Skip to main content

La frustration fait mal jouer le CH, selon Julien

Les joueurs ont tenu une thérapie de groupe après avoir encaissé une cinquième défaite d'affilée

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - L'entraîneur des Canadiens Claude Julien constate que la frustration est tellement forte actuellement chez ses troupiers qu'elle fait mal jouer l'équipe.

« Quand il y a de la frustration, le niveau de compétitivité n'est pas ce qu'il devrait être et ça affecte les prises de décisions. Nous prenons beaucoup de mauvaises décisions. Ça nous coûte des buts et des matchs », a-t-il élaboré à l'issue de la cinquième défaite d'affilée de l'équipe, mardi.

La frustration était plus que palpable dans le vestiaire après que les joueurs se soient livrés à une thérapie de groupe avant l'ouverture des portes. L'ailier québécois Charles Hudon a laissé tomber un « ça fait ch… » bien senti en présence des journalistes.

Avant lui, Phillip Danault avait fait part d'états d'âme semblables.

« C'est très frustrant pour tout le monde. On dirait qu'il n'y a rien qui veut rentrer dans le but. Nous fournissons l'effort, mais nous devons être plus affamés tout près du but. Nous devons trouver des façons de marquer sinon ça ne sera pas le 'fun' pour le reste de la saison. »

Danault a expliqué que la réunion, qui a été une initiative des joueurs, avait comme objectif de rallier tout le monde à la cause.

« C'était une réunion entre 'boys'. On s'est donné l'heure juste », a-t-il brièvement commenté.

« Il faut que tout le monde reste dans le bateau. Personne ne doit débarquer », a-t-il par la suite mentionné en précisant que personne ne l'avait encore fait.

« En raison de nos insuccès, ce pourrait être facile, a-t-il ajouté. C'est important de se serrer les coudes et de travailler à l'unisson. »  

« Dans le moment, tout le monde a son mot à dire et accepte le blâme. »

Hudon a indiqué que les solutions doivent venir des joueurs.

« Je me répète, mais il faut se refaire ensemble. Ce ne sont pas l'entraîneur et ses adjoints qui chaussent les patins. Il faut s'organiser en famille et rester uni. »

Video: SJS@MTL : Shaw inscrit le CH au pointage en A.N.

Il a reconnu que les déboires jouent dans la tête de l'équipe.

« Ça se passe entre les deux oreilles, ça fait partie du hockey. Il faut continuer de travailler et trouver les réponses en équipe. »

On a eu un exemple de la fragilité des Canadiens tôt dans la soirée quand Max Pacioretty a filé vers le gardien Aaron Dell avant de voir le défenseur Brent Burns l'embêter suffisamment pour que son tir rate la cible.

« Je ne peux pas croire que Burns ait pu mettre son bâton sur le mien, a dit le capitaine encore incrédule. Normalement j'aurais vite dégainé, mais là on dirait que j'ai patienté une fraction de seconde de trop. Je ne pensais pas qu'on pourrait m'empêcher de tirer. »

Pacioretty a ajouté que ses coéquipiers et lui ont comme les patins dans la boue parce qu'ils « réfléchissent » trop dans le feu de l'action. C'est le lot des équipes qui connaissent de mauvaises périodes. Elles en viennent à trop se questionner et ça affecte la fluidité de l'exécution.

« Les gars veulent gagner plus que les gens le pensent, a noté Julien. Mais nous ne nous y prenons pas de la bonne façon. Il y a des joueurs qui doivent nous en donner plus et d'autres qui doivent prendre de meilleures décisions. » 

Julien constate que les gars cèdent au découragement rapidement, comme ça s'est de nouveau produit après que les Sharks eurent pris l'avance 3-1.

« C'est fragile et nous devons trouver une façon de gagner un match afin de retrouver la confiance. Ça va prendre un gros effort de chacun et il faut que ça arrive bientôt. Parfois ça prend presque un match parfait afin de relancer une équipe. Ce n'est pas facile de se sortir du pétrin, mais nous devons trouver une façon. Notre calendrier de matchs à venir ne sera pas commode. »

Le Tricolore doit effectivement secouer sa torpeur au plus tôt avant qu'il soit trop tard. Julien n'est pas prêt à jeter l'éponge.

« L'approche que je privilégie, c'est de régler les problèmes et d'essayer de gagner des matchs, a-t-il affirmé. Tant que l'organisation n'aura pas pris de décision (quant à cette saison), je dois trouver le moyen de replacer l'équipe dans la bonne voie. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.