Skip to main content

La renaissance d'Eric Staal au Minnesota

Le joueur de centre du Wild connaît ses meilleurs moments depuis très longtemps

par Siniša Šindik / Collaborateur LNH.com

Lorsqu'il a conclu la saison 2015-16 avec six points en 20 matchs avec les Rangers de New York, rares sont ceux qui auraient osé prédire qu'Eric Staal serait dans la course pour le trophée Maurice Richard moins de deux ans plus tard. C'est pourtant le cas.

Mardi soir, contre son ancienne équipe, les Hurricanes de la Caroline, - et son frère Jordan Staal - le joueur de centre de 33 ans a mené le Wild du Minnesota à une victoire convaincante de 6-2 avec une performance de deux buts. Cela portait son total à 36 pour la saison 2017-18.

À l'heure actuelle, dans la Ligue nationale de hockey, seuls Alex Ovechkin (40), Evgeni Malkin (38) et Patrik Laine (38) font mieux que l'aîné des frères Staal. Il s'agit de la première fois depuis la saison 2010-11 que l'athlète de Thunder Bay, en Ontario, atteint le plateau des 30 buts.

« J'ai beaucoup de travail à faire si je veux rejoindre ces gars-là. Je vais juste continuer à jouer et me concentrer sur ce que je peux faire », a déclaré Staal à l'Associated Press (AP), mardi, au terme de la victoire des siens.

Si la tendance se maintient, l'ancien premier choix des Hurricanes (deuxième au total) en 2003 pourrait marquer plus de 40 buts pour la première fois depuis 2005-06, et franchir le plateau des 70 points pour la première fois depuis 2011-12.

Un environnement favorable

Visiblement, le changement d'air a fait du bien à Staal, qui depuis son arrivée au Minnesota a retrouvé le plaisir de jouer. Son passage dans la Grosse Pomme n'a pas eu l'effet escompté. Lorsque les Rangers l'ont acquis en 2016, c'était dans l'espoir de faire un long bout de chemin en séries. Ce ne fut pas le cas.

Staal n'a récolté que six points en 20 rencontres et les Rangers ont trébuché en première ronde des séries éliminatoires. Le 1er juillet 2016, il a accepté une entente de trois ans pour 10,5 millions de dollars avec le Wild. Une décision qui aura porté ses fruits, autant pour l'organisation que pour le principal concerné.

« Je ne pense pas que beaucoup de gens auraient pu l'imaginer marquer 36 buts à ce stade de sa carrière. Je me souviens quand nous l'avons mis sous contrat, nous discutions dans mon bureau et nous souhaitions qu'il puisse nous donner de 50 à 60 points, ce qui aurait représenté une bonne signature », a déclaré l'entraîneur-chef du Wild, Bruce Boudreau, toujours à l'AP.

À ses deux derniers matchs, le centre de 6 pieds 4 pouces a inscrit trois buts. Au cours de ses huit dernières rencontres, il a touché la cible à 10 reprises, tout en étant blanchi à deux occasions.

Boudreau a trouvé une belle façon de décrire les exploits actuels de Staal.

 « Tout ce qu'il touche présentement se transforme en or », a-t-il exprimé.

Staal a retrouvé ses repères

L'aîné des frères Staal a disputé la majeure partie de sa carrière avec les Hurricanes, passant 13 saisons dans l'uniforme rouge et blanc. Le bref passage à New York ayant été un échec, plusieurs croyaient que sa carrière était sur la pente descendante.

Or, depuis son arrivée au Minnesota, Staal a assurément retrouvé son instinct offensif et surtout ses repères. En 149 matchs avec le Wild, étalés sur deux saisons, il a marqué 64 buts (0,43 par match), ce qui lui confère le neuvième rang dans la LNH depuis deux ans. Ses 132 points avec le Minnesota le placent 17e au cours des deux dernières années.

Dans le cas du principal intéressé, le feu sacré y est toujours.

« Je veux gagner chaque fois que je mets les pieds sur la patinoire, mais quand tu gagnes de façon aussi convaincante, tu te sens parfois un peu mal », a soutenu Staal à l'AP, lorsque questionné sur la victoire face à son ancienne formation.

Boudreau a eu la main heureuse lorsqu'il a décidé de réunir Staal avec Jason Zucker et Mikael Granlund, récemment. Depuis qu'ils sont ensemble, les trois joueurs ont accumulé pas moins de 35 points (16 buts et 19 passes). 

Peu importe avec qui il joue cette saison, le centre natif de Thunder Bay, en Ontario, ne se plaint jamais. Au contraire, il prend son rôle de leader très au sérieux et accepte toutes les décisions de son entraîneur.

« Il a joué avec plusieurs joueurs cette saison. Il s'agit présentement de sa plus longue séquence au sein d'un même trio, mais peu importe, il ne s'est jamais plaint, il n'a jamais dit un mot. Il a même déjà déclaré "Faites ce que vous avez à faire, mettez-moi avec n'importe qui et je trouverai une façon de faire fonctionner le tout" », a raconté l'instructeur du Wild au réseau TSN.

La formation de Bruce Boudreau occupe présentement le troisième rang de la section Centrale, à six points des Jets de Winnipeg et du deuxième rang. Avec 15 matchs à jouer, tous les espoirs sont permis.

Staal et ses coéquipiers reprendront l'action vendredi soir alors qu'ils rendront visite aux Canucks à Vancouver, avant d'affronter les Oilers à Edmonton, le lendemain.  

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.