Skip to main content

La mentalité «tirer d'abord» de Burns est payante

Le talent et la polyvalence du défenseur ont permis aux Sharks de niveler la série face aux Blues

par Shawn P. Roarke @sroarke_nhl / Directeur senior de la rédaction NHL.com

ST. LOUIS -- Si la rondelle se retrouve sur la palette du bâton du défenseur des Sharks de San Jose Brent Burns en territoire offensif, un lancer va souvent suivre.

« Je lance », a dit Burns après le match no 2 de la finale de l'Association de l'Ouest contre les Blues de St. Louis mardi. « Je ne peux pas passer la rondelle. »

En fait, Burns peut faire d'excellentes passes.

Sa première option avec la rondelle sur son bâton, toutefois, c'est de la lancer aussi puissamment que possible et profiter du chaos par la suite. Peut-être que la rondelle touche le fond du filet. Peut-être qu'elle est déviée par le joueur de centre Joe Pavelski, un des meilleurs joueurs de la ligue à cet égard. Peut-être qu'elle rate la cible de loin.

Au bout du compte, le résultat n'importe pas. Burns va demander la rondelle, même quand il n'est pas ouvert, et il va la tirer dès qu'il la recevra.

À son avis, la loi des probabilités va déterminer son sort.

Video: SJS@STL, #2: Burns marque deux buts dans la victoire

« C'est le meilleur que j'aie déjà vu », a lancé l'entraîneur des Sharks Peter DeBoer au sujet du tir de la pointe appartenant à Burns. « Je crois que c'est la manière dont il peut le décocher de n'importe quel angle, dont il peut diriger la rondelle vers le filet, même quand il perd l'équilibre. Il trouve le moyen de l'y diriger. Si le tir est précis, ce sera un but. C'est une arme redoutable pour nous. »

Deux des tirs de Burns étaient précis mardi face aux Blues. Il a inscrit deux buts en avantage numérique pour permettre aux Sharks de l'emporter 4-0 et égaler la série quatre de sept 1-1.

Il s'agit du deuxième match de deux buts dans ces présentes séries éliminatoires de la Coupe Stanley pour Burns, qui a également réussi l'exploit contre les Predators de Nashville dans le match no 4 de la série de deuxième ronde dans l'Association de l'Ouest.

Il est un des 11 défenseurs dans l'histoire de la LNH à enregistrer deux matchs d'au moins un but dans un seul tournoi printanier, le premier depuis Rob Blake avec l'Avalanche du Colorado en 2002.

Denis Potvin des Islanders de New York en 1981 est le seul défenseur à amasser trois matchs d'au moins un but.

Burns a réussi six filets pendant les séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2016. Il a enregistré 48 tirs au but en 14 matchs. Il a affiché 22 tentatives de tirs lors de deux premières parties de la finale de l'Association de l'Ouest.

« Brent ne manque pas de confiance », a noté son coéquipier Tommy Wingels, qui a marqué le but gagnant à 2:07 de la première période.

Et avec raison.

Il est un joueur extrêmement talentueux, un finaliste pour l'obtention du trophée Norris qui jouait le rôle d'attaquant pour San Jose il y a peu de temps. Il a marqué 27 buts sur 353 lancers pendant la saison régulière 2015-16.

À l'entraînement matinal mardi, DeBoer a mentionné Burns dans le même souffle que l'élite du sport, déclarant que la capacité de Burns d'évoluer à l'attaque au même niveau de compétence place le défenseur vedette parmi l'élite du hockey et dans la même stratosphère que Bo Jackson, la légendaire athlète qui dominait au baseball et au football professionnel.

« Il est un des rares joueurs qui pourraient également être une étoile de la LNH en tant qu'ailier, a dit l'entraîneur. Vous pouvez compter sur les doigts d'une main le nombre de joueurs dans l'histoire qui pourraient le faire. Autrement, ce ne serait pas une question, est-il défenseur ou attaquant?

« Il est un athlète si exceptionnel, il parvient à se trouver dans cette catégorie. Bo Jackson était-il joueur de football ou de baseball? [Burns] est de ce genre d'athlète. »

Il le prouve à nouveau dans ces séries éliminatoires grâce à sa mentalité « tirer d'abord » qui lui a rapporté tant de succès jusqu'ici.

En voir plus