Skip to main content

La profondeur des Predators les a menés à un gain de la grande finale

Des héros obscurs permettent à Nashville d'avoir la chance d'atteindre la Finale de la Coupe Stanley avec un gain lundi

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

ANAHEIM - Les sacs attendaient à l'extérieur du vestiaire des visiteurs au Honda Center samedi. La plupart étaient bleu et or, les couleurs des Predators de Nashville, mais certains étaient bleu marine et bleu clair, les couleurs de Milwaukee dans la Ligue américaine de hockey.

Les séries éliminatoires de la Coupe Stanley testent la profondeur de votre organisation et la profondeur de votre âme, et les Predators ont passé ces deux tests dans un gain de 3-1 contre les Ducks d'Anaheim dans le match no 5 de la finale de l'Association de l'Ouest. Ils mènent la série quatre de sept 3-2 et peuvent assurer leur première participation en Finale de la Coupe Stanley en l'emportant dans le match no 6 à Nashville lundi (20 h (HE); TVA Sports, NBCSN, CBC).

Privés de leurs deux premiers centres - leur meilleur pointeur Ryan Johansen et leur capitaine Mike Fisher - les Predators l'ont tout de même emporté en raison de ce que le directeur général David Poile et l'entraîneur Peter Laviolette ont bâti. Ils misent toujours sur leur gardien, Pekka Rinne. Ils comptent encore sur leur incroyable top-4 en défensive. Ils possèdent encore leur identité d'équipe qui n'abandonne jamais.

Et lorsqu'ils ont eu besoin que des joueurs assument de plus grands rôles ou comblent des trous, ils ont pu compter sur des joueurs comme Colton Sissons, Colin Wilson, Pontus Aberg et Frederick Gaudreau.

Lorsqu'il a été demandé au défenseur P.K. Subban ce que cela pouvait vouloir dire au sujet de l'équipe, il a répondu que le mot clé était « équipe ».

« Nous avons une équipe solide, a-t-il mentionné. Cela inclut notre profondeur. Et vous avez besoin de cela, non seulement au sein de l'équipe qui évolue dans la LNH, mais au sein de votre réseau de filiales. Et vous voyez ces joueurs qui ont pu être rappelés et être en mesure d'effectuer la transition dans notre système sans heurts et être efficaces. Nous sommes confiants, peu importe qui se trouve sur la glace. »

Les Ducks doivent composer avec leur propre adversité. Les attaquants Patrick Eaves et Rickard Rakell n'ont pas joué, et le gardien John Gibson a quitté la rencontre après une période. Ces trois joueurs souffrent de blessures au bas du corps. Chaque équipe est confrontée à de l'adversité à ce moment de la saison. Vous n'avez qu'à demander aux Sénateurs d'Ottawa et aux Penguins de Pittsburgh dans la finale de l'Association de l'Est. 

Cela ne diminue en rien ce que les Predators ont accompli. Cela souligne l'importance de la profondeur et de la dureté du mental.

Sissons, âgé de 23 ans, a été un choix de deuxième ronde (50e au total) au repêchage 2012 de la LNH. Il a passé trois saisons avec Milwaukee avant de s'établir à Nashville à temps plein cette saison. Il s'est fait confier un rôle sur les deux premiers trios et sur la deuxième vague du jeu de puissance, et alors que les Predators tiraient de l'arrière 1-0 en deuxième période, il a réalisé un petit jeu qui a mené au but égalisateur, alors qu'il a empêché les défenseurs des Ducks Cam Fowler et Sami Vatanen de récupérer la rondelle.

Wilson, âgé de 27 ans, a été sélectionné en première ronde (septième au total) en 2008. Il a disputé 40 matchs avec Milwaukee en 2009-10 et évolue avec les Predators depuis. Il a connu du succès en séries éliminatoires par le passé, mais il n'avait pas marqué en 10 matchs depuis le début de l'actuel tournoi printanier avant que Sissons ne lui permette de récupérer la rondelle. Dos au filet, il a tiré du revers et la rondelle a touché l'intérieur du poteau droit avant de pénétrer dans le but.

Aberg, âgé de 23 ans, a été choisi en deuxième ronde (37e au total) en 2012. Il a passé les trois dernières saisons à Milwaukee, étant rappelé pour 15 matchs de saison régulière et huit matchs de séries cette année avec Nashville, avant le match de samedi. Il avait récolté deux points (un but, une passe) en saison régulière et un point (une mention d'aide) en séries. Il est toutefois tombé face première, a perdu une dent, est revenu au jeu et a marqué ce qui s'est avéré être le but de la victoire en troisième période, alors qu'il a trébuché sur le gardien Jonathan Bernier et qu'il a tiré alors qu'il effectuait un vol plané comme Bobby Orr. Pour certains joueurs, il ne s'agissait pas d'une surprise.

« Je l'ai vu jouer dans le système suédois, et il a évolué à Milwaukee, a évoqué le défenseur Mattias Ekholm. Vous pouvez regarder ses statistiques [dans la LAH]. Il était dominant. »

En effet. Aberg a inscrit 16 buts en 69 parties en 2014-15, 25 en 74 rencontres la saison dernière, et 31 en 56 matchs cette année. Lorsqu'il a marqué samedi, il est devenu le 16e joueur différent des Predators à toucher la cible depuis le début des présentes séries.

Puis il y a Gaudreau, âgé de 24 ans, embauché à titre de joueur autonome non repêché. Il a partagé sa saison 2014-15 avec Cincinnati dans la ECHL et Milwaukee, avant de disputer les deux dernières campagnes avec Milwaukee. Il a pris part à neuf matchs de saison régulière, mais aucun depuis le 8 janvier, et n'avait pas joué en séries avant le match no 5 de la finale de l'Association de l'Ouest. Il a remporté 10 de ses 14 mises en jeu (71 pour cent).

« Même s'il n'était pas ici vers la fin de la saison, même s'il n'avait pas disputé de match en séries jusqu'ici, il a obtenu une chance et a été excellent, a souligné Laviolette. Il a été bon dans le cercle des mises en jeu. Il a eu à bien jouer en défensive. Il a été solide sur la rondelle. Il a tenté d'effectuer des jeux. Nous l'avons placé au centre, là où nous devions évidemment nous débrouiller sans Mike et Ryan ce soir, deux de nos principaux centres dans plusieurs situations, et j'ai trouvé que Freddy a très bien fait. »

Bien des joueurs ont très bien fait leur travail, à partir de l'état-major de l'équipe jusque sur la glace.

« Plus que jamais, j'ai le sentiment que nous avons beaucoup de profondeur, a affirmé Rinne. Et ça paraît. »

En voir plus