."

Trois fois en supériorité

Jeudi, les Islanders étaient prêts à se faire battre, et le Canadien menait 4-1 au terme de 40 minutes de jeu grâce à une récolte de trois filets en supériorité numérique. Après avoir eu un début de soirée en demi-teinte, le Tricolore a pris l'initiative en marquant deux fois en attaque massive avant la fin du premier vingt.

Koivu a ouvert le score, à 13:03, en déjouant Danis d'un revers entre les jambières, avec le défenseur Brendan Witt sur le dos.

Schneider a fait 2-0 à 18:31, sa longue frappe bifurquant sur le bâton du défenseur Radek Martinek tout juste devant le gardien.

Le CH a doublé son avance tôt au deuxième vingt. Tanguay a d'abord déjoué Danis d'un tir des poignets, à 1:11, après avoir pu s'avancer sans coup férir en zone ennemie. Markov a ensuite complété la stratégie de Koivu en supériorité, à 3:12.

Dès la reprise du jeu, le dur à cuire Joel Rechclicz a invité Georges Laraque à engager le combat. On en a mis du temps avant d'amorcer les hostilités, qui ont été de courte durée et à l'avantage de Laraque.

En avant par quatre buts, le Tricolore n'a pas ralenti le rythme, comme ça lui est arrivé trop souvent cette saison. Même le but de Tambellini, à 9:05, n'a pas refroidi ses ardeurs.

Au troisième vingt, ç'a été le monde à l'envers.

D'entrée de jeu, Komisarek a fait plaisir à plusieurs membres de la famille en touchant la cible. Tom Kostopoulos a par la suite raté un tir de pénalité. Et les poids plumes Glen Metropolit et Doug Weight ont laissé tomber les gants.

On avait tout vu!

En voir plus