Skip to main content

L'avenir des Sénateurs repose entre les mains de Pierre Dorion

Le directeur général de l'équipe sera très occupé au cours des prochains mois

par Siniša Šindik @SinisaSindik / Collaborateur LNH.com

Vendredi dernier, le propriétaire Eugene Melnyk a annoncé avoir prolongé le contrat du directeur général Pierre Dorion jusqu'en 2022. Si certains en doutaient, c'est maintenant indéniable : l'avenir des Sénateurs d'Ottawa se trouve entre les mains de Dorion.

L'organisation a décidé d'offrir son vote de confiance au directeur général ottavien, et ce, malgré les déboires des Sénateurs, qui occupent l'avant-dernier rang de l'Association de l'Est avec 47 points après 53 matchs ; cette même formation qui était à un petit but de se retrouver en finale de la Coupe Stanley. Rappelons que les Sénateurs avaient subi l'élimination en finale d'Association de l'Est face aux Penguins de Pittsburgh, qui ont par la suite défendu leur titre de la Coupe Stanley.

C'est bien beau la parité, mais comment une équipe de la Ligue nationale de hockey peut-elle passer d'un extrême à l'autre en l'espace d'une saison, avec sensiblement le même noyau de joueurs ?

Le départ de Marc Methot a-t-il pesé si lourd ? Le message de Guy Boucher a-t-il déjà arrêté de passer ?

Bref, beaucoup de travail à prévoir pour M. Dorion qui devra prendre de sérieuses décisions sur la suite des choses pour la formation de la capitale nationale.

Les intouchables ?

D'accord, intouchable est un bien grand mot et puisque cela va très vite dans le monde de la LNH, tout peut changer. Or, lorsque questionné sur ses intentions concernant son capitaine, Erik Karlsson, et l'un de ses meilleurs attaquants, Mark Stone, Dorion s'est fait quelque peu rassurant sans trop en dire.

« Je ne veux pas vraiment entrer dans les détails et faire du cas par cas. Or, ce que je peux vous dire c'est que lorsqu'il s'agit de nos très bons joueurs, nous voulons nous assurer qu'ils seront là pour longtemps », a déclaré Dorion au Sporting News la semaine dernière.

Même son de cloche pour Thomas Chabot, qui représente un des plus beaux espoirs de l'organisation et qu'on veut absolument garder. D'ailleurs, le défenseur de 21 ans démontre déjà une belle maturité et semble avoir fait sa place au sein de la formation. En 35 matchs cette saison, Chabot a récolté 13 points et est utilisé près de 16 minutes par match en moyenne.

Pour ce qui est de Karlsson, il aura 28 ans dans trois mois. Il lui reste une année de contrat avant de devenir joueur autonome sans compensation. Pas de doute, il fera sauter la banque. Il avait d'ailleurs déjà déclaré qu'il obtiendrait son prix et qu'il n'avait pas l'intention de signer à rabais pour demeurer à Ottawa.

Donc, est-ce que le Suédois voudra rester ? Est-ce que les Sénateurs seront prêts à débourser au minimum dix millions de dollars par année ? Chose certaine, échanger Karlsson risquerait de rapporter gros, très gros.

Du côté de Stone, il aura bientôt 26 ans et sera joueur autonome avec compensation au terme de la présente campagne. L'objectif est de le garder à long terme. Ottawa a besoin d'un joueur de sa trempe. Déjà que les Sénateurs ne marquent pas beaucoup de buts, il ne faudrait pas qu'ils perdent leur meilleur pointeur en plus.

Puis, dans le cas de Chabot, pas de danger. Il est encore sous contrat jusqu'au terme de la saison 2019-20.

Or, pour le reste de la formation, les trois prochaines semaines feront foi de tout.

« Je suis bien excité pour l'avenir de l'équipe et pour ce qui s'en vient. Je sais qu'on a de bons joueurs ici. Les trois prochaines semaines vont dicter ce qu'on va faire. On est en 29e place, donc on doit regarder à faire un ou deux pas en arrière pour que l'équipe soit bonne à long terme. J'aimerais qu'on ait une équipe qui n'espère pas faire les séries chaque année, mais plutôt qui sait qu'elle va les faire », a déclaré Dorion au quotidien Le Droit.

Qui partira ?

À l'exception de ses « intouchables », Dorion risque d'écouter attentivement les offres qu'on lui présentera.

Le nom de Mike Hoffman revient souvent dans les rumeurs de transactions. Il lui reste encore deux ans de contrat. L'Ontarien de 28 ans connaît une saison en deçà des attentes avec 37 points en 54 matchs, mais sa récente chimie avec Matt Duchene (13 points combinés à leurs six dernières rencontres) forcera-t-elle Dorion à se raviser ?

Derick Brassard en est un autre qui pourrait changer d'adresse d'ici le 26 février. Le joueur de centre de 30 ans a encore une année à son contrat. Avec 30 points en 52 matchs, il représente une bonne option pour une équipe en quête de profondeur.

Par ailleurs, le réputé journaliste de TSN Pierre LeBrun a souligné que les Sénateurs étaient à l'écoute des offres pour Brassard et que le prix exigé serait un choix de 1re ronde, un espoir de premier plan et un autre élément.

Puis, il reste Zack Smith, Ryan Dzingel et Jean-Gabriel Pageau. Les deux premiers risquent de partir avant Pageau. À moins d'une offre impossible à refuser, on voudra garder le Gatinois, car il cadre parfaitement dans la philosophie de Guy Boucher.

Dorion ne s'en cache pas, sa formation risque fortement de bouger, tôt ou tard.

« De vous dire qu'il n'y aura pas de changements serait absurde. Cela dit, nous avons un plan en place et nous allons le suivre », a ajouté le DG des Sénateurs au Sporting News.

Chose certaine, peu importe l'avenue qu'il décidera de prendre, Dorion devra trouver un moyen d'améliorer sa formation à la position de gardien de but.

Avec Craig Anderson qui ne rajeunit pas (36 ans), Mike Condon qui n'a jamais vraiment prouvé qu'il avait l'étoffe d'un numéro 1 régulier et une charte de profondeur assez mince à cette position, la situation est loin d'être rassurante.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.