Skip to main content

L'arrivée de D'Agostini s'avère l'étincelle dont le Canadien avait besoin

LNH.com @NHL

MONTREAL - Le Canadien a signé trois victoires en autant de matchs en ayant Matt D'Agostini dans la formation. Le rappel du jeune ailier droit n'est pas que la seule explication au réveil de l'équipe. Mais "l'effet d'Agostini" se fait sentir, admet l'entraîneur Guy Carbonneau, comme ce fut le cas la saison dernière, à la suite de l'arrivée, en décembre, de Sergei Kostitsyn.

Après avoir tenté de passer son message sur tous les tons et de plusieurs façons, Carbonneau constate que l'arrivée d'un joueur prometteur de l'équipe-école représentait possiblement la meilleure solution afin d'être entendu.

"Comme entraîneur, on a quelques outils à sa disposition, comme restreindre le temps d'utilisation des joueurs ou encore les laisser dans les gradins. Mais il n'y a pas de meilleur outil que celui de créer de la compétition à l'interne", a énoncé Carbo, vendredi, en acquiesçant quand on lui a fait remarquer que la présence de D'Agostini avait fait perdre à quelques joueurs leur "zone de confort".

D'Agostini, qui est âgé de 22 ans, s'avère en quelque sorte l'étincelle qu'essayait de provoquer le pilote du CH depuis environ un mois.

"Son arrivée a insufflé à l'équipe une dose d'énergie semblable à celle qu'on a eue quand Sergei s'est amené la saison dernière, a souligné Carbonneau. Sergei a bien fait et il est resté avec nous jusqu'à la fin de la saison. On espère que Matt va l'imiter. Il a très bien fait jusqu'à maintenant. Il nous force la main de l'utiliser."

Le Canadien n'est pas rendu au point de demander au jeune homme de se dénicher un pied à terre dans la Métropole. "Il est un peu tôt", a répondu Carbonneau.

Bossy et Goulet

Après avoir réussi 14 buts en 20 matchs dans la Ligue américaine cette saison, D'Agostini a tôt fait de s'illustrer aux côtés de Saku Koivu et d'Andrei Kostitsyn. Il montre trois points à sa fiche, incluant deux buts. Jeudi, il a déjoué le talentueux gardien des Rangers de New York, Henrik Lundqvist, en dégainant vivement, comme seuls les bons marqueurs peuvent le faire.

D'Agostini, cinquième choix du Tricolore (190e au total) en 2005, possède le flair à l'attaque qui lui permet souvent d'être au bon endroit au bon moment. Carbonneau avait laissé tomber, après une solide performance de D'Agostini dans un match préparatoire l'an dernier, qu'il lui rappelait Michel Goulet.

"Des marqueurs de la trempe des Michael Bossy, Michel Goulet et Brett Hull savent où se positionner sur la patinoire, a répété Carbo, vendredi. On dirait qu'ils vont toujours aux mêmes endroits. Matt est comme ça. Il possède une très bonne connaissance du jeu, en plus d'être doté d'un bon instinct offensif."

Le principal reproche qu'on lui adressait ces dernières saisons, c'était de manquer de constance dans son rendement. Le patineur natif de Sault Ste. Marie, en Ontario, dit s'être attaqué à la lacune, à la suite de son renvoi à Hamilton vers la fin du dernier camp d'entraînement.

"J'étais très déçu cette année d'être renvoyé dans les rangs mineurs parce que j'avais le sentiment d'être prêt à faire le saut dans la Ligue nationale, a indiqué D'Agostini. Je me suis efforcé d'être plus constant, et on a dû le remarquer ici. Je sais qu'on ne peut pas se permettre de se la couler douce. J'avais parfois la mauvaise habitude dans les rangs juniors de prendre les choses à la légère. On comprend mieux quand on gagne en maturité. C'est mon cas."

En voir plus