Skip to main content

La profonde léthargie d'Alex Kovalev mine l'attaque du Canadien

LNH.com @NHL

MONTREAL - Le Canadien a bien mal terminé le plus long séjour à domicile (4-2-1) de son histoire en subissant deux défaites contre Tampa Bay (3-1) et Washington (2-1). L'attaque tourne au ralenti alors que le jeu de puissance est "inexistant", pour reprendre l'expression de Guy Carbonneau.

Il n'est pas difficile de déterminer la source des problèmes de l'équipe. Alex Kovalev n'a pas marqué en 19 matchs. Il a ainsi égalé samedi soir la plus longue léthargie de sa carrière.

"La Ligue nationale devrait agrandir les filets, a-t-il ironisé après la rencontre. J'essaie de changer des choses. J'utilise même mes bâtons de l'an dernier.

"Je dois travailler encore plus fort pour m'en sortir", a-t-il ajouté.

Différentes expériences

Carbonneau donne à son joueur-vedette toutes les chances de s'en sortir. Au début de la saison, il l'a réuni à Andrei Kostitsyn et Tomas Plekanec. Malheureusement, ces trois joueurs n'ont pu recréer la magie de la dernière campagne. Carbo l'a ensuite placé à la droite de Saku Koivu. Autre échec. L'entraîneur l'a finalement jumelé à Robert Lang, son ancien complice à Pittsburgh. L'association semble profiter davantage à Lang (4-3-7) qu'à Kovalev. Le Russe a quand même amassé six passes en autant de matchs.

L'attaque à cinq ne fonctionne pas davantage. Contre Washington, le Canadien a été neutralisé en huit supériorités numériques. L'équipe n'a marqué que six fois à ses 77 derniers avantages numériques pour un "rendement" de 7,79 pour cent.

Là encore, Kovalev n'arrive pas à débloquer. Même si Carbo l'a muté au point d'appui droit où l'angle de tir est meilleur.

Une pression additionnelle

Le passage à vide de Kovalev est d'autant plus inquiétant que l'équipe est privée de plusieurs éléments dont son capitaine, absent un minimum de deux semaines. Christopher Higgins (cinq semaines), Mathieu Dandenault (six à huit semaines), Mike Komisarek (retour prochain), Georges Laraque et Carey Price sont également sur la touche.

Kovalev est venu près de donner la victoire au Canadien face aux Capitals. Son tir a frappé un poteau juste avant que Michael Nylander ne marque le but décisif en fin de troisième période.

"Au moins j'ai des chances", fait-il remarquer.

Le vétéran de 35 ans ne peut être le seul à faire débloquer l'attaque. D'autres devront contribuer. Les frères Sergei (aucun but en 15 matchs) et Andrei (0-en-4) Kostitsyn, Plekanec (0-en-5), Alex Tanguay (0-en-4) et Guillaume Latendresse (0-en-9) devront eux aussi trouver le fond du filet.

En voir plus