Skip to main content

Marcotte : Miser sur des vétérans, une stratégie payante à Laval

Avec les nombreuses blessures et les rappels, le Rocket s'est tourné vers des joueurs d'expérience pour garder le navire à flots

par Anthony Marcotte @anthonymarcotte / Chroniqueur LNH.com

Chaque semaine, notre chroniqueur Anthony Marcotte revient sur la dernière semaine du Rocket de Laval, ainsi que sur l'actualité de la Ligue américaine de hockey (LAH). Comme il suit le club-école des Canadiens de Montréal sur une base quotidienne, il permettra aux partisans de suivre assidûment ce qui se passe dans l'antichambre de la meilleure ligue de hockey au monde, ainsi que la progression des nombreux Québécois qui évoluent dans cette ligue.

Joël Bouchard n'utilise jamais les blessures pour expliquer les défaites. Pour lui, il faut réussir à trouver le moyen d'aller chercher des victoires malgré les nombreux absents. Pour une troisième saison de suite, les blessures et les rappels ont sérieusement mis un frein à l'essor du club-école. Encore une fois, des joueurs à l'essai sont appelés en renfort pour prêter main-forte. La différence cette année, c'est que l'organisation a préféré miser sur des vétérans pour tenter de conduire le club à la victoire.

À LIRE AUSSI : Même avec Kovalchuk qui s'implique | Rangers : Shesterkin aura le départ face à l'Avalanche

Ces nouveaux venus chez le Rocket sont en train d'écrire une belle histoire. Dans la liste, on retrouve le vétéran Yannick Veilleux, qui faisait partie de la première mouture du Rocket en 2017-2018. Veilleux s'avère une grande surprise depuis son retour dans le giron de l'équipe avec six points en autant de matchs.

Le défenseur Evan McEneny étonne lui aussi depuis qu'on a pu l'insérer dans la formation après une longue remise en forme à la suite d'une opération à un genou. Le gaucher rend de précieux services à son entraîneur du côté droit, une position où il se dit très à l'aise. Son puissant tir frappé est aussi un atout de plus à son arsenal en avantage numérique.

Deux autres vétérans de 26 et de 28 ans soit Ralph Cuddemi et Garrett Mitchell se sont joints à l'équipe récemment et font du bon travail sur les trios de soutien. Cuddemi a d'ailleurs marqué le but vainqueur dans une victoire face au Crunch de Syracuse, samedi. Il s'agit d'un changement de philosophie notoire à Laval cette année. Au cours des deux premières saisons de l'équipe, on donnait surtout des chances à de jeunes joueurs sortis des rangs juniors sans expérience de la Ligue américaine. 

Visiblement, l'histoire de Joe Cox la saison dernière est demeurée en tête des dirigeants de l'équipe. L'Américain, que personne ne connaissait dans l'organisation, mais qui était deuxième meilleur marqueur de l'ECHL au moment de son rappel en février, a pleinement profité de l'opportunité pour obtenir un contrat cette année. Cox est devenu un incontournable pour Bouchard qui l'a même inséré sur son premier trio la semaine dernière.

La Place Bell demeurera toujours l'endroit pour y développer les espoirs de l'organisation des Canadiens. Depuis le début de la saison, les espoirs Ryan Poehling, Otto Leskinen, Gustav Olofsson, Lukas Vejdemo et Cayden Primeau ont tous obtenu leurs chances de se faire valoir dans la Ligue nationale. Avec autant de rappels, il fallait trouver les meilleures solutions possible pour aider le Rocket à se maintenir dans une course qui promet d'être terriblement serrée d'ici la fin de la saison.

« Je suis vraiment conscient en tant qu'entraîneur qu'une des priorités ici, c'est de développer les espoirs pour que les gars soient prêts à être rappelés dans la Ligue nationale, a soulevé Bouchard. Le mandat ne change pas, on n'aborde pas les choses comme entraîneur de la même façon dans la Ligue américaine. Ceci étant dit, il y a toujours le côté compétitif et la victoire en bout de piste. L'idée était d'amener des gars d'expérience pour nous aider à gagner tout en gardant en tête l'aspect du développement. »

Le Rocket disputera vendredi à Syracuse son 38e match de la saison et aura franchi à ce moment le cap de la mi-saison. Malgré tous ces rappels et les blessures à long terme de plusieurs éléments de premier plan (Alex Belzile : à l'écart pour le reste de la saison, Noah Juulsen : 12 matchs joués et absent depuis le 29 novembre, Phil Varone : absent depuis le 30 octobre, Joël Teasdale : blessé au genou cet été et absent au minimum jusqu'en mars), le Rocket continue de se maintenir tout près d'une place en séries. Au moment d'écrire ces lignes, la troupe de Bouchard se trouvait à un seul point des séries, mais à seulement quatre points du sommet de sa division. 

***

Au rayon des bonnes nouvelles chez le Rocket, on retrouve le rendement du gardien Keith Kinkaid.

Le vétéran de 30 ans vient de remporter ses deux derniers départs contre des rivaux directs de division soit les Sénateurs de Belleville et le Crunch de Syracuse. Alors que le poste d'auxiliaire de Carey Price à Montréal ne semble pas encore coulé dans le béton, le jeu beaucoup plus stable de Kinkaid a de quoi rassurer. Bouchard disait aux membres des médias la semaine dernière à quel point il était fier de la façon dont le gardien a abordé les choses avec Marco Marciano et Sean Burke pour tenter d'apporter des ajustements à son jeu. 

Le 27 décembre dernier contre Toronto, Kinkaid s'était attiré les moqueries des partisans du Rocket qui ne s'étaient pas gênés pour le huer après qu'il ait accordé trois buts en l'espace de 59 secondes. Ce sont des choses qui ne s'oublient pas.

« Je m'attendais à quelques huées pour commencer le match », a lancé Kinkaid en riant après une excellente performance de 33 arrêts, samedi. « Les gens paient pour venir nous voir jouer et tu n'as pas le choix de performer. Ce sont des choses qui arrivent. J'espère que cette performance va leur donner une meilleure perspective (de ce que je suis capable de faire). »

Primeau traverse aussi une séquence intéressante. Après avoir donné un seul but à la puissante offensive de Toronto le 28 décembre, le jeune de 20 ans a enchaîné avec son deuxième jeu blanc de la saison face aux Phantoms de Lehigh Valley, vendredi.

Primeau devrait donc obtenir le prochain départ de son équipe vendredi à Syracuse alors que le Rocket amorcera sa seule séquence de trois matchs en autant de soirs sur la route. Ce ne sera pas de tout repos alors que de bonnes distances séparent chaque ville que l'équipe visitera cette semaine. Après ce duel face au Crunch, le Rocket sera à Lehigh Valley avant de compléter son éreintant périple à Bridgeport face aux Sound Tigers, dimanche après-midi.

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.