Skip to main content

Laraque prédit qu'il va revenir plus fort ailleurs, comme d'autres anciens du CH

LNH.com @NHL

BROSSARD - Georges Laraque avait retrouvé le sourire en fin d'après-midi, jeudi, quand il s'est présenté devant les journalistes à l'extérieur du Complexe sportif Bell.

Le dur à cuire a fui la controverse, après avoir tenu des propos durs à l'endroit du Canadien et de l'entraîneur Jacques Martin dans une entrevue qu'il a accordée à un journaliste de TSN, peu de temps suivant sa rencontre matinale avec le directeur général Bob Gainey. C'est qu'on lui a sans doute fait réaliser que son nom figurait toujours sur la liste de paie de l'équipe jusqu'à la fin de la saison.

"Je suis toujours un membre du Canadien, a rappelé Laraque quand on lui a parlé de Martin. Je dois respecter la décision que les dirigeants ont prise, même si elle me déçoit. En tant que membre du Canadien, je ne peux pas me prononcer là-dessus. On en reparlera quand je ferai partie d'une autre équipe", a-t-il ajouté, en souriant.

Le colosse âgé de 33 ans a été piqué au vif d'entendre Gainey affirmer que sa présence était une source de distraction au sein de l'équipe.

"Je me demande ce que ça veut dire, a-t-il dit. J'ai toujours été très populaire dans les équipes pour lesquelles j'ai jouées. Je n'ai jamais été négatif, même quand je jouais peu. Je me suis toujours beaucoup impliqué dans la communauté. Le Canadien ne s'est jamais gêné de me demander de faire des choses, et je l'ai toujours fait. Est-ce cela être une distraction? Cette saison, j'ai pris soin d'éviter de faire des déclarations aux médias justement afin de ne pas être une distraction. S'il pense cela, c'est son opinion. Je sais que je suis une bonne personne. Je n'ai jamais mis l'organisation dans l'embarras."

Assurant ne pas avoir vu venir le coup, Laraque a prétendu que ce n'était pas la fin de sa carrière, qu'on le reverrait dans un autre uniforme dès la saison prochaine.

"C'est ma quatrième équipe dans la Ligue nationale, et c'est la première fois que je me retrouve dans une impasse semblable, a-t-il confié. Je n'y ai pas pensé encore, mais je serais surpris de rejouer cette saison. Le Canadien va racheter la dernière année de mon contrat en juin et je pourrai négocier avec toutes les autres équipes. Je devrai accepter une diminution de salaire, mais je n'entrevois pas de problème."

Il a dit qu'il sera animé du désir, comme tous les joueurs qui sont chassés de Montréal, de montrer jusqu'à quel point il peut être utile.

"J'aurai ça comme motivation. Ce sera à moi de montrer ce que je peux faire. Le temps finit par arranger les choses, à ce qu'on dit. Les gens verront avec le temps si c'est une bonne décision ou non de l'équipe."

Cela dit, il ne regrette absolument d'avoir accepté l'offre du Tricolore à l'été 2008.

"Je referais la même chose si c'était à refaire. Le rêve d'avoir porté le chandail du Canadien surpasse tout. Je n'oublierai jamais le but que j'ai marqué, la semaine dernière. D'avoir vécu un moment fort semblable avant la fin, j'en garde un très bon souvenir."

Laraque a dit que ce n'était pas la fin pour lui à Montréal parce qu'il va poursuivre son oeuvre dans la communauté. Et il va suivre de près le rendement de l'équipe, en souhaitant la voir atteindre les séries éliminatoires.

"Mes coéquipiers vont me manquer énormément. La bonne entente était excellente dans le groupe, surtout cette saison. Je n'oublierai également pas tout le soutien que m'ont accordé les partisans, même si je ne jouais pas souvent. Ils ont été super avec moi. Ils méritent de voir leur équipe prendre part aux séries."

A brève échéance, Laraque a dit qu'il va consacrer du temps à recueillir des fonds afin de venir en aide au peuple haïtien, durement éprouvé. Il n'a pas écarté la possibilité de se rendre à Haïti.

Interrogé au sujet de l'offre de Gainey de prendre un congé, il a expliqué l'avoir déclinée parce qu'il estimait sa présence plus importante dans l'entourage de l'équipe au moment où s'amorce le dernier droit de la saison.

"En tant que professionnel, je suis capable de faire la part des choses. La situation à Haïti n'a aucunement affecté mon rendement. Je l'ai remercié (Gainey) pour l'offre, mais je voulais rester avec l'équipe. Je voulais être un joueur sur lequel on compte, comme ç'avait été le cas en séries l'an dernier. J'aurais pu quand même, dans mes moments libres, aider Haïti et faire avancer les autres causes qui me tiennent à coeur. Maintenant, j'aurai amplement le temps", a-t-il résumé.

En voir plus