Skip to main content

Le Canada écrase la Suède 6-0 et passe en demi-finale

Trois points chacun pour Scheifele et Stone; le Canada a rendez-vous avec les États-Unis en demi-finale

par Emna Achour / Correspondante LNH.com

ST-PÉTERSBOURG, Russie - Les visages étaient longs dans le camp de l'équipe suédoise jeudi soir, au terme de son écrasante défaite de 6-0 face au Canada en quarts de finale au Championnat du monde 2016 de la FIHG.

L'entraîneur-chef de la formation, Par Marts, a même ressenti le besoin de s'excuser pour la piètre performance des siens.

« Félicitations au Canada, vous étiez bien meilleurs que nous. Nous n'avons pas été à la hauteur et nous n'avons pas réussi à vous rendre la tâche difficile. J'en suis désolé », a-t-il déclaré.

 

C'est que la Suède n'a jamais vraiment été dans le coup jeudi, étant notamment dominée 34-24 au chapitre des lancers, alors que le Canada est demeuré en plein contrôle d'un bout à l'autre de la rencontre.

Mark Scheifele et Mark Stone ont amassé trois points chacun et Cam Talbot a réalisé 24 arrêts pour permettre aux Canadiens de passer en demi-finale du tournoi.

Les prochains adversaires du Canada seront les États-Unis à Moscou samedi, les Américains ayant vaincu la République tchèque 2-1 en fusillade plus tôt dans la journée pour passer eux aussi à la ronde des médailles.

Dans l'autre demi-finale, les Russes, qui ont battu l'Allemagne 4-1 jeudi soir, se mesureront aux puissants Finlandais (vainqueurs contre le Danemark 5-1 en après-midi) pour une chance de participer au match de la médaille d'or.

L'entraîneur du Canada, Bill Peters, a admis lors de son point de presse n'avoir aucune idée des plans de son équipe pour les deux prochains jours, autre que le fait que la formation se rendra à Moscou en train vendredi.

« Honnêtement, on ne regardait pas plus loin qu'aujourd'hui, a-t-il évoqué. On devait d'abord remporter notre match [contre la Suède] et on l'a fait, maintenant on passe à Moscou.

« On est d'ailleurs très excités à l'idée de se rendre à Moscou parce que c'était notre objectif depuis le début, puisqu'on a amorcé notre tournoi à St-Pétersbourg. Sachant que les demi-finales et la finale étaient dans une ville différente, on devait d'abord s'assurer d'avoir notre laissez-passer pour ladite ville. On est heureux d'y être parvenus, et on établira sous peu notre plan pour la suite. »

Scheifele avait ouvert la marque alors qu'il ne restait que 1:21 à faire au premier tiers, redirigeant habilement - et au moment où il était victime d'un double-échec de Mattias Ekholm - un lancer de la ligne bleue de Ryan O'Reilly pour faire 1-0.

Matt Dumba (en avantage numérique), Brad Marchand et Max Domi (avec son premier du tournoi) ont ensuite permis aux Canadiens de porter le pointage 4-0 avant le deuxième entracte.

On ne pourra cependant pas reprocher à la Suède de ne pas avoir tout essayé dans ce match. En début de troisième période, alors que Brendan Gallagher (retenu) et Morgan Rielly (accroché) ont été punis en l'espace de huit secondes pour accorder un avantage numérique de deux hommes aux Suédois, l'entraîneur Marts a décidé de retirer son gardien Jacob Markstrom pour que son équipe joue à 6-contre-3.

« Je ne me souviens pas d'avoir déjà vu ça », a mentionné Markstrom, qui a effectué 28 arrêts dans la défaite. « Mais on tirait de l'arrière 4-0; quelque chose devait se passer. C'est une stratégie qui ne me déplaît pas, on devait absolument faire quelque chose. On avait besoin d'un but. »

Malheureusement pour les Suédois, non seulement ils n'ont pas marqué pendant leur 6-contre-3, mais Stone et Brassard ont ajouté des buts pour le Canada pendant le troisième tiers.

De l'enclave, Stone a capté une passe à l'aveuglette du défenseur de la Suède Adam Larsson depuis l'arrière de son filet et a facilement déjoué Markstrom. Brassard s'y est quant à lui pris à quelques reprises pour pousser une remise de Gallagher derrière le gardien suédois.

Le personnel d'entraîneurs a décidé de faire confiance à Talbot pour le match de quarts de finale du Canada, même s'il avait été faible lors de son départ précédent et qu'il avait pris le blâme pour cette défaite de 4-0 face à la Finlande mardi.

Peters a avoué que c'était le directeur du développement des joueurs d'Équipe Canada et ancien gardien, Sean Burke, qui l'avait convaincu de ne pas retirer Talbot du match contre les Finlandais après deux périodes et de lui donner le départ jeudi.

« C'était énorme pour moi de savoir qu'ils avaient assez confiance en moi pour me remettre devant le filet et me donner une chance de rebondir, a déclaré Talbot. C'était en suite à moi de sauter sur la patinoire et de leur prouver qu'ils avaient pris la bonne décision. »

En voir plus