Skip to main content

« On ne se lasse jamais de gagner la Coupe Stanley »

Larry Robinson a savouré une 10e conquête en aidant les Blues à écrire une page d'histoire

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BOSTON - La casquette de champion vissée sur la tête et tenant son épouse Jeannette par l'épaule, Larry Robinson serrait des mains et arborait un large sourire près du banc des Blues de St. Louis, au moment où les joueurs faisaient la fête sur la patinoire du TD Garden, mercredi.

« On ne se lasse jamais de gagner la Coupe Stanley », a affirmé l'ancien défenseur vedette des Canadiens de Montréal dans les années 1970, qui a été un atout dans la manche des Blues pendant la saison régulière et en séries éliminatoires.

À LIRE : St. Louis peut festoyer après 51 saisons! | O'Reilly remporte le trophée Conn-Smythe | La douce revanche de Perron | Montmagny aura de la grande visite cet été | Bouwmeester reçoit la Coupe des mains de Pietrangelo après la victoire | La fin d'une belle histoire pour Boston

Pour Robinson, qui est âgé de 68 ans, c'est une 10e conquête de la Coupe Stanley, en incluant ses premières comme joueur. C'est sa première conquête depuis 2003.

Engagé à titre de conseiller aux opérations hockey par le directeur général Doug Armstrong avant la saison, Robinson a été appelé en renfort au sein du personnel d'entraîneurs à la suite du congédiement de Mike Yeo, le 19 novembre.

Après avoir occupé temporairement un poste d'adjoint à l'entraîneur par intérim Craig Berube, Robinson a agi en arrière-scène en séries, comme « entraîneur fantôme ». Mais on ne doit surtout pas mésestimer son apport aux succès de l'équipe.

« J'aurais voulu rester comme adjoint, mais ma santé ne me le permettait pas. Le voyagement est rendu trop difficile pour moi, a-t-il expliqué. J'ai dépanné avant les Fêtes et j'ai été très honoré quand Craig m'a dit qu'il souhaitait que je revienne pour les séries. 

« C'est agréable d'être proche de l'équipe et j'ai essayé d'aider du mieux que je le pouvais, mais je n'ai pas fait grand-chose », a-t-il ajouté, humblement. « Le mérite revient au personnel d'entraîneurs, les Mike Van Ryn, Steve Ott, Steve Alexander, Sean Ferrell et Craig (Berube). Ils ont abattu de la superbe besogne. 

« Leur plus grand mérite a été de faire de cette bande d'individus une grande famille, a-t-il argué. Vous devez faire ça. Vous ne vous rendez pas en Finale de la Coupe Stanley sans être une famille. Je sais de quoi je parle. C'était merveilleux de faire partie de l'aventure. Ç'a été un véritable conte de fées. Voyez où nous étions en janvier (derniers au classement général) et regardez la scène sur la glace maintenant, c'est formidable. Nous ne pouvions pas écrire de meilleur scénario pour la fin. »

Robinson a certes joué un rôle important dans le renforcement des liens entre les joueurs. Tous ceux que nous avons interrogés pendant la Finale nous l'ont dit. Et il fallait voir l'échange empreint de respect que le capitaine de l'équipe Alex Pietrangelo a eu avec lui pendant les célébrations sur la patinoire, mercredi.

Video: STL@BOS, #7: Les Blues reçoivent la Coupe Stanley

Lisez ce que le jeune attaquant Samuel Blais nous avait dit pendant la série: « Il détend l'atmosphère en faisant des blagues, en plus de nous transmettre de précieuses informations. Tout le monde l'apprécie et le respecte. Il a neuf bagues de la Coupe Stanley, il sait de quoi il parle. C'est vraiment bon pour nous. J'étais un peu intimidé par lui au début de la saison. Il parle parfois français avec David Perron et moi, il nous dit des blagues. Maintenant, nous sommes rendus "chummy, chummy" ».

Mercredi, Berube a rendu un bel hommage à Robinson ainsi qu'à ses principaux adjoints.

« J'ai été chanceux d'être secondé par de très bons adjoints. Ce qui m'impressionne d'eux, c'est qu'ils sont très jeunes et compétents, a-t-il commencé par dire. Larry Robinson est venu ajouter une touche d'expérience au groupe. C'est agréable d'avoir un gars dans votre entourage avec neuf bagues de la Coupe Stanley à son palmarès, 10 avec ce soir. Il a maintenant une bague pour chacun des doigts des deux mains. Il peut être satisfait, j'imagine », a lancé Berube en rigolant.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.