Skip to main content

Le Canada a eu chaud, mais bat l'Allemagne en quarts de finale

Les champions en titre du Championnat du monde de la FIHG affronteront la Russie en demi-finale samedi

par Emna Achour / Correspondante LNH.com

COLOGNE, Allemagne - « Quel était le total des tirs au but? », s'est empressé de demander l'attaquant Matt Duchene en pleine séance de questions-réponses avec les journalistes.

50-20 en faveur du Canada, Matt.

Les Canadiens ont dominé au chapitre des lancers face à l'Allemagne et ont tenu le coup malgré une frousse en fin de match, jeudi, en route vers une victoire de 2-1 pour atteindre les demi-finales du Championnat du monde 2017 de la FIHG.

« Leur gardien les a gardés dans le match », a déclaré Duchene en parlant de l'Allemand Philipp Grubauer, qui a stoppé 48 rondelles dans la défaite. « On a dominé cette rencontre du début à la fin et on méritait de gagner. »

Malgré un but de Yannic Seidenberg marqué sur une échappée en désavantage numérique pour les Allemands alors qu'il ne restait que 6:39 à faire à la rencontre, les Canadiens ont été en mesure de fermer le jeu.

« On savait qu'ils allaient nous presser jusqu'au dernier moment, a indiqué l'attaquant Travis Konecny. Ils ont réussi à nous berner sur leur but, mais ça nous a permis de réaliser qu'il fallait qu'on rende le jeu un peu plus hermétique. Ce n'est pas comme si on s'était assis sur notre avance; on a continué à leur mettre de la pression, c'était la seule manière de les garder dans leur zone. »

Calvin Pickard a stoppé 18 rondelles pour le Canada, qui s'est ainsi assuré d'un rendez-vous avec les Russes au prochain tour, ces derniers ayant blanchi la République tchèque 3-0 plus tôt jeudi. Le duel Canada-Russie sera présenté samedi à compter de 9 h 15 HE, tandis que l'autre demi-finale opposera la Finlande à la Suède à 13 h 15 HE.

L'entraîneur canadien Jon Cooper retrouvera des visages familiers au sein de l'équipe russe, qui comprend notamment le gardien Andrei Vasilevkiy et les attaquants Nikita Kucherov et Vladislav Namestnikov, trois joueurs qui évoluent sous ses ordres avec le Lightning de Tampa Bay dans la LNH.

« Ce sont les gars avec qui je passe toute mon année, a évoqué Cooper. Ça m'est aussi arrivé quand on a joué contre [Valtteri] Filppula et la Finlande, et avec [le Tchèque Radko] Gudas que j'ai déjà dirigé.

« Je suis toujours derrière mes joueurs. Tout au long de ce tournoi, j'étais derrière Kuch, Vladdy, j'ai aussi regardé Vassy jouer… mais le temps d'un match, je ne serai pas de son côté! »

L'Allemagne et équipe hôte a donc subi l'élimination en quarts de finale pour une deuxième année de suite. Elle avait terminé la ronde préliminaire au quatrième rang de son groupe avec une fiche de 2-2-1-2, atteignant les quarts de justesse grâce à une victoire de 4-3 en tirs de barrage contre la Lettonie de Bob Hartley mardi.

« Tout d'abord, je dois dire que je suis vraiment fier de mes joueurs », a indiqué l'entraîneur allemand et ancien joueur de la LNH, Marco Sturm. « Je pense qu'on a connu un bon tournoi. Après un début chancelant, on s'est amélioré de match en match. Nos deux derniers duels ont probablement été nos meilleures performances, et c'est exactement ce qu'on voulait. Pour vaincre le Canada, absolument tout doit fonctionner à la perfection. On a fait de notre mieux, mais ils étaient simplement un peu plus forts que nous. »

Vers la fin d'une première période plutôt animée, au cours de laquelle la formation allemande semblait avoir réussi à rendre un peu nerveux les joueurs du Canada, il n'a fallu à la troupe de Cooper qu'un jeu de puissance pour renverser la situation.

Alors que l'attaquant allemand Patrick Reimer était au cachot pour avoir accroché, Ryan O'Reilly a repéré Mark Scheifele et lui a servi une passe parfaite du revers depuis l'arrière du filet. Le tir sur réception de Scheifele a déjoué Grubauer à 17:11 de l'engagement, permettant ainsi au Canada de respirer un peu et de faire taire la jusqu'alors très bruyante foule.

Si les joueurs canadiens ont dit ne pas avoir particulièrement porté attention aux chants et encouragements des partisans allemands dans les gradins du Lanxess Arena, qui ont aussi offert quelques ovations debout à leur équipe, Cooper a admis ne pas avoir pu rester de glace.

« L'atmosphère était phénoménale, a-t-il dit. Je ne vais jamais l'oublier. Les fans allemands qui chantent… ils étaient très respectueux envers les deux équipes et ils ont grandement encouragé la leur. Je vais m'en souvenir à jamais. »

Même si les Canadiens n'ont ajouté qu'un but à la marque en deuxième, l'équipe a complètement dominé le tiers, notamment au chapitre des lancers au filet. Les hommes de Cooper ont conclu l'engagement avec un avantage de 20-1, pour un total de 35-8 après deux.

Encore une fois, le Canada a attendu la toute fin de la période pour marquer. Jeff Skinner a fait bouger les cordages alors qu'il ne restait que 1:52 à faire en deuxième en récupérant le retour du lancer du défenseur Michael Matheson pour doubler l'avance des siens.

L'Allemagne s'est approchée à un seul but quand Y. Seidenberg a marqué pendant que l'équipe évoluait à 4-contre-5 en raison d'une pénalité pour trop d'hommes sur la patinoire, mais n'a pas été en mesure de forcer la tenue de la prolongation.

« Marquer en désavantage numérique te donne toujours une bonne poussée, a indiqué le vétéran défenseur allemand Dennis Seidenberg. On espérait que ça nous donnerait un peu plus de momentum, mais on s'est remis en mode défense tout de suite après sans jamais pouvoir exercer de véritable pression et c'est pourquoi on a perdu. »

En voir plus