Skip to main content

Lagacé ne se pose pas de questions

Propulsé sous les feux de la rampe, le gardien âgé de 24 ans s'applique simplement à arrêter la rondelle

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

Heureusement pour les Golden Knights de Vegas que Maxime Lagacé a des nerfs d'acier. N'importe quel autre gardien recrue qui se retrouverait dans sa situation pourrait angoisser quelque peu.

Il faut dire que Lagacé n'a pas le temps de se triturer les méninges depuis qu'il a été propulsé sous les feux de la rampe, il y a un peu plus d'une semaine (le 30 octobre).

Il enchaîne les matchs depuis que les Golden Knights ont vu trois de leurs gardiens tomber au combat en l'espace de quelques semaines. Le vétéran Marc-André Fleury (commotion cérébrale), Malcolm Subban (bas du corps) et Oscar Dansk (bas du corps) sont tous à l'infirmerie. La situation est à ce point problématique que le sort de l'équipe d'expansion repose actuellement sur les grosses jambières de Lagacé.

« C'est un peu fou quand on y pense, mais je ne me pose pas de questions », confie-t-il à LNH.com. « Je ne suis pas du genre à me dire : "Oh mon dieu, je suis rendu le gardien numéro un de l'équipe". J'essaie simplement de faire ce que je fais depuis que je suis tout petit, c'est-à-dire arrêter la rondelle. »

Après avoir perdu ses trois premiers matchs, Lagacé a aidé les Golden Knights à engranger trois points de classement sur une possibilité de quatre dans leurs deux dernières sorties à l'étranger. Lundi, il a subi la défaite 4-3 aux tirs de barrage contre les Maple Leafs de Toronto au Air Canada Centre.

Mardi, le Québécois âgé de 24 ans devrait vivre un autre moment fort en affrontant les Canadiens de Montréal au Centre Bell (19 h 30 HE; RDS, TSN2, ATTSN-RM).

« Ce serait évidemment spécial de jouer à Montréal, a-t-il affirmé au cours d'un entretien téléphonique, dimanche. Enfant, j'étais un "fan" de Patrick Roy. Plus tard, Carey Price a été mon modèle. Ça rendrait évidemment le moment plus spécial s'il était devant moi à l'autre bout de la patinoire. »

Ça ne sera pas le cas puisque la blessure mineure au bas du corps qui incommode Price va lui faire rater un troisième match d'affilée. L'entraîneur Claude Julien a confirmé le retour du jeune Charlie Lindgren devant le filet. Lindgren a réalisé son premier blanchissage dans la LNH contre les Blackhawks de Chicago, dimanche. 

Rêve de ti-cul

Lagacé présente des statistiques très modestes : fiche de 1-3-1, moyenne de buts alloués de 4,03 et pourcentage d'arrêts de ,860. Il a néanmoins le sentiment de bien s'adapter au calibre de jeu.

« Je ne suis pas du type nerveux ou hyperactif. Je donne l'image du gars en lequel on peut avoir confiance. Mon sang-froid aide mes coéquipiers à jouer de façon détendue. Ça ne m'empêche pas d'être très combatif devant le but », se décrit-il.

« J'essaie de garder les choses simples », continue le gardien natif de Saint-Augustin-de-Desmaures, dans la région de Québec. « Je connais mes forces et mes faiblesses et je travaille à l'intérieur de ça. Les gars jouent bien devant moi. »

Lagacé a été éprouvé à ses débuts dans la LNH. Appelé à remplacer Dansk, blessé, il a permis quatre buts sur seulement 11 lancers aux Islanders de New York, dans la défaite de 6-3 des siens, le 30 octobre.

Dès le lendemain, il a obtenu son premier départ - contre les Rangers de New York au Madison Square Garden (défaite de 6-4). Après s'être incliné de nouveau (2-1) face aux Bruins de Boston au TD Garden, il a signé sa première victoire (5-4) contre les Sénateurs d'Ottawa au Centre Canadian Tire, samedi, en présence de plusieurs membres de sa famille. 

« J'ai réalisé un rêve de petit gars, relate-t-il. J'ai pu partager ça avec ma famille. J'ai remis la rondelle du match à mon père. Il n'est pas le plus démonstratif, mais j'ai vu la joie et l'émotion dans son visage. »

Sinueux parcours

C'était pour le jeune homme et sa garde rapprochée l'aboutissement de plusieurs années de sacrifices et d'efforts.

N'ayant pas été repêché dans la LNH, Lagacé a paraphé un contrat avec les Stars de Dallas à la conclusion de son stage de quatre saisons chez les juniors au sein de quatre équipes - dont trois uniquement à sa dernière saison.

Il a par la suite fait la navette entre la ECHL et la Ligue américaine au cours des deux saisons suivantes, avant de passer toute la saison 2016-17 dans le club-école des Stars.

Il a de son propre aveu connu une saison difficile, avec comme résultat que les Stars n'ont pas tenté de retenir ses services. Il a donc accepté l'offre d'une saison des Golden Knights à titre de joueur autonome sans compensation.

« J'avais redoublé d'ardeur pendant l'été afin de faire bonne impression au camp d'entraînement, dit-il. J'étais content de ce que j'avais montré aux dirigeants au moment où on m'a cédé dans la Ligue américaine. Je me disais que je me rapprochais de la LNH. Je m'étais présenté à Chicago avec l'idée de mériter le poste de gardien no 1. » 

Il était loin de se douter de la suite des choses.

« Personne ne peut prévoir qu'une équipe va perdre trois gardiens de la sorte. »

Il souligne que la maturité qu'il a acquise dans les rangs mineurs l'aide à ne pas se pincer pour croire ce qui lui arrive.

« Je n'ai pas emprunté le chemin le plus facile, mais j'ai un bon bagage d'expériences. J'ai appris à bien gérer les hauts et les bas. J'ai confiance en mes moyens et j'ai soif d'apprendre. J'ai hâte de voir où tout ça va m'amener. »

En attendant, il reste dans le moment présent en savourant pleinement tout ce qui lui arrive.

« Enjoy the ride », comme on dit.

En voir plus