Skip to main content

Andrei Svechnikov a convaincu Justin Williams

L'attaquant recrue des Hurricanes a impressionné le vétéran par son style de jeu tout en puissance

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - L'échantillon a beau être plutôt mince, Andrei Svechnikov en a fait assez à ses 23 premiers matchs dans l'uniforme des Hurricanes pour convaincre un vétéran comme Justin Williams qu'il deviendra un « très, très, très bon joueur dans la LNH ».
 

Avec une carrière qui s'étend sur 18 saisons et un total de matchs qui approche dangereusement le plateau des 1200, on peut croire Williams sur parole.

À LIRE AUSSI: Weber pourrait être occupé contre les Hurricanes

« Une des choses qui me frappent à propos d'Andrei, c'est qu'il semble déjà comprendre, a fait valoir l'attaquant. Il prend soin de lui, il est assez fort physiquement pour jouer à ce niveau comme l'indiquent ses performances et c'est un très bon jeune. »

Le deuxième choix du dernier repêchage - derrière Rasmus Dahlin et tout juste devant Jesperi Kotkaniemi - a sans surprise persuadé l'état-major des Hurricanes qu'il était prêt à faire le saut dans la LNH.

Video: CAR@CHI: Svechnikov finit ce qu'il a commencé

Le Russe connaissait déjà la réalité du hockey nord-américain puisqu'il avait joué dans la USHL en 2016-17 et dans la Ligue de l'Ontario (OHL) l'an dernier, récoltant au passage 40 buts et 32 aides en 44 rencontres avec les Colts de Barrie.

Et avec un gabarit de 6 pieds 2 pouces et 188 livres, l'aspect physique n'est pas un problème pour lui.

« C'est difficile de le comparer, a poursuivi Williams. Il a un peu d'Erik Cole dans le nez de la manière dont il fonce au filet. C'est un puissant patineur et il fait tout ça à un très jeune âge. J'ai joué avec beaucoup de très bons joueurs, mais il a une puissance et un talent unique. »

Svechnikov a amorcé la saison sur les chapeaux de roues, amassant deux buts et deux aides à ses quatre premières rencontres, mais il a ensuite connu un passage à vide de huit matchs au cours desquels il a été blanchi. Une situation à tout le moins prévisible pour un jeune joueur.

« Le premier mois est assez difficile, a-t-il admis. Tu n'as que 18 ans et tu joues contre des gars plus vieux et plus physiques. Tu dois jouer de manière intense. Dans les premiers mois, je ne me sentais pas à l'aise, mais après quelques matchs, je me suis senti mieux. »

L'entraîneur Rod Brind'Amour a tout de même continué de l'utiliser régulièrement entre 10 et 17 minutes jusqu'à ce qu'il retrouve sa touche. Svechnikov totalise jusqu'ici cinq buts et six passes.

« Nous cherchons à ne pas lui mettre trop de pression, a commenté Brind'Amour. Au début de l'année, nous ne l'utilisions pas trop. Je voulais qu'il mérite son temps de jeu et qu'il grimpe au sein de notre hiérarchie. Il n'a pas reçu de cadeau de notre part. Il s'améliore constamment. »

Signe qu'il gagne de plus en plus la confiance de son entraîneur, Svechnikov a été utilisé pendant plus de 17 minutes au cours des deux derniers matchs pour la première fois de la saison au sein du troisième trio de l'équipe.

S'il comprend déjà comment les choses fonctionnent offensivement, le jeune poulain a encore du pain sur la planche pour apprivoiser l'aspect défensif de son jeu. Toutes les recrues passent par là et Svechnikov n'y fait pas exception.

« Il a encore plusieurs choses à apprendre, surtout loin de la rondelle, a indiqué le pilote. Mais c'était prévisible. Avant, il pouvait contrôler un match en dominant offensivement et il n'avait pas trop à se préoccuper de son jeu défensif. Dans la LNH, une petite erreur peut te hanter. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.