Skip to main content

Gallagher et Marchand apprennent à s'aimer

Des ennemis avec les Canadiens et les Bruins ont aidé le Canada à battre les États-Unis au Championnat du monde

par Emna Achour / Correspondante LNH.com

ST-PÉTERSBOURG - Les compétitions internationales impliquant des joueurs de la Ligue nationale de hockey donnent souvent lieu à des rencontres plutôt improbables, qui peuvent parfois même mener à des amitiés insoupçonnées.

Lorsque l'on pense aux plus grandes rivalités dans la LNH, celle qui persiste entre les Canadiens de Montréal et les Bruins de Boston vient souvent en tête de liste. Dire que les deux équipes se détestent serait un euphémisme.

Pourtant, le Championnat du monde 2016 de la FIHG n'en est qu'à ses premiers balbutiements qu'il a déjà réussi l'impensable : faire de Brendan Gallagher et Brad Marchand de nouveaux camarades.

À la suite de la victoire convaincante de 5-1 du Canada face aux États-Unis en lever de rideau du tournoi, vendredi, Gallagher a admis que son grand rival des Bruins et lui s'entendaient surprenamment bien jusqu'à maintenant, eux qui ont évolué sur le même trio à quelques reprises pendant la rencontre.

 

« En fait, je lui ai dit que c'était dommage parce que j'avais bien aimé le détester pendant toutes ces années, a rigolé Gallagher. Mais quand tu entres dans un vestiaire de hockey, tu oublies vraiment tout le reste. On s'est regardé avec un gros sourire, on s'est serré la main et on s'est mis à discuter. C'est un bon gars, il travaille fort et c'est certainement mieux de l'avoir dans son équipe que de devoir l'affronter. »

 

Gallagher a célébré son 24e anniversaire en grand, l'attaquant du Tricolore ayant touché la cible à 8:48 de la première période pour marquer un des cinq buts sans riposte du Canada vendredi.

 

« C'est en fait aussi l'anniversaire de ma petite sœur, a-t-il mentionné. Je lui ai envoyé un message texte ce matin pour lui dire que j'en marquerais un pour elle. Content d'avoir pu le faire. »

 

Même si ce sont les Américains qui ont ouvert la marque grâce à un filet de Patrick Maroon sur le jeu de puissance à 4:54 du premier tiers, Taylor Hall , Gallagher, Matt Duchene , Boone Jenner et Marchand - en désavantage numérique - ont tous fait bouger les cordages par la suite en route vers une victoire facile. 

 

Duchene a également amassé une aide pendant la rencontre, ce qui a valu à l'attaquant le titre de joueur du match pour le Canada, tandis que Ryan O'Reilly a terminé le match avec deux mentions d'assistance.

 

« Nous avons amorcé le tournoi avec un match de haut calibre », a mentionné l'entraîneur de la formation canadienne, Bill Peters. « Les Américains ont été dominants à certains moments, en deuxième période par exemple lorsqu'ils ont gagné beaucoup plus de mises en jeu que nous, et c'est un aspect de notre jeu que nous devrons améliorer. […] C'est une très bonne équipe, très rapide et bien dirigée, et c'est certainement une équipe que nous pourrions recroiser d'ici la fin du tournoi. »

 

Cam Talbot n'a pas été particulièrement occupé vendredi, stoppant 24 tirs dans le gain. Son opposant Keith Kinkaid a été solide malgré la défaite, lui qui a repoussé 28 des 33 lancers qui ont été dirigés vers lui.

 

Les Canadiens disputeront leur prochain match dimanche face à la Hongrie, tandis que les États-Unis n'auront pas beaucoup de temps pour digérer leur revers, eux qui affronteront le Bélarus dès samedi. Mike Condon, gardien des Canadiens de Montréal, pourrait se voir octroyer le départ devant le filet des Américains samedi puisqu'il s'agira d'un deuxième match en moins de 24 heures pour la troupe de John Hynes.

 

« Même si on veut tourner la page sur ce match, je ne pense pas qu'on doive oublier ce qui vient de se passer, a déclaré Hynes. On doit tirer des leçons de cette rencontre et on doit s'améliorer. On a aimé le caractère de nos jeunes joueurs, on a aimé le caractère de nos vétérans, mais comme vous avez pu le voir, on devra faire mieux collectivement en tant qu'équipe. On aura besoin de plus d'attaque de la part de tout le monde et même si on aime notre force de caractère, on devra jouer du jeu un peu plus mature. »

 

Il y a eu de l'action dès le début de la première période, alors que deux pénalités ont été décernées et qu'un but a été marqué avant même la cinquième minute de jeu.

 

Maroon du côté des Américains et Jenner pour le Canada ont été punis à 2:06 d'intervalle, et alors que les États-Unis ont réussi à écouler la pénalité, Maroon a touché la cible pendant l'avantage numérique des Américains.

 

Alors qu'il y avait beaucoup de circulation devant le filet de Talbot et que tout le monde cherchait la rondelle, Maroon l'a repérée et a poussé le disque libre derrière le gardien du Canada pour procurer une avance de 1-0 aux États-Unis.

 

Mais les Canadiens sont revenus en force avec un but de Hall 31 secondes plus tard et la troupe de Bill Peters n'a plus jamais regardé en arrière.

 

Duchene a été le seul marqueur du deuxième vingt, déjouant Kinkaid à 11:37 après avoir eu tout le temps voulu pour prendre un bon lancer des poignets du cercle gauche afin de doubler l'avance du Canada.

 

Jenner a quant à lui fait mal paraître Kinkaid au troisième tiers, trouvant la mince ouverture entre le gardien des États-Unis et son poteau gauche pour porter la marque à 4-1 avec à peine six minutes d'écoulées à l'engagement.

 

Marchand a complété le pointage en inscrivant un but magnifique en infériorité numérique à 11:16, lui qui a d'abord aidé à faire avorter une attaque des Américains en zone du Canada avant de décamper et déjouer Kinkaid entre les jambières. 

En voir plus