Skip to main content

Laraque ne serait pas surpris de changer d'adresse prochainement

LNH.com @NHL

BROSSARD - Il ne reste que quelques jours avant la date limite des transactions du mercredi 4 mars. A travers la Ligue nationale, plusieurs joueurs se demandent s'ils ne changeront pas d'adresse d'ici une semaine. Georges Laraque est du nombre.

Laraque vient d'être retranché de la formation lors des deux derniers matchs et sa présence contre les Flyers, vendredi, à Philadelphie, est loin d'être assurée. Désabusé, l'homme fort du Canadien souhaite presque une transaction qui pourra lui permettre de relancer sa carrière.

"C'est la première fois depuis bien des années que je ne joue pas à tous les matchs, a fait valoir Laraque après l'entraînement de l'équipe au Complexe sportif Bell, à Brossard. Cet été, j'ai parlé à Guy Carbonneau avant de signer. Je lui ai demandé quel serait mon rôle avec l'équipe. Si j'avais su le résultat, je ne serais pas ici aujourd'hui."

Laraque s'est entretenu avec Carbonneau il y a quelques jours. Les propos de Carbo n'ont rien fait pour le rassurer.

"C'est le type d'entraîneur pour qui la robustesse n'est pas très importante. Il m'a laissé savoir que je ne jouerais pas à tous les matchs. En raison de mon salaire, je ne serais pas surpris d'être échangé."

En demande

Laraque croit que le Canadien n'aura aucune difficulté à l'échanger même s'il reste deux saisons à son contrat qui lui rapporte 1,5 million $ US par année.

"Avant de signer à Montréal, une quinzaine d'équipes, autant dans l'Est que dans l'Ouest, ont montré de l'intérêt."

Laraque n'a pris part qu'à 25 matchs dans l'uniforme du Tricolore. Des blessures au dos et à l'aine l'ont contraint à l'inactivité. Mais depuis le début du mois, il se dit en bien meilleure forme. Il a d'ailleurs disputé huit rencontres avant de retrouver les tribunes contre Ottawa et Vancouver.

"C'est frustrant d'entrer et sortir comme ça de la formation, dit-il. J'essaie de rester positif. Mais c'est pas facile quand tu ne joues pas."

Laraque dit envier certains rivaux tels Donald Brashear, des Capitals de Washington, ou Shawn Thornton, des Bruins de Boston.

"Ces gars-là jouent à tous les matchs. Ils contribuent tout en donnant confiance à leur équipe.

"C'était mon rôle à Pittsburgh. J'étais utile dans un quatrième trio. Ici, je ne me sens pas autant apprécié."

Laraque a livré sept combats, mais aucun n'a vraiment changé l'allure d'un match.

Bégin dans le même bateau

Steve Bégin, 30 ans, est un autre joueur qui s'interroge sur son avenir à Montréal. Il a été écarté lors des cinq derniers matchs.

"C'est plus dur à accepter à mon âge", dit-il.

Bégin ne serait pas surpris de changer d'adresse prochainement.

"On ne va pas me faire poireauter si je ne suis plus dans les plans de l'équipe, croit-il. Je serai sans contrat à la fin de la saison. Je dois jouer."

En voir plus