Skip to main content

La préparation est la clé pour les agents en prévision du 1er juillet

LNH.com @NHL

TORONTO - Pat Brisson passe toujours des nuits blanches le 30 juin.

L'agent de joueurs de la boîte CAA Sports figure parmi une douzaine de travailleurs de l'industrie qui veilleront à la chandelle, à l'aube du 1er juillet. La préparation est la clé en prévision de l'ouverture du marché des joueurs autonomes de la LNH, prévue à midi.

"C'est la journée la plus occupée de l'année, a déclaré Brisson de son bureau de Los Angeles. Nous avons toujours une dizaine de joueurs qui sont à la recherche de travail, et d'autres qui souhaitent prolonger leur contrat."

Brisson prévoit arriver à son bureau vers 6h30, mercredi. Lorsque le marché ouvrira ses portes, quelques heures plus tard, il aura déjà une bonne idée de la prochaine destination de ses clients.

Même si les agents et les directeurs généraux n'ont pas le droit de discuter de contrats et de joueurs spécifiques avant l'heure limite, ils ont généralement eu quelques discussions informelles entre temps.

"Je demande aux équipes ce qu'elles recherchent, a expliqué Brisson. Je veux savoir si elles désirent un défenseur, un centre de troisième trio. Nous apprenons à connaître les besoins des différentes formations de la LNH.

"Et bien sûr nous savons ce que nous pouvons offrir."

Le téléphone sonnera rapidement

Ian Laperrière, Philipe Boucher, Mathieu Dandenault, Mathieu Garon, Brent Johnson et Dennis Seidenberg font partie de l'écurie de Brisson et risquent de faire mousser les enchères, mercredi.

D'après l'expérience de Brisson, le téléphone sonnera très rapidement sur l'heure du midi.

"Généralement, nous avons quelques appels très rapidement, puis la journée est enclenchée, a-t-il dit. Nous avons plusieurs employés qui s'occupent des appels téléphoniques, pour être certains que nous ne raterons pas une opportunité pour un de nos clients. Si nous sommes préparés et que nous avons plusieurs joueurs disponibles, l'information se transmettra comme une traînée de poudre et les dossiers se règleront plus vite."

Brisson pourrait aussi prêter main forte aux autres agents de la boîte CCA Sports, comme J.P. Barry.

"Si par exemple les jumeaux deviennent libres comme l'air demain (mercredi), je vais certainement m'occuper de ce dossier, ajoute Brisson. Au bout du compte, c'est J.P. qui va encaisser, mais nous partagerons."

"C'est de cette façon qu'on travaille."

La crise économique pourrait tempérer les ardeurs

Un autre aspect important qui pourrait avoir un impact sur les signatures de contrats est relatif à l'état de l'économie globale.

Environ 400 millions $US ont été dépensés le 1er juillet 2008, mais plusieurs directeurs généraux ont déjà indiqué qu'ils disposeraient de moins d'argent pour leurs emplettes estivales cette fois-ci.

La possibilité que le plafond salarial soit abaissé l'été prochain pourrait être un autre facteur aggravant. En fait, plusieurs équipes pourraient être carrément tentées de ne pas magasiner.

En ce sens, le directeur général des Hurricanes de la Caroline, Jim Rutherford, verra probablement ses attaquants Chad LaRose et Erik Cole prendre la direction d'une autre formation.

Pendant le repêchage, Rutherford a d'ailleurs blagué en déclarant que la seule chose qu'il allait signer le 1er juillet serait une carte d'anniversaire pour son cousin.

Cela n'inquiète pourtant pas Brisson.

"Les équipes ont des budgets à respecter, mais évoluent dans un marché très compétitif, précise-t-il. Nous connaissons ceux qui sont prêts à dépenser, et qui dépenseront.

"Je suis certain que cette année sera aussi bonne que celles précédentes, à cause des joueurs disponibles et de l'environnement compétitif", a-t-il conclu.

En voir plus