Skip to main content

La chance tourne enfin pour les Devils, l'avance des Rangers réduite à 2-1

LNH.com @NHL

NEW YORK - Après deux défaites subies à domicile pour amorcer les séries, les Devils du New Jersey n'ont pas cherché à nier à quel point ils se retrouvaient dans une position difficile.

Oui, il y a deux équipes dans les annales de la LNH qui sont venues de l'arrière pour remporter une série après avoir tiré de l'arrière 3-0. Mais cette formation des Devils, composée de plusieurs vétérans aguerris, savait que si sa séquence de deux défaites s'allongeait à trois dans cette série contre les Rangers de New York, elle avait bien peu de chances d'aller au-delà du premier tour.

Avec l'aide du patin du défenseur des Rangers Marc Staal, les Devils n'auront pas à s'inquiéter de vivre un tel scénario. Une importante victoire de 4-3 en prolongation, dimanche soir, leur a permis de réduire leur déficit dans la série à 1-2 au lieu de glisser à 0-3.

"Rationnellement, nous n'aurions jamais admis que la série aurait été terminée si nous avions perdu, a indiqué l'attaquant John Madden. Mais reste que les chiffres sont là.

"Les chances de combler un déficit de 3-0 ne sont pas bonnes."

Madden a pris les choses en mains dimanche soir. Après que les Devils eurent cédé le but égalisateur après moins d'une minute de jeu en troisième période, le New Jersey a réussi à se rendre en prolongation.

Deux occasions de but ont été repoussées par le poteau à la droite du gardien des Rangers Henrik Lundqvist, alors au lieu de tenter la même chose à nouveau, Madden a choisi une autre approche.

Il a foncé sur une rondelle libre après avoir perdu la mise en jeu, décoché un tir au filet et enregistré le but vainqueur quand le disque a dévié sur le patin de Staal pour ensuite se faufiler jusqu'au fond de la cage.

Soudainement, au lieu d'un 3-0 qui signait leur quasi arrêt de mort, les Devils se retrouvaient à 2-1 et pouvaient respirer un peu - encore en arrière, mais quel monde de différence!

"C'est ce qui arrive souvent en prolongation, ce genre de but, a souligné l'attaquant des Devils Patrik Elias. Nous avons obtenu quelques excellentes occasions de marquer.

"Brian (Gionta) a frappé le poteau. Mais nous avons persisté et finalement obtenu un bond chanceux. Nous avons travaillé fort, nous le méritions."

L'entraîneur des Rangers Tom Renney était bien d'accord.

Après que les joueurs des deux équipes eurent attribué à la chance l'opportunisme des Rangers autour du filet des Devils lors des deux premiers matchs de la série, au New Jersey, Renney a grimacé. Il n'a pas nié que son équipe avait eu droit à quelques coups de chance; il a toutefois affirmé que ce sont le travail ardu, les jeux intelligents et les tirs précis qui ont permis aux siens de créer des conditions propices à ces coups de chance.

A ses yeux, les Devils ont réagi de façon parfaite durant la période de prolongation, au cours de laquelle ils ont dominé les Rangers 5-1 au chapitre des tirs.

"Je ne sais pas s'ils ont rehaussé leur niveau de jeu d'un cran, a dit Renney. De notre côté, nous n'avons pas fait ce que nous devions faire en prolongation, du moins au début.

"Je pense que nous étions un peu anxieux, nous voulions trop obtenir le but vainqueur, ce qui fait que les joueurs se sont souvent retrouvés hors position."

Les joueurs new-yorkais devont s'améliorer à ce niveau lors du quatrième match de la série, qui aura lieu mercredi. Sinon, ils pourraient facilement se retrouver avec une égalité de 2-2 au moment de retourner au New Jersey, en vue de l'affrontement de vendredi.

En voir plus