Skip to main content

L'Avalanche aura l'avantage de l'expérience dans sa série face au Wild

LNH.com @NHL

ST. PAUL, Minnesota - Malmenés en avril dernier par les éventuels champions de la coupe Stanley, les joueurs du Wild du Minnesota ont emmagasiné un peu d'expérience des séries en vue du tournoi printanier de cette année.

Sans oublier que deux de leurs principaux attaquants, Marian Gaborik et Pierre-Marc Bouchard, étaient là lors de la surprenante épopée du Wild jusqu'en finale d'association en 2003.

Mais malgré toute la maturité que les joueurs de Jacques Lemaire ont gagnée en huit saisons depuis l'arrivée de l'équipe dans la ligue, ils ne viennent pas à la cheville des membres de l'organisation de l'Avalanche du Colorado à ce niveau.

Joe Sakic et Peter Forsberg, 12 ans après avoir remporté leur première coupe Stanley ensemble avec la formation de Denver, sont prêts à tenter leur chance à nouveau - même s'ils ont pris de l'âge. Adam Foote et Milan Hejduk sont encore dans le décor, eux qui faisaient partie de l'équipe championne de 2001. Ryan Smyth, autrefois un joueur vedette à Edmonton et maintenant un joueur de troisième trio au sein de la puissante attaque de l'Avalanche, a pris part à la grande finale de 2006 avec les Oilers.

La formation du Minnesota mise sur plusieurs vétérans, du dur à cuire Chris Simon au spécialiste des lancers frappés Brian Rolston en passant par le défenseur Sean Hill. Simon a d'ailleurs embrassé la coupe Stanley avec l'Avalanche en 1996.

Plusieurs des joueurs importants, toutefois, ont été repêchés il n'y a pas si longtemps, ce qui fait qu'on retrouve une majorité de jeunes dans le vestiaire. Gaborik, Bouchard, le défenseur Brent Burns et l'attaquant Mikko Koivu sont tous des premiers choix qui composent le noyau de l'équipe.

"L'an dernier, j'ai pris un peu d'expérience et maintenant je suis un petit peu moins nerveux, a déclaré Burns en songeant au premier match de la série, qui aura lieu mercredi au Xcel Energy Center. Mais c'est quand même très différent du reste de l'année."

L'entraîneur de l'Avalanche, Joel Quenneville, a cherché à minimiser l'avantage qu'ont les siens au chapitre de l'expérience.

"Même (Joe Sakic) a des papillons au ventre avant que ne commencent les séries", a-t-il souligné.

Reste que c'est le Wild qui aura l'avantage de la patinoire, à titre de champion de la section nord-ouest et de troisième tête de série dans l'Association Ouest. En 2003, l'Avalanche était largement favori et menait 3-1 dans la série avant que le Wild n'amorce sa lancée.

En voir plus