Skip to main content

Le Canada a eu chaud, mais se sauve avec une victoire contre la France

Marc-Édouard Vlasic a marqué un but chanceux en troisième pour donner la victoire 3-2 à son pays

par Emna Achour / Correspondante LNH.com

PARIS, France - La France a livré tout un duel au Canada devant une salle comble au AccorHotels Arena, jeudi, mais l'unifolié s'est accroché pour l'emporter 3-2 et demeurer invaincu en quatre matchs au Championnat du monde 2017 de la FIHG.

Malgré une bonne frousse pour les Canadiens en première période, alors qu'Olivier Dame-Malka a permis aux Français de créer l'égalité 1-1 moins de quatre minutes après que le Canada eut pris les devants sur un but de Ryan O'Reilly, et encore une fois en deuxième lorsque Damien Fleury a fait 2-1 pour la France, la troupe de Jon Cooper a été en mesure de rebondir et de se sauver avec la victoire.

« Lors de nos dernières rencontres, on a affronté des équipes qui reculaient et qui attendaient qu'on fasse le premier geste. Ce n'était pas le cas ce soir, a dit Cooper. Ils nous ont mis énormément de pression, on n'avait plus autant de temps et d'espace pour faire des jeux. Quand ils ont pris les devants, ils se sont nourris de l'énergie de leur foule et ce n'était vraiment pas évident pour nous. […] C'était une victoire à l'arrachée, mais on a survécu. C'était toute une performance des Français. »

Alors qu'il n'y avait que 2:22 d'écoulées à la troisième période, Marc-Édouard Vlasic a profité d'un rebond favorable de la bande pour permettre au Canada de prendre les devants 3-2. Son tir de la pointe a d'abord raté la cible, mais la rondelle est revenue devant le filet et le défenseur de la France Jonathan Janil l'a malencontreusement poussée dans son propre but.

À 3:52 du troisième tiers, Jeff Skinner a écopé d'une pénalité de cinq minutes pour avoir dardé et d'une inconduite de partie automatique. Après un arrêt de Hardy, Skinner s'est approché du gardien français pour tenter de pousser la rondelle et son geste a été perçu comme un geste répréhensible. Le défenseur Dame-Malka a aussi été puni sur le jeu pour bâton élevé sur Skinner par la suite.

« Les gars foncent au filet et tentent de marquer des buts. Connaissant Jeff Skinner, je suis certain qu'il n'avait aucunement l'intention de darder, a déclaré Cooper. Il essayait de pousser la rondelle dans le but, c'est ce que font les marqueurs. C'était un incident malheureux, parce que tous ceux qui connaissent le jeune savent que ce n'est pas son genre du tout. »

La France a donc bénéficié d'un jeu de puissance de trois minutes sur la séquence, puis d'un autre de deux minutes plus tard en troisième quand l'attaquant canadien Mark Scheifele a été envoyé au cachot pour double-échec, mais les Bleus n'ont pas été en mesure de profiter de leurs chances.

« Ça fait suer », a évoqué Antoine Roussel, attaquant français des Stars de Dallas, cachant à peine sa déception. « On n'a pas réussi à capitaliser sur nos chances en avantage numérique après le troisième but du Canada. Ça fait vraiment suer. On a joué un match correct. »

Le gardien français Florian Hardy a été étincelant dans la défaite, lui qui a stoppé 32 des 35 lancers qui ont été dirigés vers lui.

« C'était un match que les spectateurs attendaient depuis longtemps », a indiqué l'entraîneur franco-canadien de l'équipe de France, Dave Henderson. « Je pense qu'on match comme celui-là va aider à populariser le sport. Avant la rencontre, j'ai demandé à mes joueurs d'être intenses et de demeurer disciplinés, et c'est ce qu'ils ont fait. On a simplement dû s'avouer vaincus contre des champions du monde et des champions olympiques. On a fait de notre mieux, mais on n'a pas été en mesure d'aller chercher la victoire. »

Son opposant Chad Johnson n'a pas été aussi occupé, terminant avec 22 arrêts.

« Ils n'ont pas décoché tant de lancers, mais ceux qui se sont rendus à moi en étaient des bons, a déclaré Johnson. C'est parfois comme ça quand tu joues pour Équipe Canada; il n'y a pas beaucoup d'action devant ton filet, mais lorsqu'il y en a, ce sont souvent des chances de marquer de qualité. »

O'Reilly avait touché la cible à 5:19 de la première période alors que le Canada évoluait en avantage numérique, déjouant Hardy d'un tir précis du revers.

Mais Dame-Malka a fait plaisir aux 14 510 spectateurs dans les gradins lorsqu'il a surpris Johnson avec un tir sur réception du cercle gauche pour niveler la marque. 

Le défenseur canadien Chris Lee a amorcé la période médiane en étant puni pour obstruction, ce qui a permis à la France de déployer son jeu de puissance. Fleury n'a pas perdu de temps, lui qui a complété une passe parfaite de Stéphane da Costa à l'embouchure du filet alors qu'il n'y avait que 13 secondes d'écoulées à l'avantage numérique pour porter le pointage à 2-1, semant l'hystérie au AccorHotels Arena. C'était la première fois de tout le tournoi que le Canada tirait de l'arrière.

Le capitaine Claude Giroux a cependant ramené tout le monde à la case départ avec 49,7 secondes à faire au deuxième engagement, et le but chanceux de Vlasic en troisième période a fait la différence.

Les visages étaient longs du côté des joueurs français après la rencontre, eux qui avaient espoir de poursuivre sur leur belle lancée de début de tournoi contre le Canada. Après avoir perdu contre la Norvège 3-2 d'entrée de jeu, la France a surpris la Finlande 5-1 et battu la Suisse 4-3 en tirs de barrage.

Mais malgré une bonne performance dans l'ensemble face aux Canadiens jeudi, la frustration d'avoir terminé avec un score si serré mais sans point a pris le dessus.

« Honnêtement, c'est juste le fait que ça finisse avec trois points pour eux et zéro pour nous [qui me frustre le plus] », a mentionné l'attaquant français des Flyers de Philadelphie, Pierre-Édouard Bellemare. « J'essaie de ne pas penser à certaines situations de match spécifiques qui n'ont pas été bonnes parce que c'est à ce moment-là que tu commences à devenir négatif. »

Mince consolation pour l'équipe de France; ce match était la première salle comble du tournoi pour l'amphithéâtre parisien. Et la foule a répondu « présente » tout au long de la rencontre, que ce soit en chantant La Marseillaise pour amorcer la troisième période, en scandant des « Allez les Bleus! » bien sentis ou en applaudissant son équipe jusqu'à la toute fin. 

« C'était assez magnifique de voir une patinoire entière en France sauter d'un bond, a ajouté Bellemare. Généralement tu vois ça dans d'autres pays. Mais de voir ça en France, chez toi, devant le Canada, tu es assez fier de tes supporters. »

Le défenseur canadien Tyson Barrie n'était pas de la rencontre, lui qui s'est blessé à l'extérieur de la patinoire et dont le tournoi est terminé. En attendant que Colton Parayko, défenseur des Blues de St. Louis, soit prêt à revêtir l'uniforme du Canada, c'est Lee qui a remplacé Barrie dans la formation. Lee a amassé une aide sur le filet de Giroux.

En voir plus