Skip to main content

La conquête de la profondeur

Les Penguins ont fait un travail fantastique sur toute la ligne

par Alex Tanguay / Collaborateur spécial LNH.com

Alex Tanguay a disputé 16 saisons dans la LNH et a récolté 863 points en 1088 matchs de saison régulière. Il a pris part à 98 rencontres de séries éliminatoires et a remporté la Coupe Stanley avec l'Avalanche du Colorado en 2001, lui qui a marqué le but gagnant lors du match no 7 de la Finale face aux Devils du New Jersey. Il a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com afin de livrer ses impressions sur la série finale entre les Predators de Nashville et les Penguins de Pittsburgh.

J'avançais avant la Finale de la Coupe Stanley que la force de frappe des Penguins de Pittsburgh, avec Sidney Crosby et Evgeni Malkin, serait un facteur déterminant contre les Predators de Nashville. D'autant que les Predators étaient privés des services de leur meilleur joueur de centre Ryan Johansen.

C'est finalement davantage la profondeur à l'attaque des Penguins qui leur a valu de répéter à titre de champions.

Patric Hornqvist a marqué le gros but dans le sixième match, Chris Kunitz a amassé des passes importantes pendant toute la série, Jake Guentzel a inscrit quatre buts, Conor Sheary a ajouté un élément de vitesse au trio de Crosby dans les deux derniers matchs.

Les Penguins ont été dirigés de main de maître par Mike Sullivan et ils ont fait un travail fantastique sur toute la ligne. Ils ont joué avec confiance et l'expérience de 2016 leur a été grandement utile. Pour certains joueurs, ils avaient même dans leur bagage l'expérience de la conquête de 2009.

Les Predators ont raté leur chance dans les deux premiers matchs de la série à Pittsburgh. Ils auraient facilement pu mériter un meilleur sort n'eût été de courts passages à vide qu'ils ont connu dans chacune des rencontres. 

Les Penguins avaient dans leurs rangs les joueurs pour faire la différence ainsi que les joueurs de soutien. Je soupçonne que les deux journées de congé entre les matchs no 2 et 3, ainsi qu'après les matchs no 4 et 5 leur ont été plus bénéfiques. Cela a permis à leur groupe de défenseurs - les Brian Dumoulin, Ron Hainsey, Justin Schultz et les autres - de retrouver leur souffle. 

Le match no 6 dimanche a été un véritable feu d'artifice d'action, une féroce bataille. Ç'a été du hockey axé sur la vitesse, au goût du jour de la LNH. Les deux équipes ont lutté avec l'énergie du désespoir. Les Predators voulaient provoquer la présentation d'une septième rencontre tandis que les Penguins voulaient en finir à Nashville pour éviter de revenir à la maison jouer un match-suicide. Les gardiens ont été exceptionnels. 

Ç'a été ironique de voir Hornqvist réussir le but victorieux contre son ancienne équipe au Bridgestone Arena. Il y a quelques années, il était un attaquant important chez les Predators. Les Penguins ont fait son acquisition dans l'échange de James Neal. 

Sur la séquence de son but, il a été quelque peu chanceux de voir la rondelle rebondir contre la bande dans le bon angle et de rouler sur l'arrière du cordage du filet avant de la frapper au vol dans le dos de Pekka Rinne. Mais il s'agissait d'un jeu digne d'un joueur très travaillant qui se tape la sale besogne près du but.

Un mot en terminant sur Crosby et Malkin qui ont savouré leur troisième conquête de la Coupe chacun. On peut déjà confectionner leur veston pour leur intronisation au Temple de la renommée du hockey.

J'ai pris connaissance de commentaires selon lesquels Crosby s'était donné comme défi d'égaler le total des trois conquêtes de Jonathan Toews des Blackhawks de Chicago.

C'était sûrement une source de motivation additionnelle pour celui que l'on considère comme le meilleur joueur de sa génération.

Ça l'a sûrement piqué au vif. Depuis quelques saisons, il m'impressionne grandement. Il fait tout bien sur la glace. Il a poli chacun des aspects de son jeu. On disait que les mises au jeu étaient une lacune pour lui. Il a redoublé d'ardeur pour s'améliorer et il est maintenant très bon à ce chapitre. Sur le plan défensif, il est toujours bien positionné et nous connaissons tous ses aptitudes formidables à l'attaque.

C'est un travailleur acharné qui a des habitudes de travail incroyables. Ce qu'il accomplit est extraordinaire.

Ce sera maintenant intéressant de voir qui de Toews et lui va se rendre en premier à quatre conquêtes de la Coupe. Ce sont deux fiers compétiteurs. Je ne serais pas surpris de voir ces deux joueurs croiser le fer en Finale de la Coupe Stanley dès l'an prochain pour faire un maître!

En voir plus