Skip to main content

La séquence est finie, mais Columbus ne s'en fait pas

Après 16 victoires de suite, Columbus ne parvient pas à battre le record de la LNH en étant blanchi par les Capitals

par Tom Gulitti @tomgulittinhl / Journaliste NHL.com

WASHINGTON - Parfois, c'est ainsi que les séquences victorieuses prennent fin. 

Une rondelle déviée sur un bâton a causé une mêlée, puis un but. Une autre rondelle a ricoché sur un patin et 12 minutes après le début du match, jeudi, les Blue Jackets de Columbus ont réalisé que ce ne serait pas leur soirée. 

La série de 17 victoires consécutives des Penguins de Pittsburgh de 1992-93 demeure la plus longue séquence du genre dans l'histoire de la LNH. Les Blue Jackets devront se contenter de la deuxième place à ce palmarès après que leur série de 16 gains d'affilée eut pris fin avec un revers sans appel de 5-0 contre les Capitals de Washington au Verizon Center.

« Toute bonne chose a une fin, mais on ne voulait pas que ça se termine de cette façon », a mentionné l'ailier droit Scott Hartnell. « On aurait voulu que ce soit plus serré pour avoir la chance de signer cette 17e victoire, mais c'est comme ça. » 

« La chance », c'est la première chose que l'entraîneur John Tortorella a répondue quand on lui a demandé après la rencontre quels étaient les éléments nécessaires pour connaître une séquence victorieuse comme celle des Blue Jackets. Ensuite, Tortorella a ajouté « les performances extraordinaires des gardiens ». 

Les Blue Jackets n'ont pu compter sur aucun de ces deux éléments contre les Capitals. Même si Sergei Bobrovsky a été chassé de la partie après avoir accordé cinq buts sur 23 lancers, il n'est pas le seul responsable de la fin de cette heureuse séquence. 

Les Blue Jackets ont été nonchalants dans leur territoire et Bobrovsky a eu de la difficulté à contrôler certains de ses retours. Daniel Winnik a marqué après cette mêlée, puis le disque a dévié sur le patin de John Carlson et les Capitals menaient 2-0 à 11:32 du premier vingt. 

De plus, le redoutable jeu de puissance de Columbus a été neutralisé, ne décochant qu'un lancer en deux avantages numériques dans les 24 premières minutes de jeu du match. Un but opportun à ce moment aurait pu changer l'allure de la partie. Les Blue Jackets ont été blanchis en cinq occasions, notamment pendant 1:06 à cinq contre trois en troisième période. 

Il faut tout de même souligner la performance des Capitals. Ils sont passés inaperçus dernièrement malgré une fiche de 11-2-3 à leurs 16 derniers matchs et de 24-10-5 cette saison. 

Après avoir facilement mis la main sur le trophée des Présidents l'an passé, ils ont de nouveau été écartés trop tôt des séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Ils ont parfois manqué de concentration, mais ils ont prouvé qu'ils pouvaient élever leur niveau de jeu d'un cran lorsque la situation l'exige, comme quand est venu le temps de mettre un terme à la série de victoires des Blue Jackets. 

Tortorella avait prédit avant la rencontre que « les Capitals étaient prêts » et il avait raison. Cinq joueurs de Washington ont touché la cible et le gardien Braden Holtby a rebondi après avoir été chassé du match lors de la victoire de 6-5 en prolongation contre les Maple Leafs de Toronto mardi. Holtby a signé un jeu blanc en réalisant 29 arrêts. 

« Ce match nous a échappé, mais on a quand même eu nos chances », a déclaré l'attaquant Boone Jenner. « Il aurait suffi de quelques bonds chanceux, mais ça ne nous inquiète pas. Ça fait partie du sport. » 

Les Blue Jackets jouent le pied au plancher depuis qu'ils ont perdu leurs deux premières parties de la saison. Avant d'affronter les Capitals, leur dernière défaite remontait à un revers de 2-1 en tirs de barrage contre les Panthers de la Floride le 26 novembre et ils avaient récolté un point dans 18 matchs consécutifs (17-0-1). 

Avec un dossier de 27-6-4, les Blue Jackets dominent la LNH avec 58 points, mais les champions en titre de la Coupe Stanley, les Penguins de Pittsburgh, qui montrent une fiche de 12-1-2 à leurs 15 derniers matchs (ils ont subi leur seule défaite en temps réglementaire contre Columbus), et les Rangers de New York ne sont que trois points derrière au classement de la section Métropolitaine. Les Capitals accusent un retard de cinq points et occupent la première place de quatrième as dans l'Association de l'Est. 

Donc, malgré cette séquence historique, les Blue Jackets ont encore beaucoup de travail à accomplir dans leurs 45 dernières parties, en commençant par un duel contre les Rangers au Nationwide Arena samedi (19 h (HE); FS-O, MSG 2, NHL.TV). 

« Il reste encore beaucoup de hockey à jouer, a indiqué Tortorella. Je ne sais toujours pas qui nous sommes. On doit continuer à jouer et on va disputer plus de matchs contre des équipes de notre propre section, qui est probablement la plus forte de la ligue en ce moment. On a encore beaucoup de chemin à faire pour définir qui nous sommes vraiment. 

« Mais je suis content de la façon dont mes joueurs ont géré tout ça, surtout cette semaine où c'était très intense. C'est une bonne expérience pour notre équipe. » 

Les Blue Jackets espèrent pouvoir utiliser toutes les leçons qu'ils ont apprises au cours de cette longue séquence alors qu'ils tenteront de participer aux séries éliminatoires pour la première fois depuis 2013-14 et la troisième fois de l'histoire de la formation.  

« On bâtit cette culture et cette identité dont on a parlé, mais tout ce qui compte, c'est la manière dont on le fait et la manière dont on joue », a affirmé le capitaine de Columbus Nick Foligno. « C'est tout ce qui a compté pendant toute cette séquence de 16 parties. On jouait bien et de façon constante, mais on s'est laissés aller [jeudi]. » 

Tortorella n'a pas beaucoup parlé du record des Penguins, mais il a admis avant la rencontre que puisqu'ils étaient là, il voulait que son équipe gagne. 

Puis, il a rapidement ajouté : « Ce n'est pas la fin du monde si on ne gagne pas. » 

Donc, après le match, Tortorella s'est arrêté dans le vestiaire pour parler à ses joueurs, ce qui est inhabituel pour lui. Il ne l'a fait qu'à une autre occasion cette saison et c'était quand il les a remerciés après la 500e victoire de sa carrière dans la LNH le 18 décembre contre les Canucks de Vancouver au Rogers Arena. 

Cette fois-ci, Tortorella voulait s'assurer que ses joueurs savaient qu'il était satisfait de ce qu'ils avaient accompli. 

« Ç'a été toute une séquence pour une équipe de hockey et ils devraient en être heureux, a déclaré Tortorella. Je suis fier de l'équipe. On forme une bonne équipe. Ils vont avoir une journée de congé demain et on va se remettre au travail le lendemain contre New York. »

En voir plus