Skip to main content

L'adversité, un catalyseur pour Braden Holtby

Rien ne prédestinait le gardien des Capitals à connaître le plus long printemps de sa carrière

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

ARLINGTON, Virginie -- Il y a quelques semaines à peine, Braden Holtby regardait ses coéquipiers des Capitals amorcer le tournoi printanier assis au bout du banc des joueurs.

Après avoir jonglé avec ses deux gardiens en fin de saison, l'entraîneur Barry Trotz avait finalement décidé que l'Allemand Philipp Grubauer serait son homme de confiance. Après tout, plusieurs personnes auraient pris la même décision. Holtby le premier.

« Je n'étais pas surpris avec la façon dont la fin de la saison s'est déroulée, a-t-il expliqué. Ce sont des choses qui arrivent. Philipp a très bien joué toute l'année et j'ai toujours respecté l'opinion de l'entraîneur par rapport à ce qui est le mieux pour l'équipe. Selon moi, c'était la bonne décision à ce moment-là. »

Gagnant du trophée Vézina en 2015-16 et finaliste l'an dernier, Holtby connaissait probablement l'une des pires séquences de sa carrière. Il a conclu la saison régulière avec une fiche de 6-6 et a accordé trois buts ou plus à neuf occasions au cours de cette série d'insuccès. Rien pour convaincre Trotz.

À ce moment, Holtby était loin de se diriger vers un long printemps. Les Capitals non plus.

« Nous apprenons différentes leçons pendant l'année, a déclaré Holtby. Mon plus gros problème, c'est que j'essayais d'en faire trop. J'essayais d'être parfait et de contrer toutes les manières dont la rondelle pouvait entrer dans le filet au lieu de jouer les pourcentages, de conserver mes habitudes et de ne pas m'inquiéter avec tout ce qui pouvait mal tourner. J'ai essayé de m'améliorer dans ces aspects. »

La situation a vite fait de changer.

Holtby s'est amené en relève à Grubauer lors du deuxième match de la série de première ronde face aux Blue Jackets lorsque ce dernier a cédé pour la quatrième fois du match en fin de deuxième engagement. 

À LIRE : Ovechkin s'amuse comme un enfant | Une question d'émotions selon Kuznetsov

Les Capitals ont tout de même perdu cette rencontre en prolongation et tiraient de l'arrière 2-0 dans la série. Mais Holtby avait été solide. Assez pour convaincre Trotz de le renvoyer dans la mêlée pour le troisième match.

Le reste appartient maintenant à l'histoire.

Le gardien de 28 ans a retrouvé sa confiance, son poste de partant et les Capitals ont remporté les quatre matchs suivants. Rien ne semble pouvoir les arrêter depuis ce temps.  

En 21 matchs, Holtby n'a encaissé que sept revers et affiche une moyenne de buts alloués de 2,13 et un taux d'efficacité de ,922. Il a aussi signé deux jeux blancs consécutifs alors que les Capitals faisaient face à l'élimination lors des matchs no 6 et 7 face au Lightning, en Finale de l'Est.

Il a également réalisé l'arrêt qui pourrait s'avérer le tournant de la série finale en empêchant Alex Tuch de créer l'égalité à la fin du deuxième match grâce à un plongeon spectaculaire.

Video: WSH@VGK, #2: Holtby vole le but égalisateur à Tuch

« Je ne crois pas que la confiance a beaucoup changé, a dit le gardien. Je croyais pouvoir aider l'équipe à chaque match que j'ai joué. C'est seulement une question d'expérience et d'amélioration. La confiance ne change pas, c'est plus une chose naturelle. »

Une pause bénéfique

Quand les choses se sont mises à mal aller vers les mois de février et de mars, Trotz a permis à son gardien de mettre l'accent sur son entraînement en lui accordant une petite pause. La décision a été prise après qu'il eut accordé trois buts sur neuf lancers face aux Ducks d'Anaheim, le 6 mars.

Grubauer a amorcé les quatre rencontres suivantes pendant qu'Holtby travaillait avec l'entraîneur des gardiens Scott Murray.

« J'ai eu une pause pour me recentrer, évaluer mon jeu et voir dans quels aspects je pouvais m'améliorer, a raconté Holtby. C'était bien d'avoir un peu de temps où je ne m'inquiétais pas du prochain match. Tu te concentres à t'améliorer à l'entraînement, tu joues plus librement. Tu vois ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. »

Le vétéran a repris quelque peu du poil de la bête en fin de saison pendant que Grubauer connaissait de bons moments. Signe que les choses changent rapidement, le voilà désormais à deux petites victoires de soulever la Coupe Stanley.

« Je ne me suis jamais apitoyé sur mon sort, a-t-il conclu. J'ai toujours vu l'adversité comme une occasion de m'améliorer. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.