Skip to main content

La vengeance est douce au coeur des Golden Knights

Les joueurs des Golden Knights se font un malin plaisir à montrer à leurs anciennes équipes de quel bois ils se chauffent

par Marc Tougas / Collaborateur LNH.com

La vengeance est douce au coeur des Golden Knights.

Par définition, la vengeance est toujours le moteur qui anime une équipe d'expansion, puisque celle-ci est composée de joueurs qui n'ont pas été protégés par leurs anciennes équipes en vue du repêchage d'expansion. Ces joueurs, même s'ils comprennent que les affaires sont les affaires, n'oublient pas qu'à la base, leurs équipes d'origine estimaient qu'ils n'étaient pas assez bons pour qu'on leur accorde une place sur leur liste de protection.

Il est vrai que le processus d'expansion dont Vegas a bénéficié a fait en sorte que les Golden Knights ont hérité de joueurs de bonne qualité, et non pas d'athlètes en déclin ou incapables de suivre le rythme du jeu, comme ç'a peut-être été le cas par le passé. C'est donc en partie pourquoi les joueurs des Golden Knights sont en mesure d'aussi bien faire. Parce qu'ils sont assez bons pour faire en sorte que leur désir de vengeance se transforme en résultats concrets.

Ça se traduit par l'excellente fiche globale des Golden Knights (21-9-2), qui lui permettait d'occuper, avant les matchs de lundi, le premier rang dans la section Pacifique, à égalité avec les Kings de Los Angeles.

Ça se manifeste aussi par les succès de Vegas contre des équipes précises, où certains membres de la formation ont pu 'régler' leurs comptes.

C'est ainsi que dimanche, l'entraîneur des Golden Knights Gerard Gallant a pu savourer une victoire de 5-2 contre les Panthers de la Floride, l'équipe qui l'a congédié il y a un peu plus d'un an. Comme par hasard, un ancien des Panthers, Jonathan Marchessault, a préparé le filet égalisateur puis le but gagnant, avant d'y aller d'un but d'assurance dans une cage déserte, tandis qu'un autre 'ex', Reilly Smith, a amassé deux passes.

Après avoir été une belle révélation chez les Panthers l'hiver dernier en vertu d'une récolte de 51 points, 30 buts et 21 aides, en 75 matchs, la meilleure de sa carrière, Marchessault a 29 points, 11 filets et 18 passes en 29 rencontres jusqu'ici cette saison, si bien que le Québécois de 26 ans se dirige vers une plus grande production encore.

« Tu veux toujours battre ton ancienne équipe. C'est particulièrement mon cas », a déclaré Marchessault après la victoire de dimanche, lui qui s'est amené à Vegas au moyen du repêchage d'expansion, tandis que Smith a fait l'objet d'une transaction. « C'est notre ancienne équipe et on voulait aller chercher la victoire. »

Ce désir de vengeance se transmet aussi aux autres membres des Golden Knights, même ceux qui n'affrontent pas leur ancienne équipe ce soir-là, parce qu'ils s'identifient à ce que vivent un ou plusieurs des leurs.

« C'est comme le match précédent (contre les Penguins de Pittsburgh), alors qu'on voulait tellement gagner pour (Marc-André Fleury), a indiqué Marchessault, le meilleur marqueur des Golden Knights. Ce soir, c'était la même chose. On voulait gagner pour (Gallant), parce que ça s'était terminé tellement mal pour lui là-bas. Je pense qu'il est pas mal heureux en ce moment. »

Fleury se retrouvait pour la première fois face aux Penguins, vendredi. À son deuxième match depuis qu'il s'est remis d'une commotion cérébrale qui l'a forcé à s'absenter pour une période de deux mois, le vétéran gardien a limité ses anciens coéquipiers à un but en 25 tirs.

« Je vais pouvoir me sentir soulagé pour un petit bout de temps. Je suis content que ce soit fini et qu'on ait pu obtenir la victoire », a alors dit Fleury, qui pourrait effectuer un retour au bercail à Pittsburgh le 6 février prochain, quand les Golden Knights y affronteront les Penguins. « Il en reste une. »

Même Malcolm Subban, un gardien jugé trop vert en début de saison par le D.G. de Vegas George McPhee, a signé la victoire contre les Bruins de Boston le 15 octobre, limitant son ancien club à un but en 22 tirs. Et le gardien de 23 ans se débrouille bien dans l'ensemble, comme en font foi sa fiche de 8-2-0, sa moyenne de buts alloués de 2,30 et son pourcentage d'arrêts de ,922.

Sans oublier James Neal, qui a marqué un but contre les Predators de Nashville, le 8 décembre, en route vers une victoire en fusillade de Vegas. En vertu de ses 26 points, 16 buts et dix assistances, à l'heure actuelle, le vétéran de 30 ans se dirige vers une saison de 66 points, sa meilleure depuis qu'il a enregistré 81 points avec les Penguins en 2011-12.

Le deuxième marqueur des Golden Knights, William Karlsson, n'a pas encore affronté son ancienne équipe, mais ses 27 points, 15 buts et 12 passes, en 32 matchs s'avèrent déjà un total supérieur à ce qu'il a amassé en 81 matchs à chacune des deux dernières campagnes à Columbus. Il prépare donc déjà la table pour son premier rendez-vous contre les Blue Jackets, le 23 janvier.

Et comme les joueurs des Golden Knights proviennent d'un peu partout dans la Ligue, les cas de ce genre vont continuer de se multiplier d'ici la fin de la saison.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.